Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Onze ans après une exécution, un procureur accusé d’avoir manipulé un témoin

La rotonde du caiptol state à Austin, Texas

Onze ans après son exécution, Cameron Willingham, qui avait toujours clamé son innocence dans la mort de ses enfants, pourrait être formellement disculpé.

Une procédure a été ouverte contre un procureur accusé d'avoir manipulé un témoin clé, selon donnée jeudi par le barreau du Texas.

Le cas de ce condamné à mort fait déjà polémique depuis des années: le comité d'expertises criminelles avait en effet admis en 2010 s'être appuyé sur de mauvais critères pour conclure au caractère criminel de l'incendie dans lequel étaient mortes les trois fillettes de M. Willingham en 1991.

Cameron Willingham, exécuté en février 2004, avait toujours clamé son innocence et suggéré que l'incendie pouvait être accidentel.

Mais un témoin clé avait déclaré que M. Willingham lui avait avoué le crime. Or Johnny Webb, alors incarcéré avec M. Willingham dans une prison du Texas, vient de révéler que le procureur John Jackson avait fait pression pour qu'il témoigne en échange d'une réduction de peine.

"Je ne voulais pas voir Willingham envoyé dans le couloir de la mort et mourir pour quelque chose que je savais très bien être un mensonge et dont je n'étais pas à l'origine. J'ai menti sur lui parce que j'ai été forcé par John Jackson", a déclaré Johnny Webb, dans une interview au Marshall Project.

"J'ai cédé à la pression, je n'aurais pas dû. A la fin, on m'a dit: +Ou bien tu écopes de la prison à vie ou bien tu témoignes+. Il m'a contraint à le faire", a-t-il confié à cet organisme qui milite contre la peine de mort.

La défense de Cameron Willingham n'avait jamais été informée de cet accord entre l'accusation et le témoin clé.

Le groupe Innocence Project, qui a entrepris d'obtenir la disculpation posthume du père de famille, a déposé un recours devant le barreau du Texas, arguant que le procureur Jackson avait "violé ses obligations professionnelles, éthiques et constitutionnelles".

Le barreau a alors ouvert une procédure disciplinaire le 5 mars et un juge a été désigné pour déterminer s'il y avait eu "obstruction à la justice, fausses déclarations et dissimulation de preuves favorables à la défense", selon le document dont l'AFP a eu copie.

Il s'agit de la troisième procédure disciplinaire du même type au Texas. Un juge avait été condamné à dix jours de prison en 2013 pour avoir caché des preuves de l'innocence de Michael Morton, sorti de prison après 25 ans d'incarcération.

En 2014, le barreau du Texas a ouvert une enquête contre un autre procureur dans l'affaire d'Anthony Graves, innocenté après 16 ans de prison.

Selon le décompte du Centre d'information sur la peine capitale, 150 condamnés ont été innocentés du couloir de la mort depuis 1973.

VOA/AFP

Toutes les actualités

Décès de Larry King, célèbre journaliste américain

Larry King à la soirée d'ouverture de la série de films "Champion" à Los Angeles, Californie, États-Unis, le 9 août 2013.

Le célèbre journaliste et animateur de télévision américain Larry King est mort à 87 ans, a annoncé samedi sa compagnie, Ora Media.

"Avec une profonde tristesse, Ora Media annonce le décès de notre cofondateur et ami Larry King, qui est mort à l'âge de 87 ans au centre médical Cedars-Sinai à Los Angeles", peut-on lire dans un communiqué de la compagnie publié sur le compte Twitter officiel de cette figure légendaire de la télévision américaine.

La mort de M. King a également été confirmée par son fils, Chance, samedi matin, selon la chaîne CNN, où il avait animé l'émission "Larry King Live" pendant plus de 25 ans.

Début janvier, M. King avait été hospitalisé à cause de la maladie covid-19, a ajouté la chaîne.

Le 46e président des Etats-Unis lance un appel à "l'unité"

Le 46e président des Etats-Unis lance un appel à "l'unité"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Impeachment: L'acte d'accusation contre Trump sera transmis lundi au Sénat

L'ancien président Donald Trump a quitté le pouvoir à la fin de son mandat, le 20 janvier 2021. (Photo archives)


La cheffe de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, l'"a informé que l'acte d'accusation serait transmis au Sénat lundi", a-t-il déclaré dans l'hémicycle.

Cette étape, qui implique la lecture devant les sénateurs des articles d'"impeachement" visant l'ancien président, marquera l'ouverture formelle de son second procès dans le cadre de l'infamante procédure de destitution.

Les débats de fond pourraient toutefois attendre et aucune date n'a encore été communiquée.

Chuck Schumer a juste précisé avoir discuté avec le chef de la majorité républicaine Mitch McConnell "du calendrier et de la durée" des audiences. "Mais ne vous trompez pas, il y aura un procès au Sénat des Etats-Unis et un vote sur la culpabilité du président", a-t-il lancé.

Lui succédant à la tribune, Mitch McConnell a regretté la cadence. "La mise en accusation par la Chambre a été plus rapide et minimaliste que jamais, l'étape suivante ne peut pas être un procès insuffisant au Sénat", a-t-il déclaré.

"Nous avons besoin d'un procès complet et équitable, lors duquel l'ancien président pourra se défendre et le Sénat considérer toutes les questions factuelles, légales et constitutionnelles", a-t-il poursuivi en suggérant d'attendre la mi-février pour entamer les débats.

Le milliardaire républicain est accusé d'avoir encouragé ses partisans à se lancer à l'assaut du Capitole le 6 janvier au moment où les élus du Congrès certifiaient la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

Deuxième "impeachment": un projet ridicule, selon Donald Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Lloyd Austin devient le premier Noir à diriger le Pentagone

Secretary of Defense nominee Lloyd Austin, a recently retired Army general, attends his conformation hearing before the Senate Armed Services Committee on Capitol Hill, Tuesday, Jan. 19, 2021, in Washington. (Greg Nash/Pool via AP)

Vendredi, le Sénat américain a confirmé Lloyd Austin comme secrétaire à la défense.

M. Austin, 67 ans, est un général d'armée à la retraite. Il devient ainsi le premier Africain-Américain à diriger le Pentagone.

Il est le deuxième membre du gouvernement du président Joe Biden dont la nomination a reçu le feu vert des élus, après la directrice du Renseignement Avril Haines.

Né en 1953 dans l'État du sud-est de l'Alabama et élevé dans la Géorgie voisine, le général Austin est diplômé de l'Académie militaire américaine de West Point en 1975.

Il a gravi tous les échelons au cours de sa carrière de quatre décennies, commençant comme commandant d'une compagnie de soutien au combat avec la légendaire 82e division aéroportée basée à Fort Bragg, en Caroline du Nord.

Biden prévoit l'arrêt de la construction du mur à la frontière avec le Mexique

Biden prévoit l'arrêt de la construction du mur à la frontière avec le Mexique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:36 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG