Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

Rencontre de Tshisekedi et Sassou N'guesso à Brazzaville

Les présidents Tshisekedi Tshilombo et Sassou N'Guesso à l'aéroport de Brazzaville, le 7 fevrier 2019. (VOA/Arsène Séverin)

Comme prévu, Félix Tshisekedi est arrivé jeudi en fin d'après midi à Brazzaville où il a été accueilli par son homologue Denis Sassou N'Guesso. Les deux hommes ont ensuite eu un tête-à-tête dans la soirée sur les questions de coopération bilatérale.

Malgré le soleil accablant et une sécurité renforcée autour des installations aéroportuaires, un demi millier de personnes ont pu s'amasser au pavillon présidentiel de l'aéroport international Maya Maya de Brazzaville pour accueillir Félix Tshisekedi, le nouveau président de la RDC.

Nombreux sont les ressortissants de la RDC qui sont venus manifester la joie à leur président qui confie à VOA Afrique: "Nous avons reçu le président Félix Tshisekedi Fatshi qui vient nous réconforter, car on était impatient, on attendait ce mouvement. Nous avons la foi que sa démarche est bonne : c'est derrière la maison. Il est allé loin, a tourné et est revenu derrière la maison. Donc, cela ne nous a pas déçus."

Un autre ressortissant de la RDC témoigne : "Les structures qui gouvernent, faisant partie du pays, doivent être renouvelées. Il doit y avoir un changement d'hommes pour le progrès".

Des ressortissants de la RDC venus accueillir Félix Tshisekedi à l'aéroport de Brazzaville, le 7 fevrier 2019. (VOA/Arsène Séverin)
Des ressortissants de la RDC venus accueillir Félix Tshisekedi à l'aéroport de Brazzaville, le 7 fevrier 2019. (VOA/Arsène Séverin)

"Nous sommes venus voir notre président démocratiquement élu, avec passation de pouvoirs sans difficultés. Nous allons l'accompagner et l'aider avec tout. Comme le papa avait laissé un mot d'ordre : le peuple d'abord avant toute chose", ajoute-t-il.

Après la cérémonie officielle marquée par l'exécution des hymnes nationales, Félix Tshisekedi, accompagné de son homologue Denis Sassou N'Guesso, a pris un bain de foule sur quelque 300 mètres, à la sortie de l'aéroport.

Dans la soirée, les deux chefs d'Etat ont eu un tête-à-tête sur divers sujets, mais dont la teneur n'a pas révélée la nuit dernière.

Un communiqué, sanctionnant ces discussions sera publiée avant le retour du président Tshisekedi avant midi à Kinshasa.

Toutes les actualités

Congo: appel à la création d'une commission d’enquête sur les victimes du référendum de 2015

Une affiche de campagne du président congolais réélu Denis Sassou Nguesso est photographiée à l'extérieur du siège du Parti congolais du travail (PCT) au pouvoir à Brazzaville le 23 mars 2021.

Une ONG congolaise a réclamé vendredi la mise en place d’une commission d’enquête indépendante "pour rendre justice" aux personnes tuées durant la campagne du référendum de 2015, qui avait permis au président Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat en 2016.

"Ce qui s’est passé en 2015, ce sont des crimes extrêmement graves et il est incompréhensible que six ans après justice ne soit pas rendue", a déclaré à l’AFP Trésor Nzila, directeur exécutif du Centre d’actions pour le développement (CAD).

"Nous voulons coûte que coûte une commission d’enquête indépendante sur les victimes de la campagne référendaire, pour que la justice s’enclenche", a-t-il ajouté.

En octobre 2015, le Congo est en pleine campagne référendaire. Deux camps s'opposent: d’un côté les partisans du pouvoir qui militent pour le changement de la constitution adoptée en 2002, de l’autre les opposants qui appellent au boycott. Les manifestations de ces derniers sont réprimées par la force publique.

Le bilan établi par les autorités faisait état de quatre morts et dix blessés par balles dont trois membres des forces de l’ordre.

"Ce bilan est largement sous-estimé, des sources indépendantes ont enregistré une trentaine de morts", a souligné Trésor Nzila. "La contradiction des chiffres fait obligation à ce qu’il y ait une commission d’enquête indépendante", a-t-il insisté.

En 2018, le gouvernement congolais s’était engagé devant la Commission des droits de l’homme de l’ONU à mettre en place une commission devant faire la lumière sur ces évènements.

"Mais, trois ans après, cette commission ne voit toujours pas le jour", a encore déploré M. Nzila.

Une fois adoptée en 2015, la nouvelle constitution avait fait sauter le verrou de la limitation des mandats à deux, permettant ainsi à Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat en 2016, puis un quatrième en mars dernier.

Le président Sassou Nguesso, 78 ans, a la possibilité de se présenter (pour la dernière fois) en 2026.

Pétrole: Brazzaville espère mobiliser près de 1094 milliards FCFA en 2022

Pétrole: Brazzaville espère mobiliser près de 1094 milliards FCFA en 2022
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:32 0:00

Des bibliothèques humaines pour connaitre l'Autre et combattre les préjugés

Des bibliothèques humaines pour connaitre l'Autre et combattre les préjugés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:37 0:00

Flambée des cas de coronavirus à Brazzaville: suspension des mariages

Flambée des cas de coronavirus à Brazzaville: suspension des mariages
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:57 0:00

Les avocats du général Mokoko contestent son renvoi en prison

Les avocats du général Mokoko contestent son renvoi en prison
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG