Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Rencontre Obama-Boehner sur le "gouffre fiscal"

John Boehner accueilli par le président Obama à la Maison blanche (archives)

La pression s’accroît pour éviter les coupes sombres et augmentations d’impôts prévus, au cas où il n’y aurait pas d’accord sur le budget

Le président Barack Obama et le député John Boehner de l’Ohio ne s’étaient pas parlé directement depuis près d’un mois. Après leur première rencontre, la Maison Blanche et M. Boehner ont offert, chacun, un plan de réduction de la dette qui permettrait d’éviter le gouffre fiscal, mais chaque camp a rejeté l’offre adverse comme étant inacceptable.

Quelques heures avant la rencontre du 9 décembre, des membres du Congrès ont néanmoins répété les mêmes positions, dans des émissions télévisées.

« Malheureusement, pour le président c’est ma façon ou nulle autre ! » a déclaré le député républicain Jeb Hensarling sur la chaîne ABC. Selon lui, la pierre d’achoppement est l’insistance du président à augmenter les impôts. Aucun républicain ne veut voter pour une augmentation d’impôts, a ajouté M. Hensarling.

Le Capitole-- Washington, DC (archives)
Le Capitole-- Washington, DC (archives)
Pourtant, certains élus du parti ont dit qu’ils accepteraient de relever les taux imposés aux plus riches en échange pour des réformes dans les programmes de santé et de paiement aux retraités.

En cas d’absence d’accord entre la Maison Blanche et le Congrès, tous les citoyens imposables vont devoir verser davantage dans les coffres du gouvernement fédéral tandis que les dépenses nationales et le budget de l'armée seraient automatiquement réduits, tout cela à partir du 1er janvier. Les économistes sont d’avis qu’une telle austérité pourrait replonger l’économie américaine dans une récession.

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00
Télécharger

Toutes les actualités

Minute Eco: le brut ivoirien a augmenté de 12%

Minute Eco: le brut ivoirien a augmenté de 12%
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:28 0:00

Coronavirus: les Etats-Unis ont passé la barre des 100.000 morts

Coronavirus: les Etats-Unis ont passé la barre des 100.000 morts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Report du lancement de SpaceX à cause du mauvais temps

Report du lancement de SpaceX à cause du mauvais temps
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Nuit de rage à Minneapolis: émeutes et incendies pour réclamer justice

Un manifestant casse la vitrine d'un magasin non loin du troisième commissariat de la police de Minneapolis, au Minnesota, le 27 mai 2020. (Photo REUTERS/Nicholas )

La rage et la désolation causées par la mort de George Floyd aux mains de la police ont viré aux émeutes mercredi soir dans la ville américaine de Minneapolis, dans l'Etat du Minnesota.

C'était la deuxième nuit d'affrontements entre manifestants et policiers dans cette ville.

A l’origine, la mort violente de l’Afro-Américain George Floyd lundi, en pleine rue, entre les mains des éléments de police. Dans une vidéo largement diffusée, on voit M. Floyd haleter alors qu'un policier blanc s'appuie de tout son poids sur son cou. Trois autres policiers observent, impassibles malgré les supplications des passants.

M. Floyd, 46 ans, n'était pas armé. Selon la police, il était soupçonné d'avoir essayé de faire passer des faux billets dans un restaurant du coin. Transporté des lieux en ambulance, il a été déclaré mort à l'hôpital.

Les quatre policiers ont été limogés.

Mais pour le maire de la ville, Jacob Frey - un Blanc -, il faut aller plus loin. Selon lui, si un citoyen ordinaire avait causé la mort d’un tiers comme ce fut le cas avec M. Floyd, cette personne serait déjà derrière les barreaux. "Je demande donc au procureur du comté de Hennepin, Mike Freeman, d'inculper l'agent de police", a-t-il écrit sur son compte Twitter.

La députée d’origine somalienne Ilhan Omar, dont la circonscription électorale inclut l’ensemble de Minneapolis, s’est voulue plus précise. Elle a écrit sur son compte Twitter que le policier responsable de la mort de M. Floyd "devrait être inculpé pour meurtre".

Quelques heures plus tard, elle a lancé un appel à l’apaisement, sans doute au vu de la tournure que prenaient les événements. "Nous devrions et devons protester pacifiquement. Mettons fin au cycle de la violence", a-t-elle écrit.

Peine perdue.

Des manifestants ont incendié plusieurs magasins. Le feu s'est ensuite propagé aux bâtiments voisins.

Selon le site web Twin Cities, la police, dont certains éléments ont pris position sur les toits, a utilisé des gaz lacrymogènes, des balles en plastique et des grenades à concussion pour tenir la foule à distance. Mais les manifestants ont répliqué de plus belle. Beaucoup ont lancé des pierres et d'autres projectiles sur les policiers. D’autres ont renvoyé des bombes lacrymogènes vers les policiers.

D'après le quotidien Minneapolis Star Tribune, une personne est morte par balle dans la nuit de mercredi à jeudi. Il s'agirait d'un individu surpris en train de piller un magasin. C'est le propriétaire du magasin qui aurait tiré sur cette personne, selon la police.

Ce n'est pas la première fois que la police est impliquée dans la mort d'un civil sur fond de tensions raciales au Minnesota.

En 2017 Mohamed Noor, un policier d’origine somalienne, avait tué par balle une femme blanche dans la même ville de Minneapolis. Il avait été arrêté et inculpé pour meurtre. Il purge actuellement une peine de 12 ans et demie de prison. Un verdict qualifié de “deux poids, deux mesures”, selon le New York Times.

Pour sa part, le président américain Donald Trump a dit que la mort de M. Floyd est un événement "très triste". Il a jouté que les autorités fédérales enquêtent sur cet incident.

Quatre policiers de Minneapolis licenciés après la mort d’un Noir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00


Quatre policiers de Minneapolis licenciés après la mort d’un Noir

Quatre policiers de Minneapolis licenciés après la mort d’un Noir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG