Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Quel avenir pour les taux ? Heure cruciale pour la Fed à Jackson Hole

Le marché financier à Wall Street

Le patron de la Banque centrale américaine va prononcer vendredi à Jackson Hole un discours crucial et tenter d'expliquer ce qu'il compte faire pour préserver la croissance de la première économie mondiale sous l'œil vigilant des marchés et les attaques répétées de Donald Trump.

Le président de la Fed s'exprime vendredi à 14H00 GMT pour la première fois depuis la baisse des taux de fin juillet, devant le gotha des banquiers centraux et des économistes traditionnellement réunis chaque année dans la prestigieuse station de montagne du Wyoming.

Les marchés, qui attendent la confirmation de leurs anticipations sur des baisses de taux, se sont encore montrés nerveux jeudi. Pour la 3e fois en huit jours, la courbe des taux d'intérêt sur les bons du Trésor américain s'est inversée, un signe souvent vu comme préfigurant une récession dans les 12 à 18 mois.

L'indice Markit d'activité manufacturière est passé en territoire négatif pour la première fois depuis la récession de 2009.

Jeudi matin, après déjà une série de tweets la veille qui avaient comparé M. Powell à un joueur de golf incompétent "manquant de doigté", le président Donald Trump, qui fait campagne pour des taux beaucoup plus bas, a réitéré ses attaques contre la Banque centrale.

"Notre Réserve fédérale nous empêche de faire ce qu'on doit faire", écrit-il s'indignant que l'Allemagne vende "des bons à 30 ans à rendements négatifs". Il accuse la Fed de "désavantager les Etats-Unis face aux concurrents".

Les taux d'intérêt américains que la Fed a modestement baissé fin juillet pour la première fois en plus de dix ans, se situent entre 2% et 2,25% alors que la croissance américaine est de 2,1% (en rythme annuel au 2ème trimestre) tandis que l'Allemagne frôle la récession.

Mais le président reproche à la Banque centrale d'avoir remonté fin 2018 les taux trop vite et provoqué un renforcement du dollar ce qui handicape les Etats-Unis en pleine guerre commerciale.

Pour sa part, Jerome Powell, qui a été nommé par Donald Trump début 2018 avant de rapidement tomber en défaveur, avance sur une voie étroite.

Il s'efforce d'accompagner la faible inflation et de prolonger la plus longue croissance américaine de l'histoire moderne en accordant ce qu'il a appelé un "ajustement de milieu de cycle" sans promettre "une série de baisses" des taux.

Il s'attache aussi à défendre l'indépendance de la Fed et à garder la cohésion de son Comité monétaire, divisé face aux remèdes à apporter devant les perspectives de ralentissement.

- Signes mitigés -

Car l'activité américaine montre des signes mitigés. Elle mêle une solide consommation à un secteur manufacturier morose et des investissements d'entreprises décevants et rendus frileux face aux tensions commerciales.

La prochaine réunion monétaire de la Banque centrale est prévue dans trois semaines, les 17 et 18 septembre, et les marchés s'attendent largement à une nouvelle baisse des taux d'intérêt. Mais de quelle ampleur ?

Esther George, la présidente de la Fed de Kansas City, hôte du forum de Jackson Hole qui a voté contre la décision de réduire les taux en juillet, a paru camper sur ses positions jeudi.

Interrogée sur CNBC depuis la station, elle a estimé que le niveau des taux paraissait "être bien placé" actuellement.

Elle a admis que l'économie faisait face à des risques défavorables avec "l'affaiblissement de la croissance mondiale et le degré d'incertitude lié aux questions commerciales". Mais elle conserve une projection de croissance de 2% pour 2020.

Le président de la Fed de Philadelphie Patrick Harker a aussi affirmé jeudi à Jackson Hole qu'il penchait plutôt pour attendre de voir "pendant un certain temps" comment évolue l'économie. Il a estimé que les taux "étaient à peu près là où ils devraient être".

Il a aussi temporisé sur l'importance de la divergence des taux entre les Etats-Unis et leurs partenaires: "Nous ne sommes pas tant désynchronisés que cela".

La Fed "ne peut pas ignorer ce qui se passe ailleurs", mais elle doit "d'abord faire ce qui est approprié pour les Etats-Unis", a déclaré ce responsable interrogé sur CNBC après les tweets de Donald Trump sur le différentiel des taux allemands.

Après ces propos de membres de la Fed, la courbe des obligations du Trésor américain à 2 ans et 10 ans s'est une nouvelle fois légèrement inversée jeudi matin.

Ce phénomène, qui voit les taux à long terme devenir moins chers que les taux à court terme, reflète une ruée des investisseurs vers les bons américains considérés comme une valeur refuge vu les perspectives de ralentissement dans le monde.

Toutes les actualités

Le Conseil de l'Europe opposé à l'extradition d'Assange aux Etats-Unis

Des manifestants devant le Westminster Magistrates Court pour soutenir le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, à Londres, le 13 janvier 2020. (AP)

L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis, où il est accusé d'espionnage, aurait un "effet paralysant sur la liberté de la presse", a mis en garde jeudi la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic.

La "possible extradition" du fondateur de Wikileaks, actuellement détenu au Royaume-Uni, "a des implications en termes de droits de l'homme qui dépassent largement son cas individuel", a estimé Mme Mijatovic dans un communiqué.

"Les accusations générales et vagues contre (lui) et les délits mentionnés dans l'acte d'accusation (le visant) sont troublants, dans la mesure où beaucoup d'entre eux concernent des activités qui sont au coeur même du journalisme d'investigation", a insisté la commissaire.

"Autoriser l'extradition de Julian Assange sur cette base aurait "un effet paralysant sur la liberté de la presse" et pourrait "empêcher" les médias "d'accomplir leur tâche de fournisseurs d'informations" et de "garde-fous dans les sociétés démocratiques", selon Mme Mijatovic.

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Nils Melzner, a par ailleurs estimé que, dans l'hypothèse d'une extradition, "tant les conditions de détention aux Etats-Unis que la peine qui pourrait lui être infligée" par la justice américaine présentent un risque de torture ou de traitements inhumains ou dégradants, rappelle encore la Commissaire.

Julian Assange "ne doit pas être extradé", conclut Mme Mijatovic, qui assure qu'elle va continuer "à surveiller de près" la situation de l'activiste australien.

Détenu à Belmarsh, dans le sud de Londres depuis son arrestation en avril 2019 à l'ambassade d'Equateur, Julian Assange, 48 ans, est réclamé par Washington. Il encourt aux Etats-Unis jusqu'à 175 ans d'emprisonnement pour espionnage.

Les autorités américaines lui reprochent d'avoir mis en danger certaines de leurs sources au moment de la publication en 2010 de 250.000 câbles diplomatiques et d'environ 500.000 documents confidentiels portant sur les activités de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan.


Un débat crucial entre six candidats démocrates

Un débat crucial entre six candidats démocrates
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:20 0:00

Bloomberg vertement critiqué lors du débat de mercredi

Bloomberg vertement critiqué lors du débat de mercredi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Le milliardaire Bloomberg assailli par ses rivaux pour son premier débat démocrate

L'ancien maire de New York Mike Bloomberg et la sénatrice Elizabeth Warren du Massachusetts lors du débat de Las Vegas (Photo by Mark RALSTON / AFP)

"Un milliardaire arrogant" qui a soutenu des "politiques racistes": le candidat à la Maison Blanche Michael Bloomberg a été vertement critiqué mercredi par ses rivaux pour l'investiture démocrate dès l'ouverture de son premier débat télévisé de la campagne.

D'une intensité rare, le ton est immédiatement monté lors du débat démocrate organisé à Las Vegas, dans le Nevada, entre les candidats qui espèrent défier le républicain Donald Trump lors de la présidentielle de novembre.

Le sénateur indépendant Bernie Sanders, grand favori dans les sondages, a également reçu sa part d'attaques nourries.

"J'aimerais parler de notre adversaire. Un milliardaire qui traite les femmes de grosses nanas et de lesbiennes à tête de cheval. Et non je ne parle pas de Donald Trump. Je parle de Michael Bloomberg", a lancé la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, provoquant des cris stupéfaits dans la salle.

Elle l'a dans la foulée accusé d'avoir "soutenu des politiques racistes", en référence notamment aux interpellations et fouilles arbitraires ("stop-and-frisk"), accusées d'avoir suscité une explosion des contrôles au faciès à New York lorsqu'il était maire de la ville.

Cette pratique, pour laquelle M. Bloomberg s'est récemment excusé après l'avoir longtemps défendue, visait les "Afro-américains et les Hispaniques de façon indécente", a tonné Bernie Sanders.

Face à ces accusations reprises par d'autres sur le plateau, Michael Bloomberg a cherché à se présenter en démocrate le plus apte à gagner la présidentielle du 3 novembre, en taclant notamment le socialiste Bernie Sanders, qui n'a, selon lui, "aucune chance de battre le président Trump".

"Qui peut battre Donald Trump? Et qui peut faire le travail s'il arrive à la Maison Blanche? Je dirais que je suis le candidat qui peut faire ces deux choses", a ajouté M. Bloomberg en rappelant son passé de maire d'une ville cosmopolite et ses investissements dans des causes philanthropes.

"Les démocrates prennent un énorme risque si on ne fait que remplacer un milliardaire arrogant par un autre", a au contraire lancé Mme Warren.

N'ayant pas affronté de débat depuis plus d'une décennie, M. Bloomberg a parfois semblé en retrait, passant d'un ton hésitant à des accents plus fermes. Trop, parfois, au goût du public qui l'a hué après certaines réponses jugées cassantes.

- Buttigieg attaque Sanders -

Neuvième homme le plus riche du monde en 2019 selon Forbes, Michael Bloomberg se présente en candidat capable de rassembler au centre. Le patron de l'agence de presse Bloomberg finance sa candidature à coup de centaines de millions de dollars tirés de ses fonds personnels.

Bernie Sanders, âgé de 78 ans, connaît lui une forte poussée depuis ses excellents résultats dans les deux premiers Etats qui ont voté: l'Iowa et le New Hampshire.

Il arrive désormais nettement en tête de la moyenne nationale des sondages établie par le site RealClearPolitics (27,8%), devant l'ancien vice-président modéré Joe Biden (17.8%), 77 ans.

Sans s'être encore présenté à une seule primaire, Michael Bloomberg, 78 ans, a lui grimpé jusqu'à la troisième place (16,1%).

Elizabeth Warren est en perte de vitesse à la quatrième place (12,3%), suivie par deux modérés avec le vent en poupe, l'ex-maire de South Bend Pete Buttigieg (10,3%) puis la sénatrice Amy Klobuchar (6,4%).

Forts de ses réussites dans l'Iowa et le New Hampshire, M. Buttigieg a tenté mercredi de se présenter en alternative entre MM. Sanders et Bloomberg.

"La plupart des Américains ne s'y retrouvent pas s'ils doivent choisir entre un socialiste qui pense que le capitalisme est à la racine de tous les maux et un milliardaire qui pense que l'argent doit être à la racine de tous les pouvoirs", a-t-il lancé.

- Bloomberg, ex-républicain -

Après une entrée très tardive dans la campagne, en novembre, M. Bloomberg a opté pour une stratégie rarissime dans l'histoire des primaires américaines: faire l'impasse sur les quatre premiers Etats qui votent en février.

A 78 ans, il entrera donc dans la course lors du "Super Tuesday" du 3 mars, lorsque 14 autres Etats voteront.

Disposant d'une fortune personnelle estimée à environ 60 milliards de dollars, il a déjà dépensé plus de 300 millions en spots publicitaires. Il y souligne son engagement pour la lutte contre le changement climatique et contre les violences par armes à feu.

Ancien républicain devenu indépendant avant de passer démocrate, Bloomberg y met aussi en avant ses propositions censées aider les minorités.

Observateur régulier, et ironique, de la course démocrate, Donald Trump surnomme M. Bloomberg "Mini Mike", en allusion à sa taille (1,70 m). Par tweets moqueurs interposés, ce dernier affirme que M. Trump a peur de l'affronter dans les urnes.

"J'ai entendu qu'il se faisait démolir ce soir", a lancé le président républicain devant des milliers de partisans, depuis l'Arizona.

Le débat de mercredi s'est tenu dans le Nevada car cet Etat organisera samedi le troisième vote des primaires.

Roger Stone fixé sur sa peine après l'intervention de son "ami" Trump

Roger Stone, ancien conseiller de la campagne du président américain Donald Trump, le 15 novembre 2019.

L'ancien conseiller de Donald Trump, Roger Stone, sera fixé jeudi sur sa peine dans un dossier parasité par les interventions du président américain et de son ministre de la Justice qui suscitent des remous à Washington.

Le consultant politique de 67 ans, qui se présente comme un "vieil ami" du président républicain, a été reconnu coupable en novembre d'avoir menti au Congrès dans le cadre de la tentaculaire enquête sur les ingérences russes dans la présidentielle de 2016.

Il y a dix jours, les quatre procureurs ayant instruit son dossier avaient recommandé une peine comprise entre 7 et 9 ans de prison. Donald Trump s'était alors emparé de son arme de prédilection - Twitter - pour dénoncer une "erreur judiciaire".

Le lendemain, le ministère de la Justice avait à son tour jugé la recommandation "excessive" et suggéré une sentence comprise entre 3 et 4 ans de détention. Désavoués par leur hiérarchie, les quatre procureurs fédéraux s'étaient retirés de l'affaire.

La réaction du président n'avait pas tardé, toujours sur son réseau social préféré: "Félicitations au ministre de la Justice Bill Barr pour avoir pris en charge un dossier totalement hors de contrôle !"

L'Attorney général des Etats-Unis a eu beau assuré que les commentaires présidentiels n'avaient eu aucun impact sur la décision de ses services, il s'est retrouvé sous le feu des critiques.

Outre l'opposition démocrate, plus de 2.200 anciens fonctionnaires du ministère de la Justice l'ont appelé à démissionner, l'accusant dans une lettre ouverte d'avoir accordé un "traitement de faveur" à Roger Stone et d'être "aux ordres du président".

- "Impossible" -

Sur la défensive, Bill Barr a martelé que Donald Trump, dont il est l'un des plus solides défenseurs, ne lui avait pas demandé d'intervenir.

Dans une rare note dissonante, il a toutefois demandé au milliardaire new-yorkais d'éviter de tweeter sur les dossiers judiciaires, estimant que cela rendait son travail "impossible".

Peine perdue, la Maison Blanche assure que le président a le droit "de commenter des affaires criminelles" et que cela ne relève pas de "l'ingérence".

Et Donald Trump est reparti à la charge, en retweetant de nombreux commentaires portant sur les démêlés d'autres de ses proches avec la justice ou sur l'origine de l'enquête russe.

Mardi, le ministre a, selon des sources anonymes citées par de nombreux médias américains, fait savoir à l'entourage du président qu'il pourrait quitter son poste si ces tweets devaient continuer.

La porte-parole du ministère a toutefois balayé des "rumeurs" infondées. "Le ministre n'a aucunement l'intention de démissionner", a précisé Kerri Kupec.

- "Coups fourrés" -

Malgré la mise en garde de son ministre, Donald Trump a continué cette semaine d'apporter son soutien à Roger Stone, qui réclame un nouveau procès.

Cet expert autoproclamé des "coups fourrés" a été reconnu coupable d'avoir exercé des pressions sur des témoins et menti au Congrès sur ses contacts avec l'organisation WikiLeaks, au sujet d'e-mails démocrates piratés lors de la campagne présidentielle de 2016.

Clamant son innocence, il soutient que des membres du jury étaient "partiaux" et a introduit un recours pour annuler leur verdict.

La juge fédérale Amy Jackson a refusé de reporter le prononcé de la peine, prévue jeudi à 10H00 (15H00 GMT) comme il le demandait. Mais elle a fait savoir que la sentence resterait suspendue en attendant une décision sur cette nouvelle requête.

La magistrate s'est déjà opposée à Roger Stone, lui interdisant de commenter son dossier publiquement après qu'il eut posté sur Instagram une photo d'elle accompagnée d'un viseur.

Si le consultant, connu pour son style flamboyant, écopait d'une lourde peine de prison, il pourrait peut-être compter sur une grâce présidentielle.

Donald Trump a commué mardi la peine d'une petite dizaine de personnes. Roger Stone pourrait-il faire partie de la prochaine liste? "Je n'y ai pas réfléchi", a-t-il dit, avant d'ajouter: "je pense qu'il a été traité de manière très injuste..."

Voir plus

XS
SM
MD
LG