Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Pompeo rencontrera "cette semaine" à New York le bras droit de Kim Jong Un

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est entretenu avec des journalistes lors d’un point de presse au département d’État de Washington, le 23 octobre 2018.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo rencontrera "cette semaine" à New York le bras droit du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, Kim Yong Chol, a-t-il annoncé dimanche lors d'une interview sur la chaîne Fox News.

Mike Pompeo a également expliqué "ne pas être inquiet" de la mise en garde de Pyongyang, qui a expliqué envisager "sérieusement" de revenir à sa stratégie politique de développement de son arsenal nucléaire, avant cette rencontre avec celui qu'il a présenté comme son "homologue" nord-coréen.

Il n'a pas précisé le jour exact de la rencontre, mais elle devrait se tenir en milieu de semaine, les deux premiers jours de la semaine étant dominés par les élections législatives de mi-mandat aux Etats-Unis.

"Nous aurons une bonne occasion de poursuivre les discussions autour de la dénucléarisation" du régime nord-coréen a déclaré Mike Pompeo sur Fox News.

Le général Kim Yong Chol, un des plus proches collaborateurs de Kim Jong Un, est un interlocuteur régulier de Washington depuis la reprise du dialogue entre les deux pays.

Au printemps, il a déjà rencontré M. Pompeo à New York avant d'être reçu par Donald Trump à la Maison Blanche.

A cette occasion, il avait apporté à Donald Trump une lettre de Kim Jong Un, quelques jours avant la rencontre historique entre les deux dirigeants à Singapour le 12 juin.

L'homme fort de Pyongyang s'était alors engagé en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne". Mike Pompeo a été chargé, côté américain, des négociations de suivi pour mettre en musique et définir concrètement les paramètres de cet engagement, et s'est rendu à deux reprises depuis cet été en Corée du Nord.

Vendredi, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré que Pyongyang pourrait revenir à sa politique de "développement simultané" de ses capacités nucléaires et de son économie si les Etats-Unis ne changeaient pas d'attitude en matière de sanctions, qui doivent être progressivement levées en échange de l'abandon du programme nucléaire coréen.

"Je ne suis pas inquiet, nous avons déjà vu ça au cours des négociations", a tempéré Mike Pompeo dimanche.

"Nous sommes très concentrés, nous savons avec qui nous négocions, nous savons quelles sont leurs positions et le président Trump a clairement fait connaître la sienne", a-t-il assuré.

"Aucun répit économique avant d'avoir atteint notre objectif final".

Avec AFP

Toutes les actualités

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Donald Trump pourrait se présenter à nouveau en 2024, selon un expert

Donald Trump pourrait se présenter à nouveau en 2024, selon un expert
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:24 0:00

Covid-19: Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement

Le 21 octobre 2017, l'ancien président George W. Bush (à g.), son successeur Barack Obama et l'ancien président Bill Clinton lors d'un concert caritatif à College Station, Texas.

Le président élu Joe Biden et les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton se sont dits prêts à se faire vacciner publiquement contre le Covid-19 afin d'encourager leurs concitoyens à en faire de même.

Barack Obama, 59 ans, a affirmé faire "entièrement confiance" aux autorités sanitaires du pays, dont l'immunologue Anthony Fauci, figure scientifique très respectée aux Etats-Unis.

"Si Anthony Fauci me dit que ce vaccin est sûr et peut protéger du Covid, je n'hésiterai pas à me le faire injecter", a-t-il déclaré dans un entretien radio à SiriusXM, dont des extraits ont été partagés mercredi sur YouTube.

"Je promets que lorsqu'il sera disponible pour les personnes moins vulnérables, je me ferai vacciner. Je pourrais le faire à la télévision ou faire en sorte que ce soit filmé, afin que les gens puissent voir que je fais confiance à la science", a-t-il ajouté.

Une tribune dans le Washington Post appelait le président élu Joe Biden, 78 ans, et sa future vice-présidente Kamala Harris, 56 ans, à se faire vacciner en direct à la télévision afin de convaincre les sceptiques, nombreux aux Etats-Unis face à la vitesse de développement des vaccins contre le Covid-19.

Interrogé sur le sujet, Joe Biden a dit jeudi qu'il serait "heureux" de se faire vacciner en public dès que le Dr Fauci recommanderait de le faire.

Un représentant de George W. Bush a fait savoir à CNN que l'ancien président républicain de 74 ans était lui aussi disposé à faire la promotion des vaccins contre le Covid-19.

"Les vaccins doivent dans un premier temps avoir été jugés sûrs et administrés aux populations prioritaires", a dit ce représentant, Freddy Ford. "Le président Bush attendra ensuite son tour et se fera volontiers vacciner devant les caméras".

Le porte-parole de Bill Clinton, Angel Urena, a également indiqué à CNN que l'ancien président démocrate, lui aussi âgé de 74 ans, se ferait vacciner publiquement "si cela pouvait inciter tous les Américains à en faire de même".

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections

De nombreux républicains doutent de la sincérité des élections
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:32 0:00

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG