Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Seize jihadistes tués dans une opération antiterroriste en Egypte

Un homme armé à un passage de sé, Jan. 11, 2017, by the so-called Islamic State Group in Sinai, a militant organization, shows a deadly attack by militants on an Egyptian police checkpoint, Monday, Jan. 9, 2017, in el-Arish, north Si

Seize jihadistes ont été tués dans le cadre d'une vaste opération en Egypte contre la branche locale de l'Etat islamique (EI), en particulier dans le Sinaï, a annoncé dimanche l'armée.

Quatre extrémistes "très dangereux" ainsi que 12 autres "lors d'un échange de tirs" ont été "éliminés", selon un communiqué publié sur la page Facebook du porte-parole des forces armées, Tamer el-Refaï.

"Trois dirigeants takfiristes (extrémistes) ont été arrêtés dans divers zones montagneuses dans le centre du Sinaï", a-t-il par ailleurs indiqué.

Il s'agit du bilan d'opérations menées au cours des "quatre derniers jours", précise le communiqué.

Au total, plus de 100 jihadistes et au moins 16 militaires ont été tués depuis le lancement le 9 février d'une vaste opération dans le Sinaï, selon des chiffres officiels.

>> Lire aussi : Le Sinaï, foyer potentiel pour les jihadistes de Syrie et d'Irak, selon l'armée égyptienne

Depuis 2013, et la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi, les forces de sécurité affrontent des groupes extrémistes, dont la branche locale de l'EI, particulièrement active dans le nord du Sinaï.

Fin novembre, le président Abdel Fattah al-Sissi, qui brigue un deuxième mandat en mars, avait donné trois mois à l'armée pour rétablir la sécurité et la stabilité dans la péninsule.

Cet ultimatum avait été lancé quelques jours après une attaque contre une mosquée dans le nord du Sinaï qui avait fait plus de 300 morts. Si l'EI n'a pas revendiqué cette attaque, le groupe a été fortement suspecté.

L'armée soupçonne des membres de l'EI de vouloir s'installer dans le Sinaï à la suite de leurs défaites en Irak et en Syrie.

Avec AFP

Toutes les actualités

2 civils et 4 miliciens tués à Beni, un centre de triage d'Ebola pillé

Le centre de traitement Ebola à Beni en RDC le 16 juillet 2019.

Deux civils et quatre miliciens ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans une offensive pour chasser des membres présumés du groupe armé musulman ougandais Forces démocratiques alliées (ADF), dans l'est de la RDC, a-t-on appris de sources militaire et administrative.

"Dans l'offensive dans le nuit de dimanche à lundi menée par l'armée contre les ADF à Magboko, quatre ADF ont été tués", a déclaré à l'AFP le major Mak Hazukay, porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu.

"Dans la localité de Mayimoya située à 15 km de Magboko, un autre groupe d'ADF a malheureusement tué deux civils dans une attaque dans le nuit de dimanche à lundi. Ces ADF ont aussi enlevé trois personnes au cours de leur incursion à Mayimoya", a ajouté M. Kibwana, indiquant que "le calme est revenu après la panique".

Par ailleurs, à Bashu, près de Butembo, des inconnus ont saccagé un centre de santé chargé du triage des cas d'Ebola. "Ils ont également pillé des médicaments", a déclaré à l'AFP Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni (nord-Kivu).

Miliciens musulmans ougandais présents dans l'est de la RDC depuis 1995, les ADF sont accusés par le gouvernement congolais et la mission de l'ONU, la Monusco, d'être responsables des massacres des civils dans la région de Beni, ayant fait plus de mille morts depuis octobre 2014.

Selon un rapport du Groupe d'étude sur le Congo (GEC) de l'Université de New York, les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces tueries, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l'armée régulière.

Dans l'est congolais, plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont actifs depuis plus de deux décennies.

Des prédicateurs luttent contre le jihadisme

Des prédicateurs luttent contre le jihadisme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:02 0:00

Enquête en cours après le décès de 11 personnes en garde à vue

Enquête en cours après le décès de 11 personnes en garde à vue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:36 0:00

Gouvernement et opposition en désaccord sur l'application des mesures du FMI

Gouvernement et opposition en désaccord sur l'application des mesures du FMI
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:35 0:00

Le premier ministre burkinabé s'est exprimé devant la presse

Le premier ministre burkinabé s'est exprimé devant la presse
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG