Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Libération sous caution d'opposants tanzaniens arrêtés samedi


Des partisans du Chadema manifestent à Dar es Salaam, Tanzanie, 20 juin 2017. (Facebook/Chadema)

Une vingtaine de membres du principal parti de l'opposition tanzanienne, dont un député, qui avaient été arrêtés samedi dans le sud du pays, ont été libérés sous caution lundi.

"Ils ont été libérés sous caution" lundi matin, a indiqué à l'AFP le commandant local de la police, Mathias Nyange, qui n'avait cependant pas encore de précisions sur les allégations portées à leur encontre.

Selon son parti, le Chadema, le député Frank Mwakajoka, élu de Tunduma, avait été arrêté samedi au bureau de son district où il était allé demander des formulaires à faire remplir par les candidats de son parti aux élections municipales partielles prévues en août.

Puis, la police avait arrêté "vingt autres membres du Chadema, qui étaient réunis dans un local de la permanence locale du parti", selon la même source.

>> Lire aussi : Arrestation d'une vingtaine d'opposants en Tanzanie

"J'apprends que tous ont été libérés sous caution ce matin (lundi)", a confirmé Vincent Mashinji, le secrétaire général du Chadema.

D'après lui, M. Mwakajoka se voit reprocher de "fomenter des troubles" et les autres sont accusés d'avoir "brûlé la maison d'un candidat" du parti au pouvoir, le CCM, aux élections locales partielles du 12 août.

Le Chadema accuse souvent la police de fabriquer des accusations contre ses membres, dans le but d'affaiblir le parti, ce que nie le ministère de l'Intérieur.

En septembre 2017, le député du Chadema, Tundu Lissu, numéro deux de l'opposition au Parlement, avait été blessé de plusieurs balles à son domicile. En février, deux responsables locaux du Chadema avaient été tués par des inconnus.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG