Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nouvelle rencontre discrète entre Russes et Américains en Suisse


Le président Biden et le président Poutine se serrent la main à leur arrivée à Genève, le 16 juin 2021

Russes et Américains ont poursuivi jeudi à Genève, en Suisse, le dialogue stratégique entamé en juin sur les bords du lac Léman par Vladimir Poutine et Joe Biden pour tenter de lisser les nombreux différends qui minent les relations entre Moscou et Washington.

La nouvelle réunion, qui se passe à huis clos et en l'absence des médias, a commencé vers 08H00 GMT, a déclaré un membre de la Représentation permanente de la Russie à Genève.

Les discussions entre les délégations menées par le numéro 2 du département d'Etat, Mme Wendy Sherman, côté américain, et par le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, côté russe, devraient prendre une bonne partie de la journée.

La délégation américaine "se réjouit d'avoir des discussions productives", a tweeté la Représentation permanente des Etats-Unis à Genève, reproduisant deux photos diffusées par son homologue russe.

On y voit Mme Sherman serrer la main à M. Riabkov et une autre où les deux délégations se font face autour d'une longue table de conférence, avec les incontournables micros, plaques portant le nom de chacun et des bouteilles d'eau minérale.

Pandémie oblige, tous les participants portent un masque de protection.

Mercredi, Bonnie Jenkins, la sous-secrétaire d'Etat américaine au désarmement, avait souligné au cours d'un colloque que les Etats-Unis souhaitaient que la réunion de jeudi aboutisse à des "étapes concrètes". Outre le désarmement, les discussions doivent porter sur les nouvelles technologies, l'espace et l'intelligence artificielle (IA), avait-elle précisé, selon l'agence de presse ATS.

C'est la Russie qui reçoit cette fois-ci. La précédente réunion fin juillet s'était déroulée à la Représentation permanente des Etats-Unis, perchée sur une colline de Genève, à quelques centaines de mètres seulement de la Représentation russe.

Les deux parties avaient alors surtout évoqué le contrôle des armements.

Pendant leur sommet historique le 16 juin, Joe Biden et Vladimir Poutine -qui sont à la tête des deux plus grands arsenaux nucléaires du monde- avaient insisté sur la nécessité de se parler, malgré les nombreuses sources de discorde.

Ils avaient souligné que même au plus fort de la Guerre froide, Moscou et Washington dialoguaient pour éviter le pire.

XS
SM
MD
LG