Liens d'accessibilité

Syrie : le plan Annan obtient l’aval du Conseil de sécurité


Le Conseil de sécurité en session (21 mars 2012)

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté mercredi une déclaration présidentielle appuyant le plan soumis par l’émissaire spécial Kofi Annan pour la fin du conflit en Syrie.

La déclaration prévient que Damas fera face à « d’autres mesures » en cas de refus. Le plan Annan comporte six points, dont un cessez-le-feu, un dialogue politique entre le gouvernement du président Bashar el-Assad et l’opposition et l’ouverture de voies d’accès pour les agences d’aide humanitaire.

Kofi Annan (à dr.) avec le chef de la Ligue arabe Nabil el-Arabi, à Genève (20 mars 2012)
Kofi Annan (à dr.) avec le chef de la Ligue arabe Nabil el-Arabi, à Genève (20 mars 2012)

Les 15 membres du Conseil ont adopté le plan par consensus à 1400 GMT (10h à New York), soit une heure après l’expiration d’un délai pour des éventuels changements du texte.

L’appui de la Russie et de la Chine, qui s’étaient auparavant opposées à une mesure contre la Syrie, a facilité le processus.

Préparé par la France, le document exprime de « graves préoccupations » à propos de la situation en Syrie, disant qu’elle s’est traduite par une « grave crise des droits humains et une situation humanitaire déplorable ».

La répression a fait plusieurs milliers de morts en Syrie, notamment à Idlib et à Homs.
La répression a fait plusieurs milliers de morts en Syrie, notamment à Idlib et à Homs.

Il offre un « appui total » aux efforts de l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe (Kofi Annan) pour parvenir à une « cessation immédiate de toute violence et des violations des droits humains » en Syrie.

XS
SM
MD
LG