Liens d'accessibilité

Rapatriement de 275 Maliens en provenance d'Algérie et de la Guinée-Équatoriale


Des centaines de Maliens ont été rapatriés au Mali, le 13 décembre 2016. (VOA/Kassim Traoré)

Partis ailleurs, 275 Maliens sont de retour, 266 viennent de l’Algérie et 9 de la Guinée Equatoriale. Ils ont tous été accueillis par les autorités, avant que certains regagnent leurs familles et villes d’origines. Au niveau du centre d’accueil des maliens expulsés les 275 ont recensés, certains ont eu des soins, d’autres des conseils et des repos après le long trajet Mali-Algérie par car via le Niger.

C’est une dizaine de cars bien escortés qui ont ramené les Maliens d’Algérie, un long trajet de Tamssaret à Bamako en passant par Niamey et Ouagadougou.

À l’arrivée, il ont été accueilli par le lieutenant Nouhoum Coulibaly, responsable du centre d’accueil des Maliens expulsés au niveau de la protection civile.

D’après les Maliens expulsés d’Algérie, ils ont été arrêtés à Alger pour une question de vaccination, et de contrôle médical, mais cela s’est transformé en cauchemar pour eux dans un camp militaire.

Youssouf Doumbia, a été arrêté sur le chemin de son travail le 1er décembre 2016 à Alger. "Ils nous avaient dit qu'il y avait une vaccination, on était plein de nationalités différentes, mais ensuite on a été maltraité", se rappelle-t-il.

Parmi les 9 rapatriés de la Guinée-Equatoriale, Soumaïla Dolo de la région de Mopti, il a été arrêté à Bata. Il a fait un mois de prison.

Les 266 Maliens expulsés d’Alger travaillaient tous. Ils sont revenus sain et sauf. Youssouf Doumbia ne peut pas oublier ce qu’il a vécu dans le camp militaire de Zéralda en Algérie.

C’est au Niger que l’Algérie a rapatrié plus 500 Africains. On s’attend à d’autres convois en provenance d’Algérie.

"Il y avait des Maliens, mais aussi des Camerounais et des Burkinabés", explique le lieutenant Nouhoum Coulibaly.

Depuis le début, dans le cadre du rapatriement des Maliens d’Algérie, les autorités maliennes n’ont fait aucune dénonciation, alors que plusieurs Maliens ont les frais des forces de sécurités algériennes.

Kassim Traoré, correspondant à Bamako

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG