Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Plus de 400 civils tués en 5 jours aux portes de Damas


Hala, 9 ans, traitée dans un hôpital de fortune à Saqba, après des bombardements dans la Ghouta orientale, le 22 février 2018.

Plus de 400 civils, dont une centaine d'enfants, ont été tués depuis dimanche dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale par d'intenses bombardements du régime syrien.

Pour la cinquième journée consécutive, les forces du président Bachar al-Assad ont soumis jeudi à un déluge de feu cette région qu'elles assiègent aux portes de Damas, une campagne dévastatrice qui annonce une offensive terrestre pour la reconquérir.

Des ONG, organisations internationales et gouvernements se sont dits horrifiés par l'ampleur de ce pilonnage, d'une rare violence dans un pays pourtant ravagé depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 340.000 morts.

>> Lire aussi : L'Onu va se prononcer sur un projet de trêve de 30 jours en Syrie

Dans la Ghouta orientale, où quelque 400.000 habitants tentent de subsister, le coût humain et les destructions sont colossales.

Des mares de sang étaient visibles sur la route menant à un hôpital de la ville de Douma. A l'hôpital, des corps enveloppés de linceuls blancs, dont ceux de deux enfants, gisaient au sol.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH),416 civils, dont 95 enfants, ont été tués depuis le début dimanche de cette campagne de bombardements.

- 'Situation insoutenable' -

Jeudi à New York, l'ambassadeur russe à l'ONU Vassily Nebenzia a annoncé qu'il n'y avait "pas d'accord" entre les membres du Conseil de sécurité pour imposer un cessez-le-feu humanitaire d'un mois, négocié depuis plus deux semaines.

Washington et Paris se sont élevés contre la position russe, l'ambassadeur français François Delattre évoquant une "situation insoutenable" pour les civils.

Son homologue suédois, Olof Skoog, a dit espérer une mise au vote vendredi du projet de résolution sur un cessez-le-feu, rédigé par son pays et le Koweït.

>> Lire aussi : "Pas d'accord" à l'ONU sur un cessez-le-feu en Syrie

La porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert, a dénoncé jeudi la "responsabilité particulière" de Moscou, assurant que "sans le soutien apporté par la Russie à la Syrie, cette dévastation et ces morts n'auraient pas eu lieu".

Moscou utilise régulièrement son droit de veto pour protéger le régime syrien à l'ONU.

- 'Campagne d'annihilation' -

Les condamnations internationales se sont multipliées, en vain.

Le patron de l'ONU Antonio Guterres a dénoncé un "enfer sur Terre" et le Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a appelé à la fin d'une "monstrueuse campagne d'annihilation".

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a réclamé un accès à la Ghouta orientale pour porter secours aux blessés, qui meurent selon lui faute de soins immédiats et de matériel médical.

"Le régime prétend viser des groupes armés mais en vérité il ne vise que les civils!", s'est insurgé Ahmed Abdelghani, médecin dans les hôpitaux bombardés de Hammouriyé et Arbine. "C'est un hôpital civil, pourquoi le régime nous vise-t-il?"

Ces trois derniers jours, 13 hôpitaux de la Ghouta orientale où intervient l'ONG Médecins sans frontières ont été touchés, selon l'organisation.

>> Lire aussi : Le régime syrien poursuit ses raids meurtriers sur un fief rebelle près de Damas

Au moins 59 civils sont morts jeudi dans des raids aériens et des tirs de roquettes visant plusieurs localités, notamment Douma, la grande ville de la Ghouta, où 37 personnes ont péri, selon l'OSDH.

L'Observatoire a affirmé que l'aviation de la Russie, alliée du régime, avait participé aux raids.

Dans la localité de Hammouriyé, des habitants se sont pressés devant un magasin pour acheter de la nourriture avant de prendre la fuite quand des obus ont explosé à proximité.

- Offensive 'd'envergure'-

Le régime cherche à reprendre la Ghouta orientale, pour, dit-il, stopper les tirs de roquettes sur Damas. Selon le quotidien syrien Al-Watan, une offensive terrestre "d'envergure peut commencer à tout moment".

Depuis dimanche, 16 personnes ont été tuées à Damas, bastion du régime, par des tirs d'obus et de roquettes des rebelles depuis la Ghouta orientale, selon les médias d'Etat et l'OSDH.

Selon le représentant syrien à l'ONU, Bachar Jaafari, "des centaines de roquettes et de mortiers" se sont ainsi abattus jeudi sur Damas.

Un enfant a été tué jeudi par un tel tir, selon l'agence officielle Sana.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a assuré que Moscou avait proposé aux combattants de la Ghouta orientale d'évacuer le secteur mais que des djihadistes et leurs alliés avaient "catégoriquement rejeté cette proposition".

>> Lire aussi : La peur au ventre des habitants de la Ghouta, Damas désertée

Depuis le début en 2011 de la guerre en Syrie, plusieurs zones rebelles, comme la vieille ville de Homs en 2012 ou Alep en 2016, ont été écrasées par des bombardements et un siège étouffant pour forcer les combattants antirégime à déposer les armes.

Le conflit en Syrie a d'abord opposé les rebelles au régime puis s'est complexifié avec l'implication de groupes djihadistes et de puissances étrangères.

Avec l'intervention de la Russie en 2015, le régime d'Assad, qui était en mauvaise posture, a réussi à reprendre le contrôle de plus de la moitié du territoire.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG