Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Obama appelle les Américains à s'unir derrière les athlètes

Le président Barack Obama 3 août 2016, à Washington.

Le président Barack Obama a exhorté samedi les Américains à mettre de côté leurs désaccords politiques pour s'unir derrière les athlètes participant aux jeux Olympiques de Rio.

Au cours de son allocation radiophonique hebdomadaire, M. Obama a loué la diversité de l'équipe américaine et appelé ses compatriotes à apprécier "la compétition pacifique et l'esprit sportif" des JO.

"L'équipe des Etats-Unis nous rappelle ce que le pays a toujours érigé en référence absolue: nous sommes une nation d'immigrés qui puise sa force dans sa diversité et est unie dans une fierté nationale."

Elle comprend le "plus grand nombre de femmes ayant jamais concouru aux jeux Olympiques" ainsi que "quelques athlètes qui sont presque aussi âgés que moi, et un autre né un an avant ma plus jeune fille."

La délégation compte aussi une championne d'escrime qui sera "la première athlète olympique Américaine à porter un hijab pendant la compétition", a souligné le président américain.

Il fait ainsi référence à l'escrimeuse Ibtihaj Muhammad, une afro-américaine musulmane de 30 ans, dont la participation intervient au cours d'une campagne présidentielle marquée par une rhétorique anti-islamique.

"Dans cette phase politique intense, chérissons cette opportunité de nous réunir sous un même drapeau", a ajouté Barack Obama.

L'idée "que vous pourrez réussir peu importe d'où vous venez est particulièrement véridique cette année."

"Nous applaudirons les athlètes de la toute première équipe olympique de réfugiés: dix compétiteurs du Congo, d'Ethiopie, du Sud-Soudan, de Syrie qui incarnent la persévérance."

Les deux candidats à la présidentielle américaine - qui se tiendra le 8 novembre - la démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump, ont posté des messages sur Twitter pour souhaiter bonne chance aux athlètes représentant le pays à Rio.

Avec AFP

Toutes les actualités

Décès de la juge Ginsburg: les enjeux de la succession

Décès de la juge Ginsburg: les enjeux de la succession
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

En Californie, un gadget pour détecter le Covid-19 dans l’haleine

En Californie, un gadget pour détecter le Covid-19 dans l’haleine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

la dépouille de la juge Ginsburg sera exposée à la Cour suprême et au Capitole

La juge de la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg à l'Université de Californie à Berkeley, le 21 octobre 2019. La magistrate est décédée le 18 septembre 2020 à l'âge de 87 ans. (Photo AP)

La dépouille de la juge Ruth Bader Ginsburg sera exposée mercredi et jeudi à la Cour suprême des Etats-Unis, et recevra un hommage national vendredi au Capitole, ont annoncé lundi les deux institutions.

La magistrate, une icône féministe et progressiste dont la succession fait l'objet d'une intense bataille politique, sera inhumée dans l'intimité la semaine prochaine au cimetière national d'Arlington. Les hommages débuteront mercredi, avec l'arrivée du cercueil à la Cour suprême à Washington, où elle a siégé pendant 27 ans.

Sa dépouille sera déposée sur le catafalque de l'ancien président Abraham Lincoln dans le hall de la haute Cour, juste en haut de marches monumentales de marbre blanc. Les Américains pourront venir lui faire leurs adieux mercredi ou jeudi, mais devront rester à l'extérieur, en raison de la pandémie de Covid-19.

Vendredi, la juge sera transportée au Capitole, le siège du Congrès américain qui fait face à la Cour suprême, où une cérémonie aura lieu, a précisé la cheffe de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. "La juge Ginsburg incarnait la justice, l'intelligence et la bonté, et son décès est une perte inestimable pour la démocratie", a commenté l'élue démocrate.

La magistrate est décédée vendredi à 87 ans des suites d'un cancer du pancréas, et des milliers de personnes se sont déjà rendues spontanément à la Cour suprême pour rendre hommage à ses combats pour le droit des femmes et des minorités.

Le président Donald Trump, en lice pour sa réélection en novembre, a annoncé qu'il désignerait vendredi ou samedi une autre femme pour la remplacer.

L'arrivé d'une magistrate conservatrice ancrerait solidement la Cour à droite, ce qui pourrait avoir d'énormes conséquences pour la société américaine. Mais, Constitution oblige, il faut que le Sénat donne son feu vert, ce qui a ouvert un nouveau front dans une campagne déjà rude pour la présidentielle.

Nucléaire iranien: nouvelles sanctions américaines

Nucléaire iranien: nouvelles sanctions américaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Le calendrier des vaccinations contre le nouveau coronavirus

Le calendrier des vaccinations contre le nouveau coronavirus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:45 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG