Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Retrait d’une circulaire sur le voile obligatoire à l’école dans une province pakistanaise

Ecolières pakistanaises, Peshawar, Pakistan, 18 avril 2016.

Une circulaire obligeant les écolières à se couvrir d'un voile dans deux grandes villes du nord-ouest du Pakistan a été retirée mardi après un tollé sur les réseaux sociaux.

Lundi, des responsables éducatifs des districts de Peshawar, la capitale du Khyber-Pakhtunkhw, et de Haripur, une autre ville de cette province conservatrice, avaient sommé les élèves d'écoles publiques de porter le voile, l'abaya ou le tchador pour "se protéger de tout accident contraire à l'éthique".

Mais la directive avait été vivement critiquée à l'échelle nationale, notamment sur les réseaux sociaux, de nombreuses voix dénonçant une nouvelle entrave aux droits des femmes dans ce pays musulman profondément patriarcal. La circulaire a ainsi été retirée.

"C'est donc sur les écolières que pèse le fardeau des comportements contraires à l'éthique et non sur les pervers qui harcèlent les filles, qu'elles soient couvertes ou non", avait tonné une utilisatrice sur Twitter.

La mesure, même si elle a été retirée, "n'a pas redoré l'image du Pakistan", a observé Tahira Abdullah, une militante pakistanaise des droits des femmes. "Alors que le reste du monde va de l'avant sur l'éducation, la protection et le développement de ses enfants, le Pakistan recule", a-t-elle poursuivi.

Amna Haleem, étudiante en géologie à l'université de Peshawar, a réclamé le droit pour une femme de choisir de se couvrir ou non. "L'État ne devrait pas s'immiscer dans ces questions et les laisser à la discrétion des femmes", a-t-elle déclaré.

Siraj-ud-din Khan, un parlementaire régional, a notamment averti que son parti radical, le Jamaat-e-Islami, allait protester et "forcer le gouvernement à faire respecter cet ordre dans toute la province".

Toutes les actualités

Minute Eco: 638 millions de dollars pour sauver South African Airways

Minute Eco: 638 millions de dollars pour sauver South African Airways
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

Au Bangladesh, des dizaines de milliers de manifestants contre la France

Au Bangladesh, des dizaines de milliers de manifestants contre la France
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:35 0:00

Washington fait appel de la décision de l'OMC face à la Chine

Le vice-Premier ministre chinois Liu He et le président américain Donald Trump se serrent la main après avoir signé la "phase 1" de l'accord commercial américano-chinois à Washington, États-Unis, le 15 janvier 2020. REUTERS / Kevin Lamarque

Washington a fait appel auprès de l'Organisation mondiale du commerce de sa condamnation sur les taxes douanières punitives imposées à la Chine au début de la guerre commerciale entre les deux grandes puissances.

Les Etats-Unis en ont fait l'annonce lors d'une réunion de l'Organe de règlement des différends (ORD) de l'organisation basée à Genève, a indiqué un porte-parole de l'OMC.

Washington avait été condamné le 15 septembre par l'ORD. Ce cas, porté par Pékin devant l'OMC en 2018, concerne une première tranche de droits de douane imposés par l'administration Trump sur quelque 250 milliards de dollars de biens chinois.

Ces tarifs punitifs ont marqué le début d'une guerre commerciale entre les deux géants économiques et constitué l'une des marques de fabrique de la présidence Trump.

Washington et Pékin ont ensuite conclu un accord commercial, en grande partie au point mort.

Dans son jugement rendu à la mi-septembre, l'ORD stipulait que "les mesures en cause sont incompatibles" avec divers articles du GATT (ancêtre de l'OMC), et recommandé "que les Etats-Unis rendent leurs mesures conformes à leurs obligations".

Réagissant au verdict de l'Organe de règlement des différends de l'OMC, l'administration Trump avait jugé l'organisation "totalement inadéquate" pour mettre fin aux pratiques commerciales de la Chine, jugées déloyales.

Ce jugement était très attendu dans la mesure où il s'agit d'un des premiers verdicts de l'OMC portant sur la guerre commerciale.

En règle générale, l'organe d'appel de l'OMC dispose de trois mois pour rendre son rapport. Toutefois, l'organe d'appel, dont la nomination des juges est bloquée par Washington, n'est plus opérationnel depuis décembre 2019 faute de magistrats en nombre suffisant.

Washington accuse Moscou et Téhéran d'ingérence

Washington accuse Moscou et Téhéran d'ingérence
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Minute Éco: nouveau budget en RDC et chômage des Américains naturalisés

Minute Éco: nouveau budget en RDC et chômage des Américains naturalisés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG