Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Après 20 ans au pouvoir, Poutine incontournable sur les stands touristiques

Le président russe Vladimir Poutine arrive pour une conférence sur la Libye à la chancellerie de Berlin, en Allemagne, le dimanche 19 janvier 2020. (AP)

Après vingt années de pouvoir, des stands de souvenirs russes aux librairies, des matriochkas aux chocolats, le visage de Vladimir Poutine est omniprésent.

Même si les ventes ne sont pas nécessairement colossales, son profil est devenu un élément incontournable du folklore russe proposés aux touristes russes et étrangers. Particulièrement à Saint-Pétersbourg sa ville natale.

En chef de guerre, caressant des animaux sauvages ou chevauchant un ours, Vladimir Poutine s'affiche sur à peu près tout support pouvant être vendu.

Artiste peintre et homme d'affaires, Alexeï Serguienko ne fait pas exception: dans chacun de ses 64 kiosques à souvenirs, situés autour de la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé, on retrouve alignées des poupées gigognes à l'effigie du président.

"Le volume des ventes des souvenirs avec Poutine ne représente que 3-4% (du total), mais c'est stable", souligne M. Serguienko, un fan de l'homme fort de la Russie qui lui a consacré une exposition en 2012, intitulée "Président. Un homme à l'âme bonne".

On y voyait un Poutine "pop art", portant un enfant sur ses épaules sur fond de soleil flamboyant, ou arrêtant une météorite en costume de super-héros hollywoodien, des tableaux qui jouaient sur l'imagerie du "sauveur de la Nation" régulièrement mise en avant par les autorités.

-'On s'y est habitués' -

Aujourd'hui encore, des tablettes de chocolat emballées dans du papier représentant ces oeuvres d'Alexeï Serguienko sont vendues 150 roubles (deux euros) dans des boutiques de Saint-Pétersbourg.

Au Dom Knigi (Maison des livres), la plus grande librairie de Saint-Pétersbourg sur la prestigieuse perspective Nevski, les représentations de Poutine sont aussi inévitables.

Du simple aimant vendu une centaine de roubles au mug à 600 roubles (8,5 euros), "ça fait partie de la gamme des souvenirs, on s'y est habitués", constate Natalia, une vendeuse.

Directeur de la société "Che Guevara", spécialisée dans la vente en ligne de souvenirs à forte consonance politique, Alexeï Ivanov explique que Poutine est désormais identifié aux Russes.

"Le principal, c'est (sa) popularité, le fait qu'il soit très reconnaissable et la relation +spéciale+ (des Russes) avec cet homme", dit-il.

Car malgré une récente baisse de popularité due à la stagnation économique et une douloureuse réforme des retraites, pour la majorité des Russes, il reste, 20 ans après son arrivée au pouvoir, celui qui a sorti le pays du chaos post-soviétique, même si ce fut aux prix de libertés publiques et politiques.

Vladimir Poutine est aussi crédité pour avoir réimposé la puissance russe sur la scène internationale, avec notamment la populaire annexion de la Crimée ukrainienne en 2014.

C'est peu après ce tour de force, qu'Alexandre Savenkov, agent immobilier à Saint-Pétersbourg, a acheté son t-shirt noir à l'effigie du président.

"Je le mets de temps en temps, surtout lorsque je suis en vacances à l'étranger", s'amuse le quadragénaire.

"Poutine est un leader fort, je le respecte pour cela", poursuit-il.

-"Jusqu'à la fin de ma vie"-

Pour Andreï Stepanov, un ingénieur péterbourgois de 60 ans, tout ça c'est trop.

"J'ai déjà l'impression d'habiter en Corée du Nord, le Grand Poutine est partout: à la télé, aux journaux, ses portraits sont dans tous les établissements officiels et même sur les souvenirs, c'est trop", regrette-t-il.

Le Kremlin dit aussi trouver qu'il y a des excès. Son porte-parole, Dmitri Peskov a ainsi jugé "inappropriée" la récente mise en vente à l'aéroport de Saint-Pétersbourg d'imitations d'icônes orthodoxes représentant Vladimir Poutine.

"Nous ne l'approuvons pas. Le président lui-même ne l'approuve pas, on peut difficilement appeler ça des icônes", a-t-il déclaré en réponse à une question de l'AFP.

La présidence russe a néanmoins mis en ligne un site entier de photos et vidéos souvenirs retraçant les 20 années au pouvoir de M. Poutine: en compagnie d'homologues, à la pêche, avec un bébé tigre, l'arme à la main, au volant d'une voiture de course ou commandant des unités militaires.

Les bibelots estampillés Poutine risquent en tout cas de rester incontournables longtemps, regrette Sergueï, qui en vend dans le centre-ville de Saint-Pétersbourg.

"Je me demande si je continuerai à les vendre jusqu'à la fin de ma vie et j'ai peur que la réponse soit positive!", dit le jeune homme d'une trentaine d'années.

Toutes les actualités

Des médecins stagiaires se retrouvent face à de lourdes responsabilités

Des médecins stagiaires se retrouvent face à de lourdes responsabilités
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Le meurtre d'une étudiante par son compagnon ravive l'inquiétude sur la "cohabitation forcée" en Italie

Affiches contre la violence faite aux femmes lors de la campagne d’art de rue "Just Because I am a Woman" par l’artiste Alexsandro Palombo, Milan, Italie, 16 janvier 2020. (AP Photo/Antonio Calanni)

Une Sicilienne a été étranglée par son compagnon, un fémicide qui ravive les inquiétudes pour les femmes victimes de violence, contraintes à une "cohabitation forcée" induite par le confinement.

Le crime s'est produit mardi à Furci Siculo dans le département de Messine, et c'est son auteur qui a appelé les carabiniers pour se dénoncer, selon les médias italiens. La victime, 27 ans, était inscrite comme son compagnon à la faculté de médecine de Messine. Avant d'appeler les carabiniers, le meurtrier a tenté de se suicider.

Selon le recteur de l'université Salvatore Cuzzocrea, où étudiait le couple, cette tragédie est liée à la "situation de crise que nous vivons en ce moment". "Les experts avaient mis en garde contre le risque que la cohabitation forcée n'accentue les conflits familiaux".

La présidente de la commission Féminicide du Sénat, Valeria Valente, a dénoncé "l'énième féminicide survenu dans un foyer, où la crise du coronavirus nous impose de rester". "Demandez l'éloignement de ceux qui peuvent vous faire du mal ou en dernier recours éloignez-vous, y compris avec vos enfants", a-t-elle lancé, en rappelant le numéro d'urgence mis à disposition pour ce genre de situations.

La semaine dernière, la ministre italienne de l'Egalité hommes-femmes et de la Famille Elena Bonetti avait souligné la nécessité de trouver des maisons-refuges pour les femmes victimes de violences, contraintes de cohabiter avec leurs compagnons violents en raison des mesures de confinement imposées par le gouvernement pour lutter contre la propagation du coronavirus.

En France, les hôpitaux publics débordent de patients atteints du Covid-19

En France, les hôpitaux publics débordent de patients atteints du Covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:31 0:00

Interventions à domicile pour soulager les hôpitaux italiens

Interventions à domicile pour soulager les hôpitaux italiens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Coronavirus: bataille pour des masques chinois entre la France et les Etats-Unis

Première livraison en France de masques en provenance de Chine à Vatry, le 30 mars 2020. (Thomas Paudeleux/ECPAD via AP)

Des masques commandés en Chine par la France sont rachetés par les Américains sur le tarmac des aéroports chinois avant le départ des avions de livraison, a déploré mercredi Jean Rottner, président de la région française du Grand Est, particulièrement touchée par l'épidémie de coronavirus.

"Sur le tarmac, les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois les commandes que nous avons faites, donc il faut vraiment se battre", assure M. Rottner sur la radio RTL, expliquant que les avions s'envolent ensuite vers les Etats-Unis et non plus la France.

"C'est compliqué, on se bat 24 heures sur 24" pour que les masques soient livrés, a-t-il déclaré, indiquant avoir mis en place une cellule de sa région "dédiée" pour "gagner ces marchés".

Le président de la région Paca (sud-est), Renaud Muselier, s'était également plaint mardi d'une telle pratique de la part d'acheteurs américains.

Deux millions de masques chirurgicaux commandés par la région Grand Est à la Chine ont été livrés dans la nuit de mardi à mercredi.

"J'ai été très heureux de voir arriver cet avion chez nous hier soir", a déclaré M. Rottner.

Le Grand Est a été la première région à recevoir sa propre commande de masques passée en complément des commandes nationales.

Emmanuel Macron, critiqué pour le manque de masques auquel doit faire face la France, a notamment promis mardi "l'indépendance pleine et entière" d'ici à la fin de l'année pour la production de masques, lors d'une visite dans une usine de fabrication.

Les Etats-Unis, qui ont tardé à prendre des mesures pour enrayer la propagation du coronavirus sur leur territoire, sont également à la recherche de masques.

Voir plus

XS
SM
MD
LG