Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Ramaphosa remanie son gouvernement: départ de Mboweni et Mkhize


Le ministre des finances Tito Mboweni, plusieurs fois démissionnaire, est enfin libéré par le président Cyril Ramaphosa.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé jeudi soir un important remaniement gouvernemental, et nommé une dizaine de nouveaux ministres, notamment à la Santé, la Défense et la Finance.

Le premier départ qui captive l'attention est celui du ministre des finances, Tito Mboweni.

Âgé de 62 ans, Tito Mboweni a été le premier noir à diriger la banque centrale d'Afrique du Sud. Selon le quotidien Business Day, il avait accepté de devenir ministre des finances après la démission soudaine de Nhlanhla Nene en octobre 2018.

M. Mboweni s'attendait à une transition courte et a cherché depuis longtemps à quitter le gouvernement, allant même jusqu'à présenter sa démission plusieurs fois -- plus récemment au mois de mars -- mais le président avait choisi à chaque fois de le maintenir dans l'équipe gouvernementale. Il est désormais remplacé par un poids lourd de l'ANC, Enoch Godongwana, précise Business Day.

La lutte contre le covid sans Zweli Mkhize

Le ministre de la Santé, Zweli Mkhize, visage de la lutte contre la pandémie, était depuis deux mois en "congé spécial" suite à des accusations de corruption.

Le président a précisé, dans son allocution télévisée, avoir reçu "une demande" de M. Mkhize afin de "lui permettre de quitter son poste pour apporter de la stabilité à cette fonction importante", saluant "le leadership exceptionnel" de son ministre face à la pandémie de coronavirus.

M. Mkhize, 65 ans, médecin de formation, avait été suspendu début juin suite à l'ouverture d'une enquête pour corruption visant deux de ses proches au ministère, dans le cadre d'un contrat public pour lutter contre la pandémie.

L'ancien ministre sud-africain de la santé, Zweli Mkhize.
L'ancien ministre sud-africain de la santé, Zweli Mkhize.

L'Unité des enquêtes spéciales (SIU) avait saisi la semaine dernière la justice pour récupérer l'équivalent de près de neuf millions d'euros provenant d'un contrat irrégulier avec la société de communication Digital Vibes, qui aurait bénéficié à M. Mkhize et à son fils.

Ses enquêteurs ont remis un rapport complet au président fin juin. Et cette semaine, le quotidien Daily Maverick a publié sa propre enquête, affirmant que les fonds détournés avaient été investis dans un salon de beauté pour ongles appartenant à la belle-fille de Mkhize, entre autres extravagances.

XS
SM
MD
LG