Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le site Backpage.com plaide coupable d'avoir favorisé la prostitution de mineurs


Cet avis du FBI a été publié le 6 avril 2018 sur le site Web Backpage.com. La police fédérale américaine a saisi le site dans le cadre d'une action coercitive menée par le FBI et d'autres agences.

Backpage.com, site américain de petites annonces récemment fermé car accusé de favoriser la prostitution de mineurs, a plaidé coupable de trafic d'êtres humains, a annoncé jeudi le ministère américain de la Justice.

La plateforme, parfois présentée par ses détracteurs comme le premier site de prostitution du monde - même si, parmi ses millions de petites annonces, beaucoup ne concernent pas la prostitution - avait été brutalement fermée le 6 avril par les autorités fédérales, et sept de ses responsables inculpés.

Dans un accord de plaider-coupable, conclu avec les autorités judiciaires, le pdg de l'entreprise, Carl Ferrer, a reconnu que lui et les deux co-fondateurs du site, Michael Lacey et James Larkin, avaient mis au point un dispositif de "modération" des annonces afin que la promotion de la prostitution y soit moins explicite.

Pour autant, a admis M. Ferrer, ces modifications "ne changeaient rien à la nature essentielle du service illégal" proposé dans les annonces.

>> Lire aussi : La virginité d'une mineure vendue 5.000 euros en Espagne

La société a plaidé coupable de "trafic d'être humains" auprès des autorités judiciaires au Texas et en Californie. Son pdg, lui, a plaidé coupable de blanchiment. Les autorités fédérales reprochent en effet à Backpage d'avoir blanchi une partie des 500 millions de dollars de revenus générés par les relations sexuelles tarifées.

Le Congrès américain a approuvé en mars une loi mettant fin à l'impunité des sites internet laissant passer des annonces de prostitution forcée avec des victimes de trafic d'êtres humains.

>> Lire aussi : USA: arrestation du patron de Backpage.Com, accusé de proxénétisme

Une loi de 1996 accordait une immunité judiciaire large aux sites internet pour les contenus publiés sur leurs plateformes, une loi considérée par ses défenseurs comme la garante de la liberté d'expression sur internet.

Mais le scandale autour de Backpage.com, qui hébergeait - en toute connaissance de cause, accusent les élus - de nombreuses annonces pour des enfants et adolescents victimes de trafic sexuel, a poussé les parlementaires à amender cette loi, jugée trop permissive.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG