Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

Lancement de la semaine nationale de la femme tchadienne

Maître Nomaye Clarisse, avocate au barreau du Tchad, le 8 mars 2020. (VOA/André Kodmadjingar).

Au Tchad, les femmes de toutes couches sociales à l’instar des autres femmes du monde ont célébré la journée internationale de la femme couplée à la semaine nationale de la femme tchadienne.

La "Semaine nationale de la femme tchadienne" (SENAFET), instituée 1990, s’étale sur 7 jours. C'est une période de réflexion et d’analyse de la contribution de la femme au développement du Tchad.

Les Tchadiennes ont célébré la journée internationale de la femme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00


En couplant cet événement à la journée internationale de la femme qui s’inscrit dans une perspective mondiale, les autorités tchadiennes établissent un cadre idéal qui permet aux femmes de réclamer des meilleures conditions de vie et l’égalité.

Maître Nomaye Clarisse, avocate au barreau du Tchad et présidente de l’Association des écrivains tchadiens d’expression française, déplore le fait qu’à "chaque 8 mars, les femmes prennent d’assaut les débits de boisson pour s’amuser parce qu’elles se disent que c’est leur fête, non ce n’est pas votre fête". Et de préciser: "c’est le jour où les femmes sont censées réclamer une condition humaine".

Titimbaye Mariam Tchéré, directrice de la promotion de la femme dans les années 90 qui a lancée les toutes premières activités de la semaine nationale de la femme dans le pays, estime qu’après trois décennies, Il y a un impact positif sur la vie de la femme tchadienne surtout sur le plan administratif même s’il reste beaucoup à faire.

Chiffres à l’appui, elle renseigne qu’en 1982, "il y avait une seule femme ministre jusqu’en 1990. Mais après 1990, il y a eu beaucoup des femmes. De trois, on est passé à 6 et il y a beaucoup des femmes qui sont passées à des hautes institutions".

Bourkou Louise Ngaradoumri, leader politique, le 8 mars 2020. (VOA/André Kodmadjingar).
Bourkou Louise Ngaradoumri, leader politique, le 8 mars 2020. (VOA/André Kodmadjingar).

Pour Bourkou Louise Ngaradoumri, femme politique, l’institutionnalisation d'une semaine nationale a libéré la femme tchadienne du poids de la tradition et de la dépendance.

"Avant, quand le mari décède, la femme est chassée de la concession comme une malpropre par sa belle-famille pour recommencer une nouvelle vie après 30 ou 40 ans de mariage. Mais maintenant il y a les textes qui couvrent toutes ces discriminations et c’est grâce à la SENAFET", indique Bourkou Louise.

Pour beaucoup de Tchadiens, il faut redimensionner les activités de la semaine nationale en sortant du folklore pour poser des actes concrets. Sinon elle sera vidée de son sens.

Toutes les actualités

Le Mali pourrait-être un exemple pour la paix au Sahel?

Le Mali pourrait-être un exemple pour la paix au Sahel?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:08 0:00

L'État tchadien impose une sanction de plus de 8 milliards FCFA aux opérateurs de téléphonie mobile

Des journalistes cherchant désespérément la connexion au desk (VOA/André Kodmadjingar)

Les usagers de téléphonie mobile au Tchad se plaignent de la qualité du service offerte par les opérateurs. Perturbation des réseaux et coût excessif du forfait internet, tels sont les manquements que dénoncent les abonnés de ces opérateurs.

Lors du forum sur la gouvernance de l’internet en Afrique tenu en 2019 à N’Djamena, le président tchadien Idriss Déby Into avait déclaré : "j’attends à ce que le coût d’internet au Tchad soit le moins élevé de la sous-région tout en veillant à l’amélioration de la qualité de service fournie aux usagers".

Un an après cette instruction, trois opérateurs de téléphonie mobile installés au Tchad, notamment Airtel, Tigo et Salam n’ont pas toujours amélioré la qualité de leur service. Les usagers se plaignent, entre autres, du faible signal du réseau, du coup des données, de la messagerie... pour ne citer que ceux-là. Certains abonnés estiment que rien n’a changé.

"Après avoir vécu un temps à l’extérieur du pays je trouve que le coût d’internet du Tchad est très cher par rapport au réseau extérieur par exemple avec 500fcfa, on peut avoir 1 giga pour se connecter pendant 10 jours. Mais au Tchad c’est tout à fait le contraire", a déclaré une internaute.

Un autre de renchérir : "On a du mal à passer même les simples appels. A chaque fois quand tu appelles, on te dit que ton correspondant n’est pas joignable ou on te met en attente et cela à un coût. Donc la qualité de leur service est vraiment médiocre".

Ces plaintes ont amené l’Autorité de régulation des communications électroniques à diligenter une enquête sur la qualité des services fournis par les sociétés de téléphonie.

Pour Emmanuel Nadingar, président du Conseil de régulation des communications électroniques et des postes, l’audit de 2020 a relevé des manquements sur plusieurs indicateurs mesurés et les engagements contenus dans le protocole d’accord signé en juin 2019 n’ont pas été respectés par ces opérateurs. Le conseil approuve les sanctions pécuniaires pour les trois opérateurs à hauteur de plus de 8 milliards de francs CFA.

"Je pense que c’est déjà un premier pas mais il faut continuer par mettre la pression pour que ces géants de téléphonie puissent plier et répondre aux aspirations des consommateurs", affirme Kemba Djidah Alain, ​coordonnateur national du mouvement citoyen "Le Temps"​. Il appelle aussi à "la levée immédiate" de la censure imposée au réseau social WhatsApp.

Pour l’heure, VOA Afrique n'a eu aucune réaction du côté des responsables des compagnies téléphoniques visées par la sanction.

Les Tchadiens décrient une distribution d’électricité jugée inéquitable

Des citernes remplies à la rafinerie de Djarmaya pour ravitailler la ville de N'Djamena, Tchad, le 8 octobre 2020. (VOA/André Kodmadjingar)

Le taux d’accès  à l’électricité est de 11% en milieu urbain et seulement 2% en milieu rural au Tchad.

Le service qu’offre la SNE, la société nationale d’électricité, ne couvre pas l'ensemble du territoire tchadien. A N’Djamena, la distribution n’est pas régulière et dans certains quartiers, c’est tard la nuit que le courant arrive, souvent à minuit... pour être coupé au petit matin.

La situation pénalise les petites et moyennes entreprises. Gabssing Deubalbet, gérant d’une agence de communication, déplore les pertes qu'il essuie à cause du manque d'électricité.

"Nous souffrons énormément dans le carré entier. De fois à l’ombre même il fait plus de 30°C et là, les machines ne supportent pas cette chaleur", a-t-il indiqué.

Les conséquences de ces délestages sans préavis se font également ressentir sur les officines pharmaceutiques, affirme à VOA Afrique. Dr Masna Raksala, président de l’Ordre national des pharmaciens du Tchad. Les médicaments ont besoin d’une conservation spéciale et donc il faut de l’énergie pour les conserver, a déclaré Dr Masna Raksala.

"Pour pallier ce problème, les officines pharmaceutiques ont recours aux groupes électrogènes mais leur charge augmente les dépenses et même les coupures et les retours brusques de la SNE causent énormément des dommages sur les matériels de gestion", a-t-il observé.

Ces pannes s'expliquent par la vétusté des matériels et des pannes chroniques, soutient le directeur général de la SNE Mahamat Adoum Ismaél. Pour lui, l’état délétère dans lequel se trouve l’entreprise découle principalement de ses finances déficitaires qui elles-mêmes sont les conséquences de non-paiement des factures par les clients de la SNE.

Un tiers des personnes s’alimentent de façon illégale et les fraudes sont organisées et se généralisent, précise-t-il.

Mais cet avis n’est pas partagé par tous.

Dingamnayal Nely Vernis, le président du Collectif tchadien contre la vie chère, estime que pour résoudre le problème d’énergie au Tchad, il faut seulement arrêter de détourner le carburant.

Selon un rapport de la Banque mondiale sur le progrès énergétique publié en mai 2019, le taux d’accès à l’électricité est de 11% en milieu urbain et seulement 2% en milieu rural au Tchad.

L'impossible télétravail sans électricité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:22 0:00

L'impossible télétravail sans électricité

L'impossible télétravail sans électricité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:22 0:00

Minute Eco: Aide d'urgence du FMI à 22 pays africains

Minute Eco: Aide d'urgence du FMI à 22 pays africains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:28 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG