Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sénégal

Portrait de candidat: Me Madické Niang, l’invité surprise

L'affiche de campagne électorale de Madické Niang.

Dans une série spéciale, le correspondant de VOA Afrique à Dakar présente les portraits des cinq candidats à la présidentielle du 24 février 2019. Avocat et homme politique sénégalais, Madické Niang est le candidat le plus inattendu de cette présidentielle.

Longtemps dans l’ombre de l’ancien président Abdoulaye Wade, ce natif de Saint-Louis du Sénégal a décidé de briguer le suffrage des Sénégalais pour pallier l’invalidation de la candidature de Karim Wade, fils de l’ancien chef de l’Etat sénégalais.

Le portrait de Me Madické Niang
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00


Madické Niang est né le 25 septembre 1953 à Saint-Louis. Dans cette région, il suit sa scolarité au Lycée Charles de Gaulle jusqu’à l’obtention de son baccalauréat.

Il fréquente ensuite la faculté de droit à l’Université de Dakar avant d’aller poursuivre ses études de droit à Abidjan. À la fin de ses études, il s'inscrit au barreau de Dakar et compte parmi ses clients de grandes entreprises telles que la Compagnie sucrière sénégalaise.

Rapidement, il devient un proche d'Abdoulaye Wade, déjà un opposant politique très actif, pour finir par être son avocat.

"Abdoulaye Wade a été arrêté en 1985 lors d’une marche avortée de l’opposition. Il a été arrêté avec d’autres militants. J’ai décidé de les défendre alors que je venais juste d’avoir 3 ans au barreau", confie Madické Niang.

En 2000, Abdoulaye Wade accède au pouvoir et place Madické Niang à ses côtés. Sous le premier mandat de Wade, il est ministre de l'Habitat de 2002 à 2003, ministre de l'Énergie et des Mines de 2003 à 2006 puis ministre des Mines et de l'Industrie entre 2006 et 2007. En 2007, Wade est réélu et Madické Niang monte en grade.

De ministre, il passe à ministre d'État, garde des Sceaux, ministre de la Justice de 2007 à 2009 puis ministre des Affaires étrangères d'octobre 2009 à avril 2012.

À la chute du régime libéral, il accueille Wade dans sa villa située au point E, un quartier résidentiel de Dakar.

La relation idyllique entre Abdoulaye Wade et Madické Niang va pourtant prendre une tournure brusque et inattendue. Craignant l’invalidation de la candidature de Karim Wade, Madické Niang prend son courage à deux mains et dépose sa candidature pour la présidentielle de février 2019 tout en continuant de revendiquer son appartenance au Parti Démocratique Sénégalais.

"J’ai satisfait aux conditions qui concernent le parrainage et qui concernent tant d’autres questions. Karim aussi a franchi ce cap. L’avenir appartient au tout-puissant, mais je suis un homme d’honneur; quand une déclaration est faite, je ferais tout pour la respecter", explique Madické Niang.

Wade estime que son avocat et compagnon l’a trahi en déposant une candidature parallèle à celle de son fils Karim. Le 12 octobre, l’ancien président Abdoulaye Wade déménage de chez Madické Niang. Un acte fort qui conforte le divorce entre les deux hommes politiques.

Aujourd’hui, Madické Niang fait partie des cinq candidats en lice pour la présidentielle de 2019, qu’il aborde dans la peau d’un candidat inattendu et qu’on accuse de connivence avec le pouvoir, comme l’indique l’observateur politique Ibrahima Bakhoum.

"Personne ne l’attendait, ou peu de gens l’attendaient et la première chose qu’il réussit, c’est de passer le cap du parrainage. Evidemment tout de suite, des soupçons commencent à circuler", souligne Ibrahima Bakhoum​.

Il poursuit: "Certains se disent: est-ce qu’il n’est pas un élément avancé du système de Macky Sall pour affaiblir le Parti Démocratique Sénégalais (PDS)? Mais Madické, son engagement, c’est qu’il n’est pas question que le PDS n’ait pas de candidat. Et puisqu'il tient à ce que le PDS ait un candidat, il se présente comme tel, autrement dit comme celui qui va sauver la maison bleue (PDS)".

Madické Niang a été exclu du Parti démocratique sénégalais en octobre 2018, pour s'être porté candidat à l'élection présidentielle de 2019 alors que le parti soutenait la candidature Karim Wade, le fils de l'ancien président Abdoulaye Wade.

Toutefois, le candidat de la coalition "Madické 2019" espère polariser le vote des libéraux de tous bords pour accéder à la magistrature suprême au soir du 24 février 2019.

Toutes les actualités

Macky Sall annonce la fin du couvre-feu et de l’état d’urgence

Adresse à la nation du Président Macky Sall, Dakar, 31 décembre 2019. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Le président sénégalais Macky Sall a décidé de lever la quasi-totalité des restrictions appliquées pour lutter contre le coronavirus. En plus de l'ouverture des frontières aériennes à partir du 15 juillet, l'état d'urgence et le couvre-feu ont été levées le 30 juin.

Pour beaucoup de Sénégalais, la décision du chef de l'État est paradoxale en cette période où la maladie est plus que jamais présente. Pour Younouss Sarr, la démarche présidentielle est illogique : "peut-être que Monsieur le Président sait quelque chose qu’il ne nous a pas dit. En tout cas il y a un paradoxe et ça inquiète beaucoup la population".

D'après lui, la logique voudrait qu'on durcisse les mesures barrières parce que les gens sont en train de "baisser les bras". Younouss pense même que la décision du gouvernement risque d'encourager les gens à faire fi des mesures élémentaires de prévention.

COVID-19: Macky Sall lève la quasi-totalité des restrictions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:27 0:00

Mouhamed Ndiaye, un étudiant de 21 ans, pense que la décision présidentielle sera "maléfique" parce que chaque jour les cas augmentent de plus en plus et la situation n’est pas encore maîtrisée. "Je ne comprends pas la décision de notre cher Président parce qu’il devait conserver l’état d’urgence et y assortir le couvre-feu, sinon si on continue comme ça nous allons droit vers l’hécatombe", prédit le jeune homme.

Pour lui, la situation sanitaire du pays n’est pas du tout comme les gens le prétendent car le système sanitaire sénégalais risque d'être submergé par la vague croissante des nouvelles contaminations. "Nous sommes un pays sous développé, nous n’avons pas totalement les moyens qu’il faut pour gérer ce genre de pandémie", conclut-il.

D'autres comme Sidy Lô s’inquiètent plus de la santé de l'économie. Pour cet homme d'affaires, la décision du président Sall était certes difficile à prendre mais inévitable. "Du moment que la crise économique ne pouvait pas continuer et au vu de la situation globale du monde on ne pouvait que s’attendre à cette décision à prendre de la part du président", analyse-t-il.

Certaines mesures restent cependant en vigueur malgré la levée de l'État d'urgence et du couvre-feu.

Le port du masque est toujours obligatoire dans les lieux publics et les transports.

Les frontières terrestres et maritimes resteront fermées jusqu'à nouvel ordre tout comme les lieux accueillant des activités de loisirs à huis-clos.

En outre, le président Sall a annoncé le recrutement de 500 médecins et 1000 agents de la santé.

Amnesty appelle les autorités congolaises à libérer le général Mokoko

Amnesty appelle les autorités congolaises à libérer le général Mokoko
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:11 0:00

COVID-19: Macky Sall lève la quasi-totalité des restrictions

COVID-19: Macky Sall lève la quasi-totalité des restrictions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:27 0:00

Des Sénégalais dépossédés de leurs terres entament une grève de la faim

Les victimes de Gadaye sur le site où leurs maisons ont été démolies, au Sénégal, le 28 juin 2020. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Au Sénégal, l'actualité est fortement marquée par les problèmes fonciers, un sujet divise la classe politique. Un collectif a vu le jour pour défendre l'équité dans l'accès aux terres. Dans la région de Dakar, des familles se battent également dans l'anonymat pour retrouver leurs terres.

Le 18 décembre 2013, 253 familles ont perdu leurs maisons à Gadaye, dans le département de Guédiawaye, dans la région de Dakar. Sur leurs terres, un promoteur veut développer un projet immobilier.

Après une longue bataille judiciaire, les victimes ont eu gain de cause mais depuis lors, elles n'ont pas encore été réhabilitées, comme l'indique Séni Ndiaye, une des nombreuses mères de famille à avoir perdu son domicile.

"On a démoli nos maisons depuis 2013, il y a de cela 7 ans donc", rappelle la dame qui précise que la justice les a déclarés gagnant "trois fois" (1ère instance, procès en appel et pourvoi en cassation) face au promoteur qui a démoli les maisons.

"Notre terre, notre tombe"

Pour Séni Ndiaye, les papiers des jugements devaient normalement les "rétablir" dans leurs droits en leur permettant de récupérer leurs terrains, "chose qui n’a pas été faite" d'après elle.

Les victimes se sont organisées pour faire bouger les choses et, depuis, plusieurs actions ont été menées. El Hadj Wagué, président du collectif des victimes de Gadaye affirme que les populations et les victimes n'en peuvent plus et qu'elles sont prêtes à tout faire pour retrouver leurs terrains.

"Notre terre, notre tombe" est le cri du cœur choisi par le collectif des victimes qui compte continuer le combat avec une grève de la faim.

Les victimes sont déterminées à aller jusqu'au bout, "même si la police s’interpose cela ne veut pas dire que nous allons pas faire cette grève de la faim", confie le Président du collectif. "Nous allons continuer ce combat jusqu’à ce que le site soit régularisé et que les victimes disposent de leur propre bail", assure El Hadj Wagué.

Des familles sénégalaises dépossédées se battent pour retrouver leurs terrains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Préservation du littoral

Autre la bataille foncière engagée, celle de la préservation du littoral. Dans ce combat, les populations refusent l'implication des politiciens et préfèrent s'organiser pour défendre elles-mêmes le principe d'équité foncière comme l'indique Michel Mendy, coordonnateur d'un collectif.

Il indique que le littoral fait partie du domaine public maritime qui est "protégé" par la loi sur le domaine public maritime.

L'étape la plus importante pour ce collectif est la sensibilisation des populations pour mener la bataille afin que le littoral ne soit pas accaparé par une frange de privilégiés au détriment des populations.

Face aux multiples remous notés dans le domaine foncier ces derniers temps, la direction de la surveillance et du contrôle de l'occupation du sol a arrêté plusieurs constructions sur des terres relevant du domaine public.

Le président Macky Sall a décidé de confier la très convoitée assiette foncière de l'aéroport Léopold Sedar Senghor à la Caisse des Dépôts et Consignations pour éviter toute spéculation.

Le Sénégal valide le bracelet électronique comme alternative à la prison

Le Président Macky Sall à Dakar, Sénégal, le 16 mars 2020. (VOA/Seydina Aba Gueye)

Le Sénégal devrait recourir avant la fin de l'année au bracelet électronique comme alternative à la détention pour désengorger ses prisons, après l'adoption d'un texte en ce sens par le Parlement, a indiqué mardi un responsable du ministère de la Justice.

Les députés ont approuvé le texte lundi, a-t-on appris de sources parlementaires. Le gouvernement avait donné son feu vert en mai. La loi doit à présent être promulguée par le président.

Aucune date n'a été communiquée. Mais l'application est prévue "dans les six mois", a dit à l'AFP un responsable du ministère. Les personnes condamnées pour "viol, pédophilie et trafic de drogue" sont exclues du champ d'application, a-t-il précisé.

L'introduction du bracelet est destinée à "humaniser" le milieu carcéral et offrir au condamné "une étape intermédiaire" avant qu'il ne retourne à la vie civile, a déclaré à l'AFP un député de la majorité, Djiby War.

Le Sénégal évoquait déjà l'emploi en 2018 dans des cas comme la détention provisoire.

Le recours à cette technologie a cependant suscité des réticences parmi les professionnels de la justice ou les défenseurs des droits. Les réserves portent sur la capacité du système judiciaire de ce pays pauvre à appliquer la mesure, sur l'accès inégal aux moyens de communication permettant de la mettre en oeuvre ou sur l'équité entre justiciables qui en bénéficieraient ou pas.

Les objections visent aussi l'inadéquation aux mentalités sénégalaises. Des défenseurs des droits disent en outre que le bracelet ne doit pas devenir la solution au problème de fond d'un recours disproportionné au mandat de dépôt.

La réforme doit "offrir aux juridictions pénales des options (pour) substituer à l'incarcération des mesures susceptibles de faciliter la réinsertion sociale des condamnés et le maintien de leurs liens familiaux", indiquent des documents officiels. Elle doit aussi contribuer à "désengorger les prisons".

Les défenseurs des droits humains dénoncent régulièrement les conditions de détention et la surpopulation dans les prisons sénégalaises, le placement quasi systématique sous mandat de dépôt et la durée des détentions provisoires.

Voir plus

XS
SM
MD
LG