Liens d'accessibilité

Tirs de missiles israéliens près d'une base aérienne en Syrie


Quelques personnes se rassemblent autour des bâtiments en feu après une attaque à la bombe dans la banlieue de Sayyida Zeinab, à Damas, Syrie, 11 juin, 2016.

Plusieurs missiles israéliens ont frappé à l'aube les environs de la base militaire de Mazzé, à la périphérie de Damas, capitale de la Syrie, a indiqué l'agence officielle syrienne Sana.

L'aéroport militaire de Mazzé, qui se trouve à 8 km au sud-ouest de Damas, est le siège des redoutables services de renseignements de l'armée de l'air qui y disposent d'une vaste prison.

"A 03H00 (01H00 GMT), l'ennemi israélien a tiré plusieurs missiles sol-sol à partir" d'une position "à l'ouest de Tall Abou Nada", une hauteur sur le plateau du Golan syrien occupé par Israël, a indiqué l'agence citant une source militaire. L'attaque a provoqué un incendie mais pas de victimes, selon elle.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme, qui dispose de nombreux informateurs à travers la Syrie, a lui fait état d'une explosion dans l'aéroport.

C'est la seconde fois en huit jours qu'Israël, toujours techniquement en guerre avec la Syrie, frappe des positions militaires proches de Damas.

Durant les cinq ans de guerre civile en Syrie, Israël a mené plusieurs attaques contre sa bête noire, le Hezbollah libanais engagé militairement dans ce pays aux côtés du régime qui lutte contre les rebelles et les jihadistes.

En Israël, l'armée israélienne s'est refusée à tout commentaire sur les nouveaux tirs de missiles.

Mais le ministre de la défense Avigdor Lieberman a répété la position de son pays sans mentionner explicitement ces tirs, lors d'une rencontre avec des ambassadeurs de l'Union européenne.

"Nous faisons ce qu'il faut pour assurer la sécurité de nos citoyens et défendre notre souveraineté en tentant d'empêcher le transfert d'armes et de matériel militaire de Syrie vers le Hezbollah", a dit M. Lieberman selon un communiqué de son bureau.

La partie occupée par Israël du plateau du Golan est par ailleurs régulièrement atteinte par des projectiles venus de Syrie et généralement considérés comme des tirs perdus, auxquels Israël a répondu à plusieurs reprises.

Israël a annexé en 1981 la partie du Golan (1.200 km2) qu'il occupait depuis 1967 et la guerre des Six Jours. Cette annexion n'est pas reconnue par la communauté internationale, qui considère toujours le territoire comme syrien. Environ 510 km2 restent sous contrôle syrien.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG