Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Pour une Guinéenne icône de la contestation, vivre avec la peur et ses blessures

Marche de femmes contre l'éventuel 3ème mandat d'Alpha Condé à Conakry le 23 octobre 2019.

Fatoumata Bah est devenue contre son gré l'un des visages de l'agitation qui continue à secouer la Guinée à la veille d'un référendum contesté. Utilisée comme bouclier par les policiers, elle aimerait passer à autre chose, mais tout la ramène à cet épisode devenu viral sur les réseaux sociaux.

Cette femme de 27 ans, mère de cinq enfants, est l'héroïne malgré elle d'une vidéo visionnée des centaines de milliers de fois. Le document a provoqué l'indignation et conforté les accusations d'abus qui s'abattent de longue date sur les forces de sécurité.

C'était le 29 janvier à Wanindara, dans la banlieue de Conakry. La capitale et le reste du pays étaient en proie à la contestation contre le projet prêté au président Alpha Condé de modifier la Constitution pour pouvoir briguer un troisième mandat. La mobilisation, qui a coûté la vie à au moins 30 civils et un gendarme, se poursuit alors que le pouvoir appelle les Guinéens à se prononcer dimanche sur une nouvelle Constitution, et à renouveler leur Parlement.

Depuis mi-octobre, la Guinée est le théâtre de manifestations massives, de journées villes mortes et d'affrontements entre jeunes lanceurs de pierres et policiers et gendarmes.

Fatoumata Bah, habitante de Wanindara, un bastion de l'opposition et foyer de contestation, s'est retrouvée prise dans le tumulte.

Dans son salon exigu où règne une chaleur étouffante, la jeune femme frêle et droite se lamente. Elle, la marchande, ne travaille plus depuis un mois après avoir subi une entorse de la cheville dans l'incident. Elle a peur: des représailles des policiers, pour ses enfants...

"Ca me ronge le coeur depuis le jour où j'ai été victime de cet acte barbare", dit-elle en peul, sa langue.

Elle reste enfermée. "Quand je sors, on me montre du doigt, et mes enfants aussi. On dit: +Voilà la femme qui a été prise comme bouclier+. Ca me fait très mal au fond de moi et c'est une page de ma vie que j'ai envie de tourner maintenant, pour revivre une vie normale", dit-elle.

Elle raconte que ce jour-là, elle était sortie voir le fils d'une collègue qui avait été blessé. Elle s'est retrouvée confrontée à des policiers qui ont refusé de la laisser partir parce que, selon eux, ce sont les enfants des femmes du quartier qui les affrontent

- La rage au coeur -

La vidéo, qui a été tournée semble-t-il d'une maison voisine et dont l'authenticité n'a été contestée par personne, montre quatre policiers casqués faisant apparemment face à de jeunes lanceurs de pierres.

L'un des policiers avance au-devant des émeutiers en poussant une femme devant lui, contre son gré. Quelques cailloux et projectiles anti-émeutes sont échangés, jusqu'à ce que les policiers battent précipitamment en retraite devant une charge des jeunes. Le policier emmène la femme, paraissant à un moment la traîner au sol.

Fatoumata Bah relate que c'est l'attaque des enfants qui a forcé les policiers à la relâcher.

Les défenseurs des droits humains ont vu dans l'affaire un sommet des abus policiers. Ils fustigent régulièrement l'impunité dont bénéficient selon eux les services de sécurité et que démentent les autorités.

La police a annoncé l'arrestation du principal auteur, le brigadier Mamadou Lamarana Bah, sans lien avec la victime. Le commandement de la police a assuré qu'il serait sanctionné de manière exemplaire, sans qu'on sache si cet engagement a été tenu. Les autorités ont même présenté des excuses.

Les plaintes donnent systématiquement lieu à enquête, répètent-elles.

Mais Fatoumata Bah dit ne pas avoir confiance dans la police. Deux personnes ont été tuées dans le quartier depuis la vidéo, affirme-t-elle. Elle redoute même des représailles tant le scandale a été grand.

Elle craint pour ses enfants. Depuis le 29 janvier, ils ont la rage au coeur.

"Quand il y a un appel à manifester je n'arrive pas à les retenir à la maison. Ils ne pensent qu'à sortir pour affronter ceux qui m'ont brutalisée, pour me venger de ce que j'ai subi. Et je ne veux pas perdre mes enfants".

Toutes les actualités

Minute Eco: Risque de dislocation de la CEDEAO à cause de l'ECO

Minute Eco: Risque de dislocation de la CEDEAO à cause de l'ECO
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Minute Eco: le FMI envoie 148 millions de dollars au gouvernement guinéen

Minute Eco: le FMI envoie 148 millions de dollars au gouvernement guinéen
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Alpha Condé a annonce un allègement du couvre-feu à Conakry

Alpha Condé a annonce un allègement du couvre-feu à Conakry
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Les autorités guinéennes allègent le couvre-feu à Conakry, les écoles vont rouvrir

Une route barrée à Cosa dans la banlieue de Conakry, Guinée, le 14octobre 2019. (VOA/Zakaria Camara)

Le président guinéen Alpha Condé a annoncé lundi soir un allègement du couvre-feu dans la capitale Conakry et la prochaine réouverture des lieux de culte et de certaines écoles, fermés pour contrer le Covid-19.

Le président guinéen a invoqué dans une allocution diffusée par la télévision nationale "des statistiques encourageantes" en ce qui concerne le taux de guérison des malades et la létalité de la maladie.

Il a cependant souligné les risques d'un relâchement et indiqué que, sous réserve d'approbation par le Parlement, l'état d'urgence décrété le 26 mars et permettant des mesures exceptionnelles serait prolongé de 30 jours à partir de ce lundi.

Les frontières restent fermées et le port du masque obligatoire dans l'espace public, parmi d'autres mesures en place, a-t-il dit.

Le couvre-feu en vigueur dans le Grand Conakry de 22H00 à 5H00 est raccourci, de 23H00 à 4H00. Il demeure entièrement levé dans le reste du pays.

Les classes primaires et secondaires devant passer un examen, ainsi que les universités, rouvriront le 29 juin, à condition de faire respecter la distanciation sociale, prendre systématiquement la température, instaurer un lavage systématique des mains et observer le port du masque.

Les mosquées et les églises rouvriront le 22 juin dans les préfectures qui n’ont pas enregistré de contamination pendant au moins 30 jours.

La Guinée, petit pays pauvre durement éprouvé par la fièvre Ebola par le passé, a déclaré 4.572 cas de contamination et 26 décès.

L'État guinéen signe un accord pour l'exploitation de la plus vaste mine de fer au monde

La brume enveloppe les montagnes de Simandou à Beyla, Guinée, 4 juin 2014. (Photo REUTERS/Saliou Samb)

La Guinée a signé mardi un accord avec un consortium pour le développement de sa gigantesque réserve de minerai de fer de Simandou.

L’accord marque une nouvelle étape vers la réalisation d'un projet qui devrait apporter une manne estimée à 15 milliards de dollars sur 25 ans.

Le projet comprend la construction d'une voie ferrée de 650 km de la région forestière montagneuse de Guinée jusqu'à la côte. Il est aussi question d'un port en eau profonde.

Simandou représente le plus grand projet d'exploitation minière industrielle de la Guinée depuis les indépendances.

"C'est une étape importante dans le développement du secteur minier guinéen", souligne le ministre des mines, Abdoulaye Magassouba. Il ajoute que ce projet contribuera à diversifier la production minière du pays qui, jusqu'à présent, dépend fortement de l'aluminium et de l'or.

Le consortium comprend la Société minière de Boké (SMB) et la compagnie maritime Winning Shipping basée à Singapour, ainsi que des intérêts du gouvernement guinéen.

Il a remporté un appel d'offres de 14 milliards de dollars en novembre dernier pour développer les blocs de Simandou.

Selon Bloomberg, Simandou est le plus vaste gisement connu de ce type dans le monde, avec plus de 2 milliards de tonnes de minerai à haute teneur.

Depuis des années, le projet suscite des controverses en Guinée, pour des raisons diverses.

Voir plus

XS
SM
MD
LG