Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La presse libre du Faso aide la justice à voir clair dans un scandale de corruption


Le palais de justice de Ouagadougou, le 16 juin 2020 (VOA/Lamine Traoré)

Des officiels, dont le maire de Ouagadougou et un juge, sont sous le feu des projecteurs dans une affaire de détournement présumés.

Courrier Confidentiel, un journal d’investigation burkinabè, a révélé une tentative de corruption dont le maire de Ouagadougou est le principal concerné.

L'un des suspects, un juge, a été interpellé et placé en garde à vue.

Il s'agit du marché de l'achat de 77 véhicules chiffré à plus de 4,5 milliards FCFA.

Selon le journal, tout est parti d'une observation anodine.

"Le maire de Ouagadougou est parmi les actionnaires dans la maison d’assurance qui couvre les véhicules en question, laquelle maison d’assurance a des intérêts dans l’institution de crédit-bail à qui le marché a été octroyé", confie à VOA Afrique Ladji Bama, rédacteur en chef de Courrier Confidentiel.

"Nous avons trouvé cette opération assez suspecte. C’est ainsi que nous avons mené nos investigations pour comprendre un peu les tenants et aboutissants et nous avons pu découvrir qu’il y avait tellement de collusion entre les acteurs de cette opération", a ajouté le journaliste.

Dans sa dernière parution, le bimensuel L’Evénement a également révélé qu’un réseau d'officiels -- dont des magistrats -- a sollicité la somme de 70 millions de francs CFA auprès du maire de Ouagadougou Armand Beouindé pour l’aider à étouffer son dossier au tribunal de grande instance de Ouagadougou.

"L’Evénement a essayé de faire sa part, la justice a pris le relai et il y a deux personnes qui ont été mises en garde à vue", a déclaré Serge Oulon, journaliste à L’Evénement.

"Il y a la corruption au niveau de la justice. Si on regarde bien on sait que quelque chose ne tourne pas rond dans cette affaire", fait savoir un Ouagalais.

Ce n’est pas la première fois que la justice est épinglée dans des affaires de corruption au Faso.

"En 2014, le Centre d’éthique judiciaire avait dénoncé des cas de corruption au sein des magistrats. Ce n’est donc pas une surprise de voir de telles révélations encore dans un journal. Cela n’étonne personne", a rappelé Albert Nagreogo, le directeur de publication du site en ligne LibreInfo.

Dimanche dernier, le substitut du procureur général près la Cour d'appel de Ouagadougou, Narcisse Sawadogo, et une autre personne Allasane Bagagnan, un ancien vendeur de voitures de luxe à New York, ont été arrêtés dans le cadre de l'affaire de tentative d'extorsion de 70 millions de francs CFA au maire de Ouagadougou.

D'après les lois en vigueur, tout prévenu est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire devant un tribunal.

XS
SM
MD
LG