Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

200 personnes fuient des violences en zone anglophone au Cameroun


Des sauveteurs de la Croix-Rouge camerounaise dans la forêt de Mbanga Pongo, près de Douala, le 07 mai 2007.

Plus de 200 personnes fuient depuis vendredi des violences dans le sud-ouest anglophone du Cameroun pour trouver refuge dans la région du Littoral, en zone francophone, selon une source officielle.

Les déplacés, arrivés dans la ville francophone de Mbanga, sont des villageois qui ont subi vendredi une "attaque de partisans de la sécession" vers Kumba, dans le Sud-Ouest, a indiqué à l'AFP Armstrong Voh Buikame, sous-préfet de Mbanga.

"L'attaque a été repoussée par l'armée, mais les gens ont pris peur et ont préféré passer la nuit en lieu sûr. Certains arrivaient par le train et d'autres à pied", a précisé M. Voh Buikame.

De nouvelles arrivées, parmi lesquelles de nombreux enfants, continuent d'être enregistrées samedi après-midi, selon un témoin local.

>> Lire aussi : Libération d'un ex-magistrat enlevé en zone anglophone au Cameroun

A Mbanga, des habitants et des associations locales de bienfaisance ont apporté de l'aide aux déplacés pour leur permettre de trouver un abri, à manger et ont prodigué des soins.

Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest regroupent les citoyens anglophones du Cameroun, soit 20% de la population. Elles sont secouées depuis plus d'un an par une profonde crise socio-politique, qui s'est peu à peu muée en un conflit armé de basse intensité entre les séparatistes anglophones et les représentants du pouvoir central de Yaoundé.

Le bilan humain des violences du côté des civils comme des séparatistes est inconnu, du fait du manque de communication sur cette crise et des difficultés d'accès pour les journalistes. Depuis fin 2017, 28 membres des forces de sécurité ont perdu la vie dans des attaques de sécessionnistes, selon une compilation de l'AFP faite sur la base de déclarations officielles. D'autres observateurs à Yaoundé évoquent un bilan plus élevé.

>> Lire aussi : Besoins humanitaires croissants dans des zones anglophones isolées au Cameroun

A mesure que la crise évolue, de nouveaux groupes séparatistes apparaissent, arborant sur les réseaux sociaux armes et drapeau de l'"Ambazonie", du nom de l'Etat qu'ils veulent créer.

Des élections - dont la présidentielle - sont prévues au Cameroun fin 2018.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG