Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Des manifestations de colère violemment réprimées à Beni

Manifestations contre les attaques des ADF et le manque d'intervention de la part de la Monusco à Beni, dans le Nord-Kivu, en RDC, le 21 novembre 2019.

Des manifestants ont visé un camp des Nations unies vendredi à Beni dans l'est de la République démocratique du Congo où la police a violemment dispersé leur mouvement de colère face aux massacres attribués aux miliciens ADF.

Plusieurs dizaines de manifestants ont arraché des fils barbelés protégeant un camp de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) à l'entrée de Beni-ville, a constaté un correspondant de l'AFP.

Ils dénoncent l'impuissance de l'ONU et de l'armée congolaise contre les massacres des miliciens ADF, qui ont tué plus de 60 civils dans la région depuis début novembre, dont au moins sept à Beni mercredi.

Les forces de sécurité congolaises ont tiré des balles réelles et des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser ces manifestants, selon le correspondant de l'AFP.

Plusieurs dizaines de jeunes ont lancé des pierres et des morceaux de bois en direction des forces de sécurité, avant de s'en prendre à la base de la Monusco.

Toutes les activités étaient paralysées dans d'autres parties de la ville, pour le deuxième jour de suite.

A Butembo, à 54 km de Beni, des manifestants ont barricadé les routes et incendié des pneus. Les magasins et les marchés n'ont pas ouvert et les taxis et les bus ne circulaient pas en signe de solidarité envers les habitants de Beni.

"Dix personnes ont été interpellées. La police va les interroger séparément pour qu'elles nous disent ce qu'elles faisaient sur la voie publique ce matin", a déclaré à l'AFP le maire de la ville de Butembo, Sylvain Kanyamanda.

"On ne peut pas pleurer des compatriotes tués en troublant l'ordre public. Dans quelques instants, l'ordre sera rétabli", a-t-il assuré.

L'armée congolaise a annoncé le 30 octobre des opérations militaires contre les bases des Forces démocratiques alliées (ADF), qui ont tué plus d'un millier de civils dans la région de Beni depuis octobre 2014.

L'armée congolaise n'a pas sollicité pour le moment le renfort des Casques bleus de la Monusco. La coopération onusienne se limite à des échanges de renseignements et des évacuations sanitaires.

A l'origine, les ADF sont des rebelles ougandais musulmans hostiles au président Yoweri Museveni, installés dans l'est de la RDC depuis 1995.

Un quart de siècle plus tard, ils n'attaquent plus les frontières ougandaises voisines et ne revendiquent aucun de leurs massacres en RDC. Leur recrutement s'est étendu à d'autres nationalités des pays voisins swahilophones (Tanzanie...).

Toutes les actualités

Des entrepreneurs congolais créent des emballages à base de fibre de bananier

Des entrepreneurs congolais créent des emballages à base de fibre de bananier
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:37 0:00

RDC : dix civils tués dans deux attaques attribuées aux ADF

RDC : dix civils tués dans deux attaques attribuées aux ADF
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

RDC : dix civils tués dans deux attaques attribuées aux ADF

Une patrouille de la Monusco pour traquer les rebelles ougandais des Forces Démocratiques Alliés (ADF), le 13 novembre 2018.

Dix civils ont été dans la nuit de samedi à dimanche dans deux attaques attribuées au groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF) dans la partie orientale de la République démocratique du Congo, selon l'armée.

"Nous déplorons la mort de huit civils, décapités dans le village de Boyo, ici en Ituri par des ADF (...) qui ont aussi tué deux autres civils par balle à Kainama", a déclaré à l'AFP le lieutenant Jules Ngongo, porte-parole de l'armée dans la province de l'Ituri (nord-est).

"La poursuite de l'ennemi pour nettoyer la zone continue", a-t-il affirmé.

Des sources administrative et locales ont confirmé les deux attaques, précisant que des maisons ont également été "incendiées" par les assaillants.

Le village de Kainama est situé dans l'extrême nord de la province du Nord-Kivu, à la limite avec l'Ituri. Il est à 5 km de celui de Boyo.

Les ADF sont historiquement des rebelles musulmans ougandais installés dans l'est de la RDC depuis 1995. Sans s'attaquer à l’Ouganda depuis des années, ces bandes armées commettent régulièrement des massacres sur des civils sans défense depuis octobre 2014 dans la région de Beni et ses environs.

L'armée congolaise mène des opérations militaires contre ces ADF dans cette zone depuis fin octobre 2019, sans toutefois avoir pu mettre fin aux massacres.

Dispersés par ces opérations militaires, les ADF opèrent désormais en petits groupes mobiles, selon des experts de l'ONU.

Après une relative accalmie en janvier, les membres présumés des ADF multiplient des tueries des civils depuis début février dans les territoires de Beni (Nord-Kivu) et Irumu (Ituri, nord-est).

Depuis près de trois décennies, l'est de la RDC est déstabilise par la présence de dizaines de groupes armés locaux et étrangers d'importance diverses.

Dans un récent rapport, les experts du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST en anglais) ont recensé au moins "122 groupes armés" actifs dans quatre provinces orientales (Ituri, Nord-Kivu, Sud-Kivu et Tanganyika).

La riposte contre Ebola a repris au Nord-Kivu

La riposte contre Ebola a repris au Nord-Kivu
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00

L'ambassadeur tué en RDC "a été trahi" par un proche, selon sa femme

Les carabiniers transportent le cercueil de l'ambassadeur italien Luca Attanasio dans la Basilique de Sainte Marie des Anges et des Martyrs à Rome, le 25 février 2021.

Selon le quotidien italien Il Messaggero, l'ambassadeur Luca Attanasio a été trahi par une personne proche de la famille.

C'est ce qui ressort d'une interview accordée par la veuve de l'ambassadeur tué lundi dans une embuscade en République démocratique du Congo (RDC).

Luca Attanasio, 43 ans, circulait dans la province du Nord-Kivu (est), près de la frontière avec le Rwanda, à bord d'un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) lorsque celui-ci a été pris dans une embuscade.

L'ambassadeur, son garde du corps italien, le carabinier Vittorio Iacovacci, 30 ans, et un chauffeur congolais du PAM, Mustafa Baguma Milambo, 56 ans, ont été tués par balles.

Pour sa veuve, Zakia Seddiki, "Luca a été trahi par quelqu'un qui nous est proche, proche de notre famille". "Quelqu'un qui connaissait ses déplacements a parlé, l'a vendu et l'a trahi", a-t-elle ajouté, sans plus de précisions.

Les circonstances de la fusillade devront être éclaircies par les enquêtes du PAM et de l'ONU à qui le chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, a demandé "le plus rapidement possible, des réponses claires et exhaustives".

Le parquet de Rome, où se trouve le siège mondial du PAM, a ouvert de son côté une enquête pour "séquestration de personnes à des fins terroristes", selon la presse italienne.

Les autorités congolaises accusent les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), installées dans l'est de la RDC. Mais dans un entretien accordé à VOA Afrique, un porte-parole des FDLR, Cure Ngoma, a nié toute implication dans cette attaque. Il s'est dit prêt à témoigner, tout en réclamant une enquête internationale et impartiale.

Selon les autorités congolaises et italiennes, l'attaque s'est produite à quelques kilomètres de la commune de Kiwanja, où Luca Attanasio et des fonctionnaires du PAM devaient visiter une école.

Selon le journal La Stampa, Luca Attanasio, arrivé en RDC en 2017, avait demandé l'année suivante au ministère italien des Affaires étrangères une escorte de quatre carabiniers, comme celle dont bénéficiait son prédécesseur, au lieu des deux alors en poste. Après une mission d'inspection en RDC, le ministère a refusé sa demande, écrit le quotidien.

Le PAM et le ministère italien des Affaires étrangères n'avaient pas immédiatement répondu vendredi aux sollicitations de l'AFP.

Après des funérailles d'Etat organisées jeudi à Rome, Luca Attanasio devait être inhumé samedi dans sa ville de Limbiate, près de Milan (nord).

Mort de l'ambassadeur Attanasio: les FDLR rejettent toute responsabilité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG