Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Primaire démocrate et présidentielle américaine: les clés

L'Iowa donne le coup d'envoi des primaires avec ses caucus le 3 février.

L'Iowa votera lundi, donnant le coup d'envoi des primaires démocrates qui voient s'affronter une multitude de candidats.

Après des abandons en cascade, douze sont encore en lice pour tenter de décrocher l'investiture de leur parti et défier le républicain Donald Trump lors de la présidentielle américaine en novembre.

Voilà les clés des grandes étapes à venir:

- Caucus et primaires -

Les électeurs démocrates vont choisir leur candidat à travers deux types de votes.

- Des "caucus", organisés dans très peu d'Etats.

Il s'agit d'assemblées d'électeurs affiliés à un parti qui se réunissent pour entendre les arguments de supporteurs de chaque candidat avant d'exprimer leur choix publiquement.

Dans l'Iowa et le Nevada, les électeurs démocrates se déplacent physiquement dans la salle pour rejoindre le groupe de supporteurs de leur candidat favori.

- Des primaires, bien plus nombreuses. Les électeurs votent plus traditionnellement, à bulletin secret.

Dans chaque Etat, les candidats ayant reçu plus de 15% des suffrages s'y voient attribuer un nombre de "délégués" proportionnel à leur score.

- Les délégués, clés de l'investiture -

Le nombre de délégués est déterminant car c'est le candidat qui en aura décroché la majorité (au moins 1991) qui sera désigné, lors d'une convention démocrate en juillet, pour défier Donald Trump.

Au total, au cours des primaires, 3.979 délégués seront "attribués" aux candidats en fonction de leurs scores. Ces délégués seront obligés de voter, lors du premier tour à la convention, pour leur candidat assigné.

Si aucun n'obtient de majorité au premier tour, 770 autres délégués, figures controversées surnommées "superdélégués", entreront dans la bataille. Il s'agit d'élus et de personnalités du parti qui seront libres de voter pour qui ils veulent.

En 2016, les supporteurs de Bernie Sanders avaient accusé le parti de favoriser la candidate de "l'establishement" selon eux, Hillary Clinton, car elle avait reçu le soutien de la plupart des superdélégués.

Pour éviter ces querelles, le parti leur interdira cette fois de voter au premier tour, sauf si un candidat est déjà assuré de gagner.

- Vision plus claire en mars -

L'Iowa donne le coup d'envoi des primaires avec ses caucus le 3 février.

Suivra une série rapprochée de votes dans d'autres Etats déterminants puisqu'ils marqueront la tendance: New Hamphsire (11 février), Nevada (22 février) et Caroline du Sud (29 février).

Puis il y aura une avalanche de votes lors du "Super Tuesday", le 3 mars, avec une quinzaine d'Etats et de territoires.

Changement majeur: cette fois la Californie, Etat très riche en délégués qui votait d'ordinaire bien plus tard, a avancé sa primaire au "Super Tuesday".

Quelque 40% des délégués auront donc déjà été attribués après cette date, ce qui devrait permettre d'avoir une idée plus claire de la course.

Après le 28 avril, les candidats se seront répartis 90% des délégués.

Les démocrates organiseront trois débats télévisés en février, et sans doute deux autres d'ici avril.

- Conventions -

La course apparaissant très serrée entre plusieurs favoris, il n'est pas exclu que les démocrates arrivent sans vainqueur à leur convention, organisée à Milwaukee, dans le Wisconsin, du 13 au 16 juillet.

Mais le candidat démocrate à la présidentielle y sera désigné quoi qu'il arrive après les tours de vote.

Les républicains eux se réuniront du 24 au 27 août à Charlotte, en Caroline du Nord, pour leur convention.

Si deux petits candidats comptent défier Donald Trump lors de primaires, il fait peu de doute que le milliardaire, soutenu officiellement par le parti et bénéficiant d'une immense popularité auprès des républicains, sera choisi.

- Election présidentielle -

Trois débats sont prévus entre le candidat démocrate désigné et Donald Trump: les 29 septembre, 15 et 22 octobre.

Le 3 novembre 2020, des millions Américains seront appelés aux urnes.

Le président américain est désigné au suffrage universel indirect, à travers 538 "grands électeurs": élus et responsables locaux de leurs partis.

Un candidat doit obtenir la majorité absolue, soit 270 voix, pour accéder à la Maison Blanche.

Toutes les actualités

Le président élu Joe Biden continue de bâtir son équipe

Le président élu Joe Biden continue de bâtir son équipe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Les États-Unis se préparent à faire face à une nouvelle flambée de cas de covid-19

Les États-Unis se préparent à faire face à une nouvelle flambée de cas de covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Biden choisit Janet Yellen pour le Trésor

Conférence de presse de la présidente sortante de la Réserve fédérale américaine, Janet Yellen, à Washington, le 13 décembre 2017. (Reuters)

Le président américain élu Joe Biden a confirmé lundi qu'il allait nommer à la tête du Trésor Janet Yellen, ex-présidente de la Banque centrale.

Janet Yellen, dont la nomination doit encore être confirmée par le Sénat, devrait devenir la première femme à diriger le Trésor après avoir été la première femme à la tête de la Réserve fédérale (Fed).

M. Biden a également annoncé la nomination de Wally Adeyemo au poste de secrétaire adjoint du Trésor, qui est d'origine nigériane. M. Adeyemo a été directeur adjoint du Conseil économique national, conseiller à la sécurité nationale et chef de cabinet au Bureau de la protection financière des consommateurs.

"S'il est confirmé, M. Adeyemo serait le premier secrétaire adjoint au Trésor afro-américain", a en outre souligné M. Biden.

Le président élu démocrate a également nommé Neera Tanden comme directrice du Bureau de la gestion et du budget. C'est aussi une première pour une femme d'origine indienne à ce poste.

Parmi les autres nominations, à noter celle de Cecilia Rouse, qui doit prendre la tête du Conseil économique du président.

Là encore, une nomination inédite, relève M. Biden: "Elle deviendra la première Afro-Américaine et seulement la quatrième femme à diriger ce Conseil en 74 ans d'existence".

M. Biden sera également entouré de Jared Bernstein, un proche de longue date puisque celui-ci avait été son propre économiste en chef au cours des premières années de l'administration de l'ancien président Barack Obama. M. Bernstein sera membre du Conseil économique.

Heather Boushey, cofondatrice du Washington Center for Equitable Growth, qualifiée d'"économiste éminente" dont les travaux de recherches ont été centrés sur les inégalités économiques, sera également membre du Conseil.

Joe Biden nomme une équipe de communication à la Maison Blanche entièrement féminine

La porte-parole du département d'État, Jen Psaki, participe à une réunion à Washington, le 27 février 2015.

Le président élu des Etats-Unis, Joe Biden, a annoncé dimanche la composition de son équipe de communication à la Maison Blanche, qui sera exclusivement féminine, ce que son entourage a qualifié de première dans l'histoire du pays.

Parmi les personnes désignées figure Jen Psaki, qui occupera le poste très en vue d'attachée de presse de la Maison Blanche.

Jen Psaki, 41 ans, a occupé plusieurs postes haut placés, dont celui de directrice de la communication de la Maison Blanche sous l'administration Obama-Biden.

"Honorée de travailler à nouveau pour @JoeBiden, un homme pour lequel j'ai travaillé sous l'administration Obama-Biden lorsqu'il a contribué à diriger la reprise économique, reconstruit nos relations avec nos partenaires (ce qui se révèle une bonne pratique) et a apporté de l'empathie et de l'humanité dans presque toutes les réunions auxquelles j'ai assisté", a réagi Jen Psaki sur Twitter.

Joe Biden et la vice-présidente élue Kamala Harris cherchent à mettre l'accent sur la diversité dans les nominations annoncées jusqu'à présent, avant de prêter serment le 20 janvier.

"Je suis fier de présenter aujourd'hui la première équipe de communication pour la Maison Blanche composée exclusivement de femmes", a indiqué M. Biden dans un communiqué.

"Ces professionnelles de la communication, qualifiées et expérimentées, apportent des perspectives variées à leur travail et partagent le même engagement pour reconstruire ce pays", a-t-il ajouté.

Postes économiques

En plus de Mme Psaki, six autres femmes ont été nommées.

Parmi elles, Kate Bedingfield, directrice adjointe de campagne de M. Biden, a été nommée directrice de la communication de la Maison Blanche. Mme Bedingfield a déjà officié en tant que directrice de la communication de Biden alors qu'il était vice-président.

Ashley Etienne deviendra directrice de la communication de Kamala Harris et Symone Sanders est propulsée conseillère et porte-parole de la vice-présidente.

Pili Tobar a été nommée directrice adjointe à la communication de la Maison Blanche et Karine Jean Pierre, attachée de presse adjointe.

Elizabeth Alexander sera la directrice de communication de la future Première dame Jill Biden.

Ces nominations ne nécessitent pas la confirmation du Sénat, contrairement à la plupart des postes du cabinet.

D'autres nominations devraient intervenir dans la semaine. Selon le New York Times, elles comprendront celle de Cecilia Rouse à la tête du Cercle des conseillers économiques du président, première femme noire à ce poste.

Neera Tanden prendrait la direction du Bureau de la gestion et du budget, première Indienne Américaine à cette position.

Cela fait suite à la nomination attendue de Janet Yellen, l'ancienne présidente de la Réserve fédérale, la banque centrale américaine, pour devenir la première femme secrétaire au Trésor, si elle est confirmée par le Sénat.

La Cour suprême de Pennsylvanie rejette un recours des républicains

La Cour suprême de Pennsylvanie rejette un recours des républicains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG