Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Paralysie du secteur de la justice nigérienne

La cour de Justice à Niamey, Niger, le 13 mars 2017. (VOA/Abdoul-Razak Idrissa)

Les magistrats observent un mouvement de grève de 48 heures à l’appel de leur syndicat. Ils protestent contre la récente révision de leur statut qui consacre dorénavant plus d’ouverture à la fonction de juge.

Beaucoup d’usagers des services de justice étaient désabusés jeudi matin au tribunal de Niamey ou presque tout était à l’arrêt.

Le secteur de la justice paralysé par un mouvement de grève de 48h
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00


"C’est vraiment décevant. Je suis venue récupérer un permis pour aller voir un ami emprisonné et c’est là que j’apprends que les magistrats sont en grève. On me dit de revenir lundi", regrette Amina à l’entrée du tribunal. "J’ai rendez-vous avec le juge qui doit me signer mon certificat de nationalité aujourd’hui, mais je constate qu’il n’y a personne", dit pour sa part Ousmane devant un bureau fermé.

La grève est prévue pour les 26 et 27 décembre par le syndicat autonome des magistrats du Niger (SAMAN). Ce mouvement entend faire pression sur le gouvernement pour que le chef de l'état ne promulgue pas le statut de la magistrature nigérienne, tel que adopté par le parlement. Dans le nouveau texte, il est désormais permis aux jeunes ayant le master 1 de pouvoir concourir pour accéder à l’école de formation judiciaire qui forme les magistrats. Pour le syndicat, le master1 est un certificat, pas un diplôme.

“Un Etat qui se respecte ne peut pas recruter un fonctionnaire, de surcroit un magistrat, sur la base d’un certificat” dénonce Yayaha Doubou secrétaire général adjoint du SAMAN. “Nous ne pouvons pas accepter cette réforme” à laquelle le syndicat n’a d’ailleurs pas été associe. “C’est dans la rue que nous avons appris que notre statut sera modifié”.

Selon le garde des sceaux, cette révision n’est que justice et équité qui sont rétablies. “Les premières promotions de magistrats issues de l’école de formation judiciaire ont été recrutées sur la base de Master 1. C’est après qu’une loi est intervenue pour rehausser le niveau de formation à la maitrise. C’est inacceptable pour nous et nous avons ainsi décider de réparer cela” souligne Morou Amadou.

Apropos de ce mouvement de grève, le ministre de la Justice estime qu'il est illégal, le gouvernement envisage de prendre les mesures pour que les magistrats eux même respectent la loi.

La modification étant adoptée par l’Assemblée, il reste la promulgation de la loi par le président de la république. Le syndicat des magistrats plaide auprès de celui-ci, parallèlement au mouvement de grève, pour qu’il renvoie le texte en seconde lecture au parlement.

Toutes les actualités

Condamnation du journaliste d'investigation Moussa Aksar: "On lui reproche d'avoir fait son travail"

Condamnation du journaliste d'investigation Moussa Aksar: "On lui reproche d'avoir fait son travail"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

La BCEAO retire ses réserves de change de la tutelle de la Banque de France

Deux personnes échangent de l'argent à Abidjan, le 31 décembre 2004.

Cinq milliards d'euros de réserves de change des Etats ouest-africains utilisant le franc CFA sont en cours de transfert de la France vers la Banque centrale ouest-africaine, conformément à la réforme de cette monnaie, a indiqué mardi à l'AFP une source proche du dossier.

La Banque de France "est en train de transférer des fonds qui appartenaient aux Etats africains", a indiqué à l'AFP cette source requérant l'anonymat, précisant le montant des fonds: "cinq milliards d'euros".

Sollicitée par l'AFP, la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) dont le siège est à Dakar, a décliné tout commentaire sur ce transfert.

Le franc CFA est la monnaie commune à huit pays membres de l'Union monétaire ouest-africaine (UMOA) - Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo - et à six Etats de la Communauté économique ét monétaire de l'Afrique centrale (Cémac) -Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale et Tchad.

Seuls les pays de l'UMOA sont concernés par ce transfert.

La réforme du franc CFA - qui ne concerne pour l'heure que la zone UMOA - a été annoncée en décembre 2019 à Abidjan par les présidents français et ivoirien, respectivement Emmanuel Macron et Alassane Ouattara, pour répondre au feu de critiques contre cette monnaie qui est perçue comme une relique du temps de la colonisation.

La réforme prévoit notamment que la BCEAO n'est plus désormais tenue de déposer la moitié de ses réserves de change auprès de la Banque de France.

Les pays de la Cémac, eux, vont continuer de le faire.

Pour l'économiste togolais Kako Nubukpo, connu pour ses positions critiques vis-à-vis du franc CFA, "cette décision pourrait inciter les Etats de la zone franc à renouveler les modalités de placement de leurs réserves de change et de gestion de la trésorerie des banques centrales".

Cela pourrait aussi les inciter à "imaginer un régime de change moins rigide que celui qui existe actuellement, à savoir la parité fixe entre le franc CFA et l'euro", maintenue par la réforme.

L'économiste plaide également pour une réflexion sur "le rôle des réserves de change dans la transformation structurelle des économies de la zone Franc", estimant que "cette période Covid-19 pousse à une utilisation active des réserves de change pour relancer l'économie mondiale".

La réforme prévoyait aussi un changement de nom, toujours pas effectif, le franc CFA devant devenir l'eco, et le retrait de la France des instances de gouvernance de l'UMOA.

Au Niger, 16 soldats meurent dans une embuscade

Au Niger, 16 soldats meurent dans une embuscade
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:23 0:00

Seize soldats nigériens ont été tués dans une embuscade

Seize soldats nigériens ont été tués dans une embuscade
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00

L'athlète nigérienne Amina Seyni se prépare pour les JO de Tokyo malgré la stigmatisation

L'athlète nigérienne Amina Seyni se prépare pour les JO de Tokyo malgré la stigmatisation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:27 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG