Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Rwanda

"On les a suppliés": des rescapés de Bisesero dénoncent un "scandale français"

Les survivants tutsis du massacre de Bisesero, Eric Nzabihimana et Bernard Kayumba, à Paris, le 24 juin 2019.

Il y a 25 ans jour pour jour, à Bisesero, deux Tutsi rwandais, Eric et Bernard, prenaient le risque de sortir des "trous" qui leur servaient de cachettes innommables face aux tueurs génocidaires et "suppliaient", en vain, des militaires français de l'opération Turquoise de les secourir.

Ces derniers reviendront bien pour les sauver, trois jours plus tard, le 30 juin 1994. Trop tard pour Joséphine, 12 ans, petite soeur d'Eric, et pour son épouse Catherine, 28 ans, tuées par les milices hutu les 28 et 29 juin, comme des centaines d'autres Tutsi réfugiés dans les collines de Bisesero.

Eric Nzabihimana raconte à l'AFP avec une acuité du souvenir et un calme impressionnants l'horreur du génocide, la peur des miliciens extrémistes hutu Interahamwe rôdant à la recherche de leurs proies, les blessés réfugiés dans les forêts, mutilés par les machettes, presque morts, les mois "à vivre comme des animaux" dans des trous dans le sol, à ne sortir que la nuit pour chercher à se nourrir.

Commémoration du génocide des Tutsis au Rwanda : des rescapés témoignent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:06 0:00

Eric, 55 ans, et Bernard Kayumba, 50 ans, de passage à Paris, jugent toujours "incompréhensible" l'"inaction" de ces militaires français le 27 juin 1994.

"Ça faisait près de 3 mois que j'étais dans les forêts; en banlieue de Bisesero, j'ai aperçu un convoi de camions (...) alors je suis sorti de ma cachette", explique Eric. "J'ai crié +au secours, on est pourchassés par des tueurs armés!+; ils ne se sont pas arrêtés, j'ai été obligé de m'interposer" pour tenter de stopper le convoi.

Plusieurs journalistes français qui accompagnaient les militaires ont été témoins de la scène, note-t-il.

Les survivants tutsis du massacre de Bisesero, Eric Nzabihimana (à gauche) et Bernard Kayumba, déversent de la terre de Bisesero dans la Seine, à Paris, le 26 juin 2019.
Les survivants tutsis du massacre de Bisesero, Eric Nzabihimana (à gauche) et Bernard Kayumba, déversent de la terre de Bisesero dans la Seine, à Paris, le 26 juin 2019.

"Nous leur avons montré des cadavres qui gisaient près de nous, qui saignaient". Eric prévient les militaires qu'il faut les secourir "maintenant. Sinon demain ou après-demain, il n'y aura plus personne...". "On les a suppliés", rappelle-t-il avec gravité.

Le 22 juin 1994, deux mois après le début du génocide au Rwanda (au moins 800.000 morts entre avril et juillet selon l'ONU, essentiellement au sein de la minorité tutsi mais aussi parmi les Hutu modérés), l'ONU a donné son feu vert à la France pour une opération militaire à but humanitaire, Turquoise. Sa mission ? "Contribuer, de manière impartiale, à la sécurité et à la protection des personnes déplacées, des réfugiés et des civils en danger au Rwanda".

"Morts-vivants"

Selon ces deux rescapés, les militaires français ont répondu le 27 juin ne "pas être prêts". "'Faut que vous restiez dans vos cachettes, on pourra venir dans 2 ou 3 jours'", ont-ils ajouté, rapporte Eric.

"Les militaires français sont revenus" pour sauver les personnes encore en vie le 30 juin, relève Eric. "Il faut le reconnaître", dit-il. "Notre reproche, c'est qu'ils l'ont fait à la suite de pressions des médias" et "qu'ils auraient dû le faire avant, lorsqu'ils en étaient informés et capables".

Bernard Kayumba, 25 ans à l'époque, juge toujours "incompréhensible" cette attitude. Il venait de passer un mois terré avec sept personnes "dans un trou creusé à la main, la nuit, en cachette des tueurs".

"On était épuisés, des morts-vivants; il y avait des cadavres ici et là; on leur a dit +vraiment, il ne faut pas nous abandonner parce que si vous partez, ils (les tueurs) vont descendre sur nous+" des collines environnantes, relate-t-il.

Commémoration du génocide de 1994 au Rwanda
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:46 0:00

"Mais ils ont répondu qu'ils n'étaient pas bien préparés, qu'ils allaient surveiller la zone avec des hélicoptères puis revenir", rapporte-t-il. Les militaires français "avaient des moyens de communication pour demander une intervention ou des effectifs à proximité", affirme Bernard. "Pourquoi dans trois jours et pas dans une heure?"

Face à cette réponse, "tout le monde était désespéré; je leur ai demandé de nous achever, de nous lancer une bombe pour en finir avec nous...", raconte-t-il.

Si les Français "avaient rempli leur mission humanitaire" et s'"ils étaient restés le 27, environ 1.000 Tutsi n'auraient pas été tués", martèle Eric. "Oui, oui", répète-t-il les yeux humides, secouant la tête.

Les survivants tutsis du massacre de Bisesero, Eric Nzabihimana et Bernard Kayumba, devant la Seine, le 26 juin 2019, à Paris.
Les survivants tutsis du massacre de Bisesero, Eric Nzabihimana et Bernard Kayumba, devant la Seine, le 26 juin 2019, à Paris.

Depuis 2005, Eric, Bernard et quatre autres rescapés, l'association Survie, la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH et LDH) et d'autres parties civiles accusent la force Turquoise d'avoir sciemment abandonné aux génocidaires les Tutsi de Bisesero. Les juges français ont clos leurs investigations sans prononcer de mises en examen (inculpations), ouvrant la voie à un non-lieu.

Pour Bernard, "Bisesero reste un scandale français" et "il faut que les militaires français reconnaissent leur échec à sauver les Tutsi à Bisesero".

Mercredi soir, ces rescapés ont symboliquement jeté des poignées de terre de Bisesero dans la Seine à Paris, "là où, entre les différents lieux de pouvoir français, des décisions ont été prises menant à l'inaction des militaires sur place, permettant aux massacres de se poursuivre", a affirmé l'association Survie.

Toutes les actualités

L'Ouganda et le Rwanda signent un accord pour mettre fin aux tensions

Les présidents rwandais Paul Kagame, ougandais Yoweri Museveni, Joao Lourenço de l'Angola et Felix Tshisekedi de la RDC.

Les présidents du Rwanda et de l'Ouganda ont signé mercredi en Angola un accord destiné à mettre fin aux tensions opposant les deux voisins, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les relations entre les présidents rwandais Paul Kagame et ougandais Yoweri Museveni se sont détériorées au cours des derniers mois au point d'amener ces anciens alliés à s'accuser mutuellement d'espionnage, assassinat politique et ingérence dans les affaires intérieures de l'autre pays.

Le protocole d'accord qu'ils ont conclu a été signé à Luanda en présence des présidents de l'Angola, Joao Lourenço, de la République démocratique du Congo, Felix Tshisekedi, et du Congo, Denis Sassou Nguesso.

Après la cérémonie, le président Kagame a dit ne s'attendre à aucun problème dans sa coopération "plus précise avec le président Museveni pour traiter ce que nous nous sommes engagés à traiter".

Les tensions entre le Rwanda et l'Ouganda ont provoqué la fermeture de la frontière entre les deux pays en février.

A cette date, le Rwanda a brusquement interdit à ses ressortissants de traverser la frontière commune, un point de passage essentiel au commerce de la région, frontière également fermée aux Ougandais souhaitant exporter au Rwanda.

En mars, le Rwanda avait publiquement accusé l'Ouganda d'avoir enlevé des Rwandais et de soutenir des rebelles voulant renverser son gouvernement.

M. Museveni a admis avoir rencontré, mais assure ne pas soutenir, les rebelles anti-Kagame. Ses services ont accusé des Rwandais d'Ouganda d'espionnage et certains d'entre eux ont été arrêtés ou expulsés.

Ebola: précautions et frustration à la frontière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:03 0:00

En mai, la police ougandaise avait aussi accusé des soldats rwandais d'avoir pénétré sur son territoire et d'y avoir tué deux hommes, ce que Kigali avait démenti.

Faute de solution, les tensions entre les deux hommes forts risquaient d'entraîner leurs voisins dans leur conflit et de menacer l'intégration des économies de la région et sa stabilité.

Le dirigeant angolais, le président Lourenço, a salué l'accord de mercredi qui, a-t-il dit, illustre "leur volonté de surmonter le conflit".

Ebola: précautions et frustration à la frontière

Ebola: précautions et frustration à la frontière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:03 0:00

Ebola: baisse des flux à la frontière RDC-Rwanda

Un point de passage frontalier entre le Rwanda et la RDC.

Le trafic entre la ville rwandaise de Gisenyi et celle de Goma en RDC, où quatre cas d'Ebola ont été enregistrés, a baissé de manière drastique jeudi et vendredi, après les restrictions imposées par les autorités rwandaises à leurs ressortissants.

"Généralement, 60.000 personnes en moyenne font des navettes entre le Rwanda et la RDC ici à la petite barrière de Goma. Depuis le début de la semaine, nous enregistrons moins de dix mille traversées, une baisse considérable à cause d'Ebola", a déclaré un officier de l'immigration congolaise.

"La frontière n'est pas fermée. Mais le Rwanda empêche ses ressortissants de passer au Congo sans motif valable", explique un responsable qui travaille pour le compte de l'Organisation Internationale pour les Migrations au point de contrôle frontalier dans le cadre de la riposte contre Ebola en RDC.

"Des centaines de Rwandais sont empêchés de franchir la frontière", a affirmé Martin Sibomana, un ressortissant rwandais. "L'immigration rwandaise demande votre profession, la carte d'identité et beaucoup d'autres formalités et justifications qui n'existaient pas avant. S'ils ne sont pas satisfaits, ils vous refoulent", a témoigné, agacé, Franck Paluku, à la barrière. Ce manutentionnaire congolais, affirme avoir été renvoyé vendredi par les services d'immigration du Rwanda.

Habillés en uniformes noirs et portant des gants blancs, des officiers d'immigration congolaise, armés, contrôlent le contenu des sacs des voyageurs tandis que des agents de la riposte prélèvent systématiquement la température des passants à l'aide de thermoflash.

Déclarée en août dernier, l'épidémie d'Ebola est contenue jusque-là dans la province du Nord-Kivu (Beni, Butembo-Katwa) et marginalement dans celle de l'Ituri. Mi-juillet, un premier cas d'Ebola a été détecté dans la ville de Goma, à la frontière avec le Rwanda. L'organisation mondiale de la santé (OMS) avait alors placé au rang d'"urgence de santé publique de portée internationale". Depuis, quatre cas confirmés dont deux morts ont été enregistrés à Goma.

Mardi, les ministres congolais et rwandais de la Santé ont décidé de renforcer leur collaboration dans la lutte contre l'épidémie qui a déjà fait plus de 1.820 morts. Jusque-là, aucun cas d'Ebola n'a été signalé au Rwanda, alors qu'en juin, deux cas en provenance de la RDC ont été détectés en Ouganda voisin.

Ebola: contrôles à la frontière RDC-Rwanda

Ebola: contrôles à la frontière RDC-Rwanda
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:47 0:00

Le Rwanda face à Ebola

Le Rwanda face à Ebola
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG