Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Quel colistier pour Hillary Clinton ?

Hillary Clinton, la candidate démocrate, le 12 juillet 2016.

La candidate à la Maison Blanche Hillary Clinton doit annoncer son colistier cette fin de semaine, juste avant le début de la convention démocrate lundi à Philadelphie.

"J'ai vu de près ce que c'est que d'être président", a expliqué l'ancienne Première dame et ex-secrétaire d'Etat sur la chaîne CBS, assurant que le critère de choix le plus important pour elle serait la capacité de son éventuel vice-président à prendre les rennes du pays "du jour au lendemain".

Voici les noms les plus cités :

- Tim Kaine (58 ans)

Ce sénateur de Virginie (ancien gouverneur de cet Etat qui jouxte Washington) est régulièrement cité par les médias comme le grand favori.

Ce catholique diplômé de la prestigieuse Harvard Law School, qui parle couramment espagnol, aime souligner dans un sourire à quel point il est "ennuyeux". Mais il est doté d'un solide sens politique.

"Il n'a jmais perdu une élection", relevait récemment la candidate. "Il a été un maire et un gouverneur de haut niveau et il est l'un des sénateurs les plus respectés que je connaisse".

- Tom Vilsack (65 ans)

Cet ancien gouverneur de l'Iowa est un démocrate centriste qui pourrait se révéler un atout précieux dans la bataille pour cet Etat-clé où le scrutin du 8 novembre s'annonce extrêmement serré.

Secrétaire à l'Agriculture de Barack Obama, il a l'image d'un homme solide goûtant peu la lumière des projecteurs. Mais il a attiré l'attention récemment par une sortie au scalpel contre le candidat républicain.

"Donald Trump est un peu à la politique ce que Bernie Madoff était à l'investissement. Il vend quelque chose dont les gens ne comprennent pas vraiment la signification".

Le manque d'expérience en politique étrangère de cet ami de longue date des Clinton pourrait cependant être un handicap à l'heure du choix.

- Tom Perez (54 ans)

Ministre du travail de Barack Obama, ce fils d'immigrants dominicains pourrait contribuer à renforcer encore le vote latino, qui penche déjà très largement du côté démocrate.

Avec un positionnement plus ancré à gauche, cet ancien avocat spécialiste des droits civiques, qui connait bien le monde syndical et est doté d'un réel charisme, pourrait contribuer à combler le fossé avec les électeurs de Bernie Sanders.

- James Stavridis (61 ans)

Ce général quatre-étoiles à la retraite est l'ancien commandant suprême des forces de l'Otan, plus haut poste militaire de l'organisation.

Cet homme qui avait tissé des liens étroits avec Hillary Clinton lorsque cette dernière dirigeait la diplomatie américaine, offrirait un argument de poids au moment où l'équipe Trump dénonce la "faiblesse" des démocrates dans la lutte antiterroriste.

- Elizabeth Warren (67 ans)

Sénatrice du Massachusetts, cette ancienne professeur de droit à Harvard est une championne de la gauche progressiste et anti-Wall Street.

Les deux femmes n'étaient pas très proches jusqu'ici. Clinton assure qu'elle "adore" la façon dont la sénatrice réussit "à faire réagir Donald Trump au quart de tour", le provoquant notamment régulièrement sur Twitter.

Mais un ticket Clinton-Warren serait le premier entièrement féminin de l'histoire des Etats-Unis. Trop révolutionnaire ?

Avec AFP

Toutes les actualités

Israël et Bahreïn ont scellé dimanche un accord établissant des relations diplomatiques

Israël et Bahreïn ont scellé dimanche un accord établissant des relations diplomatiques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Vote anticipé sans précédent aux élections américaines

Vote anticipé sans précédent aux élections américaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Afflux sans précèdent des Américains aux urnes pour le vote anticipé

Afflux sans précèdent des Américains aux urnes pour le vote anticipé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Le rappeur américain P. Diddy lance un nouveau parti politique

L'artiste discographique Sean "P. Diddy" Combs rend hommage à la chanteuse Whitney Houston lors d'un gala à l'hôtel Beverly Hilton de Beverly Hills, en Californie, le 11 février 2012. (Photo: REUTERS/Danny Moloshok )

Le rappeur et homme d’affaires P. Diddy a annoncé vendredi la création d'un nouveau parti politique aux États-Unis.

C’est sur le réseau social Twitter que Diddy – de son vrai nom Sean Combs – en a fait l'annonce.

"Je lance un parti politique des Noirs avec de jeunes élus et militants noirs. Il s'appelle Our Black Party (notre parti noir)", a écrit le rappeur sur son compte. "Peu importe que vous soyez républicain ou démocrate", a-t-il ajouté.

Diddy, 50 ans, a déclaré que sa priorité numéro un est d'empêcher la réélection du président américain Donald Trump. "Nous sommes au bord d'une guerre entre races", a-t-il tweeté.

Selon le quotidien USA Today, le parti dispose déjà d'un site internet : OurBlackParty.org (Notre parti des Noirs).

Une visite sur ce site web montre que sa direction est composée de cinq personnes, tous des Afro-Américains. La présidente nationale est Candace Hollingsworth, première maire afro-américaine de Hyattsville, une ville de l'État du Maryland située près de la capitale américaine, Washington.

"Ce parti déclare notre indépendance vis-à-vis des structures politiques qui ne servent pas nos intérêts et nous exigeons que nos voix soient entendues", peut-on lire sur le site web du parti.

L'annonce de Diddy intervient quelques jours seulement après qu'un autre rappeur afro-américain, Ice Cube, a été fustigé sur les réseaux sociaux parce qu’il ne soutient pas les candidats du Parti démocrate à l'élection présidentielle du 3 novembre. Il s’agit de l'ancien vice-président Joe Biden (en service aux côtés du tout premier président afro-américain, Barack Obama) et Kamala Harris, la première femme noire jamais choisie comme candidate à la vice-présidence par l’un des deux grands partis américains.

Mercredi, l'administration de Trump a annoncé que Ice Cube participait à la création de son plan "Platinum" qui injecterait 500 milliards de dollars dans les communautés noires et offrirait un meilleur accès à l'éducation et à l'emploi, selon le site TMZ.

"Le progrès des Noirs est une question bipartisane", a tweeté Ice Cube jeudi. "Nous ne pouvons pas dépendre d'un seul parti", a-t-il déclaré à TMZ.

Le président américain élu Donald Trump serre la main de la star de la télévision Steve Harvey après leur rencontre à la Trump Tower à New York, aux États-Unis, le 13 janvier 2017. (Photo: REUTERS/Shannon Stapleton)
Le président américain élu Donald Trump serre la main de la star de la télévision Steve Harvey après leur rencontre à la Trump Tower à New York, aux États-Unis, le 13 janvier 2017. (Photo: REUTERS/Shannon Stapleton)

Ce n'est pas la première fois qu'une personnalité noire de premier plan est critiquée pour son implication dans la politique.

L'humoriste Steve Harvey s'était vu reprocher d'avoir rencontré Donald Trump avant son investiture en janvier 2017. Pourtant les deux hommes avaient discuté de la manière dont la nouvelle administration pourrait aider les minorités en leur offrant des logements abordables, selon le quotidien The Hill.

A ce jour, l'administration Trump ne compte qu'un seul Afro-Américain avec rang de ministre. Il s’agit du Dr Ben Carson, un chirurgien renommé qui est en charge du ministère du logement depuis le tout cabinet ministériel du président Trump.

Duel Trump-Biden: les grands électeurs dans le viseur

Duel Trump-Biden: les grands électeurs dans le viseur
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG