Liens d'accessibilité

Quarante morts dans un glissement de terrain dans le nord-est de la RDC

  • VOA Afrique

Des pêcheurs sur le lac Albert, près du village de Kafe, en RDC, le 1 mars 2005.

Quarante personnes ont été tuées mercredi dans un glissement de terrain qui a englouti un village des pêcheurs en Ituri sur le versant occidental du lac Albert dans le nord-est de la République démocratique du Congo.

Des pans d'une montagne se sont affaissés "sur un camp des pêcheurs à la suite d'une forte pluie qui a provoqué un glissement de terrain sur le bord du lac Albert. Il y a eu quarante morts" dans la localité de Tora, a déclaré à l'AFP Pacifique Keta, vice-gouverneur de la province de l'Ituri.

"Hier (mercredi), nous avons enterré 28 corps et aujourd'hui nos services vont enterrer 12 autres", a-t-il précisé.

"Quatre rescapés blessés dans cet accident sont admis dans nos services", a déclaré de son côté Hervé Isamba, médecin directeur de l'hôpital de Tshomia dont dépend le village de Tora en Ituri.

La pêche sur le lac Albert est l'une des principales activités économiques en Ituri, région frontalière de l'Ouganda. L'Ituri a été le théâtre de violences intercommunautaires attisées par des milices pendant la deuxième guerre du Congo (1998-2003).

Le même jour, "l'effondrement de la mine d'or de Makala a causé la mort de deux personnes qui y opéraient clandestinement" dans une localité voisine de Walendu Piti, a ajouté M. Keta.

Cette mine d'or désaffectée appartient à la Société minière de Kilo-Moto (Sokimo, une entreprise de l'État congolais qui est en partenariat avec la société sud-africaine d'exploration minière Randgold Resources).

L'or est l'une des principales ressources minières de la RDC, dont le sous-sol recèle notamment respectivement de 10% et 34% des réserves mondiales connues du cuivre et du cobalt.

La RDC a connu dans le passé d'autres glissements de terrain meurtriers. En mai 2010, une coulée de boue qui a traversé le village de Kibiriga dans l'est du pays avait fait 19 morts et 27 disparus.

En février 2002, une cinquantaine de personnes avaient trouvé la mort dans une coulée de boue et de pierres provoquée par de fortes pluies à Uvira (est), faisant 2.500 sans-abri.

Par ailleurs, en Sierra Leone, plus de 300 personnes - dont au moins 105 enfants - sont mortes lundi à Freetown, dans des inondations et glissements de terrain catastrophiques.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG