Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Sarah Palin soutient le "maître" Donald Trump pour la Maison Blanche

L'ex-gloire du Tea Party Sarah Palin, candidate malheureuse à la vice-présidence en 2008, a appelé mardi les républicains à voter Donald Trump aux primaires, voyant en lui l'homme qui "fera sauter" l'establishment politique.

"Regardez les journalistes, ils ont la tête qui tourne", s'est amusée Sarah Palin lors d'un meeting du milliardaire à Ames, dans l'Iowa. "Etes-vous prêts à rendre sa grandeur à l'Amérique ?"

Ancienne gouverneure de l'Alaska, Sarah Palin avait été choisie à la surprise générale par John McCain pour devenir sa colistière à la présidentielle de 2008 contre Barack Obama.

Depuis, elle a perdu en influence, mais reste populaire dans les rassemblements conservateurs, où elle apparaît régulièrement pour tancer l'establishment, les élites politiques et économiques, et en particulier les barons du parti républicain. Elle n'exerce plus de mandat électif depuis juillet 2009.

"Il est le maître pour négocier des accords", a justifié la républicaine, en louant la carrière en affaires de Donald Trump. "Il ne doit rien à personne si ce n'est à nous, le peuple".

Sarah Palin, sur son ton habituel mélangeant vitriol, boutades et phrases choc, a mis tout son poids derrière Donald Trump, seul candidat capable, selon elle, de terrasser les appareils politiques.

"Nous avons besoin de quelqu'un de nouveau, qui a la puissance et la capacité de faire sauter l'establishment", a-t-elle lancé. Les autres candidats, soutenus par les élites, "portent le politiquement correct comme une ceinture d'explosifs", a-t-elle dit.

"Etes-vous prêts à avoir un commandant en chef qui laissera nos guerriers faire leur travail et botter le cul de l'Etat islamique ?", a aussi demandé Sarah Palin.

"Depuis le début, je me suis dit que si je me lançais, il fallait que je gagne son soutien. Elle est une femme qui sent les choses, elle les comprend mieux que quiconque", s'est félicité l'homme d'affaires à la fin du discours, assez décousu, de la républicaine.

Il n'est pas certain que l'annonce de mardi change la course, mais il est notable que Sarah Palin ait préféré Donald Trump au sénateur Ted Cruz, qu'elle avait aidé à se faire élire au Sénat en 2012.

Anticipant l'événement, Ted Cruz avait écrit plus tôt sur Twitter: "Sans son soutien, je ne serais pas au Sénat. Quoi qu'elle fasse en 2016, je resterai un grand fan".

Les républicains font campagne activement dans le petit Etat de l'Iowa où les électeurs voteront le 1er février sous la forme de réunions appelées "caucus", première étape des primaires dans le pays. Pour l'instant, d'après les sondages, Donald Trump et Ted Cruz y sont au coude-à-coude.

Seul point noir dans la journée de Donald Trump: la famille de John Wayne a démenti le soutenir dans la course présidentielle. Le matin, la fille de John Wayne, Aissa Wayne, avait affirmé que si son père était encore là, "il se tiendrait ici à ma place", au musée à la mémoire de l'acteur à Winterset, dans l'Iowa, où Donald Trump avait organisé une réunion publique.

"Personne ne peut parler au nom de John Wayne, et ni la famille, ni la fondation ne soutient des candidats en son nom", a corrigé ensuite dans un communiqué Ethan Wayne, fils de John Wayne et président de l'entreprise et de la fondation familiales.

Avec AFP

Toutes les actualités

Biden est donné en tête dans certains sondages

Biden est donné en tête dans certains sondages
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:43 0:00

Nouveau record de femmes candidates à la Chambre des représentants aux Etats-Unis

Des parlementaires écoutant le discours du président Donald Trump qui s'adresse au Congrès, à Washington, le 28 février 2017. (REUTERS/Kevin Lamarque)

Un nombre record de femmes se présentent pour être élues à la Chambre des représentants en novembre, a annoncé vendredi le Centre pour les Femmes Américaines en Politique (CAWP).

Déjà "243 femmes ont décroché leur candidature pour un siège à la Chambre américaine" lors des élections parlementaires du 3 novembre, "un nouveau record", écrit le CAWP, qui dépend de l'université Rutgers.

"Le précédent record de 234 avait été atteint en 2018", poursuit-il, en précisant que puisque des primaires doivent encore être organisées dans 13 Etats, le nombre actuel de candidates "devrait encore augmenter".

Fait marquant cette année, 74 femmes républicaines sont déjà candidates pour la Chambre en novembre, alors que leur précédent record, bien moindre avec 53 candidates, remontait à 2004.

En face, 169 femmes démocrates sont déjà candidates, moins que leur record de 182 atteint en 2018, souligne le CAWP.

Moins d'un quart des sièges du Congrès sont actuellement occupés par des femmes: 101 élues à la Chambre, dont 88 démocrates, et 26 sénatrices, dont 17 démocrates.

La présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi a repris, en janvier 2019, le marteau de Speaker, qu'elle avait déjà tenu entre 2007 et 2011, lorsqu'elle était devenue la première femme de l'histoire américaine à accéder à ce poste crucial.

Donald Trump propose un nouveau plan d'aide par décret

Donald Trump propose un nouveau plan d'aide par décret
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Émeutes et pillages à Chicago après que la police tire sur un suspect

La police de Chicago enquête sur la zone située devant un magasin Apple qui a été pillé à Chicago, dans l'Illinois, aux États-Unis, le 10 août 2020. REUTERS/Kamil Krzaczynski

Plus de 100 personnes ont été arrêtées lundi à la suite d'une nuit de pillages et de troubles qui ont fait 13 blessés et causé des dégâts considérables à Chicago, dans le quartier commercial chic de Magnificent Mile et dans d'autres parties de la ville, selon les autorités.

Le commissaire de police David Brown a déclaré qu'il ne s'agissait "pas d'une manifestation organisée" mais plutôt "d'un incident de nature purement criminelle".

Selon la presse locale, les incidents ont éclaté après que des éléments de la police aient ouvert le feu sur un suspect la veille dans le quartier Englewood.

La mairesse de Chicago, Lori Lightfoot, a dénoncé les violences et le pillage des magasins : "C'est une attaque contre notre ville", a-t-elle déclaré.

Plusieurs personnes ont été arrêtées et devraient faire face à des accusations de pillage, de trouble à l'ordre public et de coups et blessures contre la police.

De nombreux commerces, qui faisaient déjà les frais d’une baisse d’activité à cause du coronavirus, ont été saccagés.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des gens entrer et sortir de magasins au milieu de la nuit avec des marchandises en main.

Les pillages se sont étendus aux magasins situés à des kilomètres du centre-ville, selon le quotidien Chicago Tribune.

Joe Biden est en tête des sondages devant le président sortant Donald Trump

Joe Biden est en tête des sondages devant le président sortant Donald Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG