Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Fort taux de mortalité infantile et maternelle au Nigeria

Mortalité élevée lors d’accouchements au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

La mortalité lors d’accouchements au Nigeria

Le taux de mortalité infantile et maternelle inquiète au Nigeria. De nombreuses femmes y meurent régulièrement pendant l’accouchement tandis que certains enfants décèdent immédiatement après la naissance.

Devant quelques dizaines de femmes en grossesse, Nkasi Obim Nebo discute des règles et leur donne des conseils élémentaires à suivre pendant la période prénatale.

La jeune infirmière se considère tous les jours en mission de sauvetage. Nkasi Nebo et son équipe de cinq infirmières ont visité le camp de déplacés de Kuchingoro en périphérie d’Abuja, la capitale fédérale du Nigeria.

Des femmes en grossesse attendnt pour se faire consulter, le 18 janvier 2020. (VOA/Gilbert Tamba)
Des femmes en grossesse attendnt pour se faire consulter, le 18 janvier 2020. (VOA/Gilbert Tamba)

Pour cette journée de consultations, l’infirmière et sa suite occupent un des conteneurs offerts par la Fondation Nelson déjà en état d’abandon.

"Elles n’ont pas d’opportunité d’effectuer leurs consultations prénatales. La période prénatale est l’un des moyens les plus importants pour s’occuper de la femme et de son bébé qui doit naître. Donc nous avions décidé d’offrir à ces communautés au moins quatre différents services de prise en charge pour ces femmes, ce qui représente la base établie par l’OMS".

Chassées de leurs villes et villages d’origines dans le nord-est, ces femmes dans ce camp de plus de 3.000 déplacés n’ont pas accès à un centre de santé ni à des soins réguliers.

Il n’ y a pas une famille dans ce camp qui n’ait pas perdu des femmes en couche ou un bébé pendant ou après l’accouchement. Il y a quelques mois, Queen Friday a perdu son bébé pendant l’accouchement.

"Nous sommes allés à l'hôpital et le médecin a dit qu'il y avait un problème. je ne peux pas accoucher jusqu'à ce qu’ une césarienne soit effectuée parce que les jumeaux ont été mal positionnés et je pourrais mourir si je dois accoucher. J'ai accepté la césarienne et l'un des jumeaux est décédé pendant l'opération tandis que l'autre a survécu".

Difficile de dire qui ne fait pas son travail, mais le problème au Nigeria est que la plupart des travailleurs du secteur de la santé sont concentrés dans les milieux urbains considérés plus favorisés.

Les femmes en enceintes sont souvent obligées de parcourir des kilomètres à pied ou à moto pour se rendre dans une structure sanitaire de proximité.

Pour Mary Zakaria, qui aussi perdu son enfant dans ce camp après sa naissance, la situation est alarmante.

"Quand mon temps pour accoucher s’est approché, je suis allée à l'hôpital. J'ai passé toute la journée dans les douleurs. Je pensais que j'allais mourir. Juste avant 16 heures, j'ai accouché d'un petit garçon et il est mort instantanément".

Au Nigeria, plus de cent femmes meurent chaque jour pendant l’accouchement. Entre 86 et 90 % des femmes, surtout dans les zones rurales, ont accès à un accouchement assisté à la maison.

Toutes les actualités

Manifestation à Londres en soutien au mouvement nigérian "End SARS"

Manifestation à Londres en soutien au mouvement nigérian "End SARS"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Des Nigérians saccagent un entrepôt alimentaire gouvernemental

Des Nigérians saccagent un entrepôt alimentaire gouvernemental
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Déception après la sortie du président Buhari

Déception après la sortie du président Buhari
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00

Le chef de l’État nigérian a reconnu que les manifestations des jeunes sont légitimes

Le chef de l’État nigérian a reconnu que les manifestations des jeunes sont légitimes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:51 0:00

Buhari consulte les anciens présidents nigérians pour trouver une solution aux manifestations

Le président nigérian Muhammadu Buhari préside une réunion du gouvernement à Abuja, au Nigeria, le 13 mai 2020. (Photo: Nigeria Presidency/Handout via REUTERS)

Le président nigérian Muhammadu Buhari est en consultation avec ses prédécesseurs et les chefs des services de sécurité lors d’une réunion par visioconférence, a-t-on appris vendredi de source officielle.

Même si l’agenda de cette réunion sans précédent n’a pas été communiqué, les analystes s’accordent à dire que le locataire d’Aso Villa, élu en 2015, consulte ses prédécesseurs pour trouver une solution à la crise qui secoue le pays le plus peuplé d’Afrique née de manifestations contre la brutalité policière.

Parmi les anciens dirigeants qui ont répondu présent figurent son ex-adversaire Goodluck Jonathan, mais aussi Olusegun Obasanjo, Abdulsalami Abubakar, Ernest Shonekan et Yakubu Gowon, précise Bashir Ahmad, porte-parole de la présidence nigériane, via Twitter.

La veille, le président Buhari avait appelé les manifestants du mouvement "END SARS" à mettre fin à leurs manifestations et à s’engager dans un dialogue avec le gouvernement.

Dans une allocution télévisée, M. Buhari a déclaré que les manifestants avaient le droit, en vertu de la Constitution, de s’exprimer pacifiquement. Cependant, a-t-il ajouté, leurs intentions ont été détournées par des voyous déterminés à semer la pagaille dans tout le pays.

Le président nigérian Muhammadu Buhari se prépare à prononcer un discours télévisé à Abuja, au Nigeria, le 22 octobre 2020.
Le président nigérian Muhammadu Buhari se prépare à prononcer un discours télévisé à Abuja, au Nigeria, le 22 octobre 2020.

Le président Buhari a aussi rappelé à ses concitoyens que le gouvernement fédéral avait déjà accepté les revendications en cinq points des manifestants et qu'il s'était engagé à réformer davantage la police.

Le sommet virtuel de vendredi a lieu après que la violente répression des manifestants ait suscité de vives critiques à travers le monde.

L'ancien président Obasanjo était sorti de sa réserve habituelle pour appeler le gouvernement et les manifestants à "éviter la violence et à embrasser le dialogue" dans une déclaration lue en personne et diffusée sur la chaîne Channels Television.

Mobilisées via les réseaux sociaux, les manifestations menées par les jeunes dans plusieurs régions du pays ont initialement ciblé la Brigade spéciale fédérale de lutte contre les vols (SARS), une unité de police notoire longtemps accusée de harcèlement, d'extorsion et d'exécutions extrajudiciaires. Ces manifestations ont progressivement pris la tournure de revendications plus larges.

Voir plus

XS
SM
MD
LG