Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sept soldats devant le tribunal militaire de Yaoundé


L'entrée du tribunal de Yaoundé, au Cameroun, le 16 juillet 2012.

Au Cameroun, sept éléments des forces défense vont être traduits devant le tribunal militaire de Yaoundé.

L’armée camerounaise a annoncé le passage devant un tribunal de ces sept militaires dans une note d’information publiée par le capitaine de frégate Cyrille Serges Atonfack Guemo, chef de la division de la communication au ministère de la Défense.

Il s’agit de sept militaires soupçonnés d’exécutions extrajudiciaires des femmes et de leurs bébés dans le cadre de la lutte contre Boko Haram à l’Extrême-Nord.

"L’information judiciaire ouverte a été close, ils sont renvoyés pour coaction d’assassinat et de violation de consignes, de complicité desdits faits", informe le porte-parole de l’armée camerounaise.


"Le Cameroun ne transige pas avec les écarts de comportements relativement au droit de guerre, au droit humanitaire, et à la protection des biens et personnes", a commenté le capitaine de frégate Atonfack Serges.

Début juillet 2018, la vidéo devenue virale montrant l’exécution de deux femmes et de leurs enfants avait suscité l’indignation.

Le Cameroun avait rejeté les accusations des organisations des droits de l’homme avant d’annoncer le 11 juillet que "le président de la République a ordonné une information judiciaire sur cette affaire".

XS
SM
MD
LG