Liens d'accessibilité

L'accord de principe sur le retour d'Europe des demandeurs d'asile maliens déjà sur la sellette


Migrants en provenance du Mali et d'autres pays africains attendant d'être secourus en mer Méditerranée, le 19 juillet 2016

L'Union européenne et le Mali sont parvenus à un accord de principe, présenté comme le premier du genre, visant à lutter contre "les causes profondes de la migration irrégulière" et à "favoriser le retour des migrants maliens depuis l'Europe".

"C'est la première fois que l'UE établit des engagements aussi précis avec un pays africain à propos du retour des demandeurs d'asile refusés", a indiqué un communiqué du ministre néerlandais des Affaires étrangères qui a conclu cet accord de principe lors d'un voyage à Bamako.


Répondant à l'invitation de son homologue malien Abdoulaye Diop, cette visite menée au nom de la Haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères Federica Mogherini s'inscrit dans le cadre du plan d'action adopté entre États européens et africains au sommet de La Valette sur l'immigration en novembre 2015, a-t-il rappelé.

L'UE avait décidé à La Valette d'aider financièrement l'Afrique pour endiguer les flux de migrants, avec un fonds d'1,8 milliard d'euros.

Ce communiqué commun porte sur des initiatives pour aider les jeunes au travail, le renforcement des capacités des services de sécurité maliens et une meilleure collaboration avec les pays voisins "pour lutter contre les réseaux de trafiquants d'êtres humains et améliorer le contrôle des frontières".

Neuf projets d'un montant de 145,1 millions d'euros ont été adoptés en ce sens.

Par ailleurs, "des fonctionnaires maliens se rendront dans les pays membres de l'UE pour aider à déterminer l'identité des migrants, afin d'accélérer leur retour", a précisé le communiqué, évoquant leur "réadmission et réintégration".

Protestations d' Abdoulaye Diop

Moins de 24h après la publication de ce communiqué, Abdoulaye Diop, le ministre des Affaires Etrangères maliens a démenti la signature de cet accord sur les réseaux sociaux.


Ces démentis se limitent aux réseaux sociaux. Lundi soir, aucune réaction officielle n'avait été faite par le gouvernement malien selon le correspondant de VOA Afrique.

Le nombre de demandeurs d'asile originaires de plusieurs pays d'Afrique, dont le Mali, le Nigeria et la Gambie, a connu une "hausse considérable" en 2014, d'après les statistiques européennes. Originaires du Mali, ils étaient 12.945 en 2014 et 8.405 l'année suivante, selon Eurostat.

Outre le Mali, l'UE cherche à négocier des accords de renforcement de la coopération économique en échange du retour des migrants avec l'Ethiopie, le Niger, le Nigeria et le Sénégal.

Cet accord de principe, qui sera présenté lundi à Bruxelles, est "nécessaire", selon le ministre néerlandais Bert Koenders, dont le pays assurait la présidence de l'UE au début de l'année.

"Car c'est seulement avec ce genre de collaborations que nous pouvons prendre le problème de la migration à la racine", a-t-il déclaré, cité dans le communiqué. "Les jeunes Maliens peuvent tant contribuer au futur de leur pays. Nous devons éviter que les Maliens en route pour l'Afrique du Nord ou l'Europe ne perdent la vie ou ne tombent entre les mains de passeurs", a poursuivi le ministre.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG