Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Verdict attendu le 30 mars pour le maire de Dakar


Khalifa Sall, représentant du parti de l'opposition "Benno Siggil Senegal", à Dakar, le 19 mars 2009

Un tribunal correctionnel de Dakar a mis vendredi en délibéré au 30 mars le jugement sur le procès du maire de la capitale sénégalaise Khalifa Sall, jugé avec sept de ses collaborateurs pour détournement de fonds publics.

"Une décision sera rendue le 30 mars", a déclaré Malick Lamotte, président de l'audience au Palais de justice de Dakar.

Ce procès occupe l'actualité au Sénégal depuis plus d'un mois, à un an de la présidentielle de 2019 pour laquelle Khalifa Sall, 62 ans et maire de Dakar depuis 2009, est un probable candidat face au président Macky Sall (pas de lien de parenté), élu en 2012 pour sept ans.

Khalifa Sall et ses co-prévenus (directeur administratif et financier, comptables, secrétaire...) sont jugés pour le détournement présumé d'1,83 milliard de FCFA (2,8 millions d'euros) entre 2011 et 2015.

>> Lire aussi : Sept ans de prison requis contre le maire de Dakar au Sénégal

Ils sont accusés de "faux et usage de faux en écriture de commerce, faux dans les documents administratifs, escroquerie portant sur les deniers, blanchiment de capitaux et association de malfaiteurs, détournement de deniers publics et complicité de détournement de deniers publics".

Les avocats de Khalifa Sall ont vendredi maintenu leur argumentation, adoptée depuis le début de ce procès ouvert le 14 décembre avant de démarrer effectivement le 23 janvier après plusieurs reports.

Ils ont demandé l'annulation de la procédure, invoquant notamment absence d'un avocat au côté des prévenus en garde à vue, et la libération des accusés.

>> Lire aussi : L'Etat sénégalais réclame plus de 10 millions d'euros au maire de Dakar

"Je conçois cette affaire comme étant un soutien que l'on apporte à un gouvernement qui projette de rester au pouvoir" en éliminant un adversaire, a déclaré vendredi Me Abdou Daly Kâne, un avocat de la défense, faisant allusion au scrutin présidentiel de 2019.

Le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, a réaffirmé que les infractions visant les prévenus étaient constituées quelle que soit la nature des fonds. Pour lui, l'agent judiciaire et les avocats de l'Etat, le maire de Dakar a utilisé de "fausses factures".

Le procureur avait requis le 16 février sept ans ferme et une amende de 5,49 milliards de francs CFA (8,37 millions d'euros) contre Khalifa Sall et le directeur administratif et financier de la Ville de Dakar, Mbaye Touré.

Il a réclamé des peines de deux ans, dont un avec sursis, à cinq années de prison ferme contre quatre prévenus et la relaxe pour deux autres.

L'Etat du Sénégal réclame pour sa part plus de 10 millions d'euros de dommages et intérêts au maire et à ses co-accusés.

Socialiste dissident, le maire de Dakar est en détention provisoire depuis que cette affaire a éclaté en mars, ce qui ne l'a pas empêché d'être élu député en juillet.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG