Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

"Pour les élections, tout va très bien se passer", promet Kabila

Le président congolais Joseph Kabila lors d’une réunion avec les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies au Palais de la nation, à Kinshasa, le 5 octobre 2018. (Twitter/Présidence RDC)

Le chef de l'Etat sortant Joseph Kabila a promis que les élections du 23 décembre en République démocratique du Congo vont "très bien se passer", dans un rare entretien où il dénonce les sanctions de l'Union européenne frappant le candidat de sa majorité.

"Pour les élections, tout va très bien se passer, et cela ne dépendra pas des sanctions. Ce seront les meilleures élections que ce pays aura connues depuis 1959", (date marquant le déclenchement de la conquête de l'indépendance du Congo belge qui aboutira sur la naissance de la République du Congo en 1960), a déclaré M. Kabila dans un entretien au quotidien belge Le Soir.

Deux fois élu en 2006 et 2011 sur fond de violences et de contestation, M. Kabila n'a pas brigué de troisième mandat interdit par la Constitution, comme l'espérait une frange de ses partisans au sein du parti présidentiel PPRD.

"Ce qui me surprend, c’est que ma décision ait pu surprendre: j’ai fait ce que j’avais toujours dit", a déclaré M. Kabila, qui a investi un "dauphin" à l'élection présidentielle pour sa succession, son ex-ministre de l'Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary.

M. Ramazani Shadary est l'une des 15 personnalités congolaises visées depuis début 2017 par les sanctions de l'Union européenne (UE) pour atteinte aux droits de l'homme et au processus électoral.

Il a été ministre de l'Intérieur de décembre 2016 à février 2018, au plus fort de la contestation contre le maintien au pouvoir du président Kabila au-delà de la fin de son deuxième et dernier mandat en décembre 2016.

"Ces sanctions sont tout à fait illégales, injustes, arbitraires, orientées politiquement", a déclaré M. Kabila.

"Moi, je fais pleinement confiance à tous ceux qui ont été sanctionnés, et surtout les officiers; je sais qu’ils défendent l’état de droit. On me dit que si tout se passe bien lors des élections, les sanctions pourraient être levées. Mais moi je m’en fous", a-t-il ajouté.

Au total, 21 candidats postulent à la succession du président Kabila, 47 ans, au pouvoir depuis 2001 et l'assassinat de son père et prédécesseur.

A trois semaines du scrutin, l'un des deux principaux candidats de l'opposition, Martin Fayulu, refuse l'utilisation de la "machine à voter", procédure de vote retenue par la commission électorale.

Toutes les actualités

Sit-in contre l'invalidation des parlementaires de l'opposition

Sit-in contre l'invalidation des parlementaires de l'opposition
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

Manifestation à Kinshasa des militants de la coalition Lamuka

Manifestation à Kinshasa des militants de la coalition Lamuka
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Ebola : la moitié des foyers n'est pas détectée selon une étude

Ebola : la moitié des foyers n'est pas détectée selon une étude
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Washington et Londres déplorent les décisions de la Cour Constitutionnelle congolaise

Le Président de la Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo, Noël Funga (C), à Kinshasa, le 15 janvier 2019.

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Suisse et le Canada, ont déploré vendredi "l'aggravation des tensions politiques en République démocratique du Congo" dues aux "récentes décisions de la Cour constitutionnelle" qui a invalidé l'élection de députés de l'opposition.

"Les récentes décisions de la Cour constitutionnelle, prises en dehors des échéances prescrites par la loi, nuisent à un climat politique apaisé", indique une "déclaration commune" des quatre chefs de mission à Kinshasa.

"Nous regrettons vivement l'incertitude et la méfiance créées par ces décisions", insistent Washington, Londres, Berne et Ottawa.

"Nous condamnons les confrontations récentes et appelons les acteurs politiques du pays à proscrire l'usage de toute forme de violence", ajoute leur déclaration commune.

La Cour constitutionnelle a annulé cette semaine les élections de plus de 30 parlementaires, "la plupart d'entre eux étant des membres de l'opposition", est-il rappelé.

Ces parlementaires sont plus particulièrement membres de la coalition Lamuka de l'opposant Martin Fayulu, qui revendique la victoire à l'élection présidentielle du 30 décembre et refuse de reconnaître l'élection de son ex-allié dans l'opposition, Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur de l'élection.

En réaction aux décisions de la Cour constitutionnelle, M. Fayulu a annoncé "la suspension des activités parlementaires de tous les parlementaires de Lamuka (sa coalition) jusqu'à nouvel ordre".

Lamuka a organisé jeudi un sit-in devant la Cour constitutionelle à Kinshasa et prévoit d'autres actions dans tout le pays le dimanche 30 juin, jour de la fête de l'Indépendance.

M. Fayulu a accusé l'actuel chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, et son prédécesseur, Joseph Kabila, de "forfaiture" et d'avoir "assassiné l'Etat de droit".

L'Union européenne (UE) ne s'est pas associée à la déclaration commune alors qu'elle a dans le passé signé des prises de position communes sur la RDC avec les quatre pays signataires.

L'UE a sanctionné une quinzaine de personnalités congolaises début 2017 à l'époque où l'ancien président Kabila était encore au pouvoir au-delà de la fin de son mandat constitutionnel.

Campagne de sensibilisation au virus Ebola en Ouganda

Campagne de sensibilisation au virus Ebola en Ouganda
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG