Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Quentin Tarantino et "1917" grands vainqueurs aux Golden Globes

76th Annual Golden Globe Awards - Arrivals

"Once Upon a Time... in Hollywood" de Quentin Tarantino et "1917", drame historique de Sam Mendes, se sont illustrés dimanche soir lors de la soirée des Golden Globes, qui lancent traditionnellement la course aux prix cinématographiques à Hollywood, avec en ligne de mire les Oscars.

Déception pour Netflix qui dominait les nominations avec 34 candidats au total, la plateforme de streaming et ses milliards de dollars n'ont obtenu qu'un modeste Golden Globe pour le cinéma. Il s'agit de Laura Dern, sacrée "meilleure actrice dans un second rôle" pour "Marriage Story", pourtant donné favori avec six sélections au total.

Quentin Tarantino a été récompensé par le prix de la "meilleure comédie" ainsi que celui du scénario pour son film, véritable ode à l'Hollywood des années 1960 et au cinéma de son enfance.

Brad Pitt a enfin reçu le Golden Globe du meilleur second rôle mais "Once Upon a Time... in Hollywood" a manqué de peu le grand chelem. Leonardo DiCaprio s'est incliné face à l'outsider Taron Egerton, sacré "meilleur acteur dans une comédie" pour son rôle d'Elton John dans le biopic "Rocketman".

L'autre vainqueur de cette soirée pleine de paillettes et de champagne est incontestablement "1917", "grosse surprise" pour son réalisateur Sam Mendes.

Drame historique consacré à la Première Guerre mondiale, le long-métrage a été distingué dans la catégorie phare du meilleur film dramatique et du meilleur réalisateur.

"1917" met en scène deux jeunes soldats britanniques perdus dans ce conflit et qui se retrouvent chargés d'une mission quasiment impossible.

Tour de force de réalisation, la course contre la montre des deux jeunes gens est tournée comme un plan-séquence long de deux heures, qui a visiblement plu au jury de l'Association de la presse étrangère d'Hollywood qui décerne les Golden Globes.

- Scorsese bredouille -

Sam Mendes l'a emporté dans sa catégorie face à des poids lourds comme Quentin Tarantino et Martin Scorsese, dont "The Irishman" - autre production Netflix - est reparti bredouille malgré cinq nominations.

"Je veux juste dire qu'il n'y a pas un réalisateur dans cette salle, pas un directeur au monde, qui ne soit pas dans l'ombre de Martin Scorsese", a lancé Sam Mendes, provoquant des applaudissements nourris pour faire passer la pilule.

Les votes pour les nominations aux Oscars sont ouverts jusqu'à mardi, ce qui pourrait inciter certains membres de l'Académie des arts et sciences du cinéma à attendre de voir le palmarès des Golden Globes avant de remplir leur bulletin.

L'an dernier, les quelque 90 membres du jury des Golden Globes avaient eu le nez creux: tous les primés aux Golden Globes dans la catégorie cinéma ont remporté un Oscar, à l'exception de celle de la musique de film.

A cette aune, Joaquin Phoenix a consolidé sa place de favori aux Oscars avec un Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique pour sa performance dans "Joker", une incarnation forte et controversée de l'ennemi juré de Batman.

Comme d'autres vedettes montées avant lui sur la scène des Golden Globes, Joaquin Phoenix a mis son temps de parole à profit pour sonner l'alarme sur le réchauffement climatique et les incendies géants qui ravagent l'Australie, jusqu'à ce que la production l'incite à rendre le micro en envoyant de la musique...

- Renée Zellweger et Awkwafina -

Chez les actrices, Renée Zellweger a été sacrée meilleure actrice dramatique pour son rôle de Judy Garland dans le biopic "Judy". Dans la catégorie "comédie" (contrairement aux Oscars, les Golden Globes font la distinction), c'est la comédienne américaine d'origine asiatique Awkwafina qui s'est imposée, pour son rôle de Billi dans le film "L'Adieu", sur une famille chinoise réunie par un drame.

Le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère a été octroyé à "Parasite", du Sud-Coréen Bong Joon-ho.

Il a devancé deux oeuvres françaises, "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma, et "Les Misérables" de Ladj Ly.

Déjà palme d'or au festival de Cannes en 2019, "Parasite" est considéré comme l'un des favoris pour les Oscars mais les statuts des Golden Globes ne permettent pas à un film en langue étrangère de concourir dans la catégorie des meilleurs drames ou comédies.

Pour la télévision, la série dramatique de HBO "Succession" l'a emporté sur "The Crown" de son grand concurrent Netflix, qui a dû se contenter d'une récompense pour Olivia Colman et son rôle de reine Elisabeth II.

Autre succès britannique, la série déjantée "Fleabag" (Amazon) a remporté le Golden Globe de la meilleure série comique. Sa créatrice, la Britannique Phoebe Waller-Bridge, a également été primée pour son interprétation du rôle titre.

Avec AFP

Toutes les actualités

Impact politique du procès de Trump

Impact politique du procès de Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:39 0:00

Taxe numérique : France et Etats-Unis ont trouvé un "cadre global commun" pour éviter une escalade commerciale

Le ministre français des Finances Bruno Le Maire a assuré mercredi après une entrevue avec son homologue américain Steven Mnuchin que Paris et Washington avaient trouvé un "cadre global commun" sur la taxe numérique française qui irrite les Etats-Unis.

"La France est prête à reporter le paiement des acomptes de sa taxe digitale à décembre 2020" et les "Etats-Unis sont prêts à suspendre les sanctions" qu'ils menaçaient de prendre contre des produits français pendant ce temps, a-t-il dit en marge du Forum économique mondial de Davos.

"La France n'acceptera ni retrait ni suspension de sa taxe tant qu'il n'y aura pas de solution internationale", a ajouté le ministre, se défendant de plier sous la pression américaine.

"Il reste à nous entendre sur (une) base commune de travail" avec les Etats-Unis pour faire avancer les négociations au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à la fois pour une taxe numérique internationale, et pour une taxation minimale des entreprises.

M. Le Maire a indiqué qu'il allait revoir jeudi son homologue américain pour discuter ce dernier point "non négligeable".

Washington avait notamment avancé comme base de discussion le principe d'une taxation optionnelle, une ligne rouge pour Paris. "Je crois que ce n'est plus sur la table", a dit le ministre français.

Ce dernier a aussi assuré que l'Europe était "unie comme jamais" dans cette affaire, rejetant les accusations de jouer cavalier seul alors que d'autres pays européens mènent leurs propres projets de taxation numérique.

Bataille autour du format du procès en destitution du président

Bataille autour du format du procès en destitution du président
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:26 0:00

Procès en destitution de Trump: l'accusation déroule ses griefs

Procès en destitution de Trump: l'accusation déroule ses griefs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:54 0:00

Destitution: les règles proposées par le chef de la majorité républicaine adoptées

Le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, au Capitole de Washington, le mardi 21 janvier. 2020. (Photo AP / J. Scott Applewhite)

Le Sénat américain a approuvé dans la nuit de mardi à mercredi le calendrier du procès en destitution du président Donald Trump après près de 13 heures de bras de fer entre la majorité républicaine qui veut une procédure rapide et l'opposition démocrate qui dénonce un acquittement joué d'avance.

Avant d'approuver cette "résolution sur l'organisation" des débats proposée par le chef de la majorité Mitch McConnell, les sénateurs ont rejeté onze amendements démocrates visant à forcer la Maison Blanche, le département d'Etat et le ministère de la Défense à présenter des témoins et des documents.

Voici les prochaines étapes de ce troisième procès en destitution d'un président à la chambre haute du Congrès dans l'histoire des Etats-Unis.

- Les arguments -

Les sept élus démocrates de la Chambre des représentants, qui font office de procureurs sous la houlette d'Adam Schiff, présentent à partir de 13H00 (18H00 GMT) mercredi leurs arguments en faveur d'une condamnation de M. Trump pour abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès.

Ils auront 24 heures, sur une période de trois jours maximum, pour convaincre les sénateurs que le milliardaire républicain a fait pression sur l'Ukraine en conditionnant une aide militaire cruciale à l'annonce par Kiev de l'ouverture d'une enquête contre le démocrate Joe Biden, adversaire potentiel pour la présidentielle 2020, puis en tentant de cacher ces pressions.

Ensuite, les avocats de Donald Trump, menés par le conseiller juridique de la Maison Blanche Pat Cipollone, bénéficieront du même temps pour présenter leur défense. Pour eux, M. Trump était dans son rôle en demandant à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, dont le fils a fait des affaires dans un pays connu pour sa corruption généralisée, puis en refusant de collaborer à une "chasse aux sorcières".

- Questions écrites -

Les cent sénateurs (53 républicains, 47 démocrates) pourront poser pendant 16 heures des questions écrites aux deux équipes. Celles-ci seront transmises au chef de la Cour suprême présidant les débats, le juge John Roberts, qui les lira à haute voix.

- Témoins et pièces à conviction -

Les représentants de l'accusation et de la défense auront ensuite deux heures chacun pour se prononcer pour ou contre la comparution de plusieurs témoins, dont le chef de cabinet de la Maison Blanche Mick Mulvaney et l'ancien conseiller à la sécurité nationale John Bolton, ainsi que l'examen de documents - notes, communications, courriels... - liés à l'affaire ukrainienne.

Le Sénat votera ensuite sur l'audition des témoins et l'étude des documents.

Les démocrates ont besoin de 51 voix et donc de convaincre quatre républicains, ce qui paraissait mercredi peu probable tant le fossé est grand entre les deux camps.

Les sénateurs voteront deux fois, pour accepter d'entendre les éventuels témoins à huis clos puis en session publique.

- Vote final -

Après une délibération, dont la forme (huis clos, session publique) reste vague, les sénateurs voteront chacun des deux articles de mise en accusation.

Une majorité des deux tiers (67 voix) est à chaque fois nécessaire pour destituer le président, quasi assuré d'être acquitté en raison du soutien des républicains jusqu'ici.

Le vote pourrait intervenir en fin de semaine prochaine, juste avant le grand discours annuel sur l'état de l'Union que M. Trump prononcera devant le Congrès le 4 février.

Voir plus

XS
SM
MD
LG