Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Nouveau sauvetage pour l'Ocean Viking, Richard Gere en soutien aux "réfugiés" de l'Open Arms

Quelques migrants secourus mobilisés sur le navire humanitaire en mer depuis 10 jours dans la Méditerranée, débarquent à Valletta, Malta le 13 avril 2019.

Le navire humanitaire Ocean Viking, affrêté par SOS Méditerranée et MSF, a secouru samedi 80 migrants, s'ajoutant aux 85 de la veille, tandis que l'Open Arms d'une ONG espagnole bataillait avec Malte et l'Italie pour débarquer 121 migrants, en mer depuis neuf jours, "proches du point de rupture".

Les 80 migrants embarqués sur l'Ocean Viking sont presque tous Soudanais et pour moitié des mineurs dont une forte proportion ayant entre 13 et 15 ans, et, selon MSF, leur embarcation était partie de Libye jeudi soir.

C'est la deuxième opération de secours conduite en 24 heures par l'Ocean Viking, où se trouve une journaliste de l'AFP. Le sauvetage de vendredi avait déjà permis de récupérer 85 personnes dont cinq femmes et quatre enfants.

Le canot pneumatique blanc sur lequel ils se trouvaient a été repéré grâce à un avion effectuant des survols sur la zone, selon le chef de mission de MSF, Jay Berger.

Environ 170 personnes, toutes originaires d'Afrique sub-saharienne, se trouvent désormais à bord du bateau humanitaire qui a quitté Marseille, dans le sud de la France, dimanche dernier.

- "Clandestins non identifiés" -

Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, qui a fait éclater jeudi la coalition populiste en Italie et mène déjà campagne en vue de probables élections à l'automne, a adressé un courrier au gouvernement de la Norvège, dont le navire Ocean Viking bat pavillon.

"L'Italie n'est pas juridiquement tenue, ni disposée à accueillir les immigrés clandestins non identifiés, se trouvant à bord de l'Ocean Viking", a-t-il écrit.

Il a de la même manière interdit au navire de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms de débarquer en Italie les migrants qui sont à son bord.

Samedi, Malte a "proposé de transférer 39 migrants à bord d'un navire des forces militaires, et de les débarquer sur le sol maltais, car ils ont été récupérés dans la zone de secours de compétence de Malte".

Mais La Valette ne veut pas accueilir 121 autres personnes hébergées sur l'Open Arms, après avoir été sauvées il y a neuf jours, au motif qu'elles ont été "interceptées dans une zone dont ni Malte ni l'autorité de coordination compétente n'est responsable".

Pour le fondateur de Proactiva Open Arms, Oscar Camps, cette position "a provoqué un sérieux problème de sécurité à bord. Le niveau d'anxiété de ces personnes est insoutenable".

- "Pas des migrants, des réfugiés" -

L'acteur américain Richard Gere, venu soutenir l'Open Arms, a pris la défense des ONG et des migrants samedi lors d'une conférence de presse à Lampedusa.

"La plupart des gens en parlent comme de migrants mais pour moi ce sont des réfugiés en fuite", a déclaré la star américaine Richard Gere, assise aux côtés de dirigeants de l'ONG Proactiva.

"Ce sont 121 histoires différentes, ce sont des gens extraordinaires, ils sont si forts, ils ont vécu des horreurs, un enfer, la torture, les viols, l'emprisonnement", a ajouté l'acteur, en disant n'"en avoir rien à faire de la politique" et "vouloir seulement aider des gens en détresse".

Il a fait allusion à la "très bizarre situation politique" américaine "avec un président qui place beaucoup d'énergie dans la déshumanisation". "Nous avons nos réfugiés venant du Honduras, du Salvador, du Nicaragua, du Mexique, c'est très similaire à ici". Mais "partout sur la terre, il faut arrêter de diaboliser les êtres humains", a plaidé l'acteur.

Vendredi, il était monté sur l'Open Arms pour rencontrer l'équipage et les migrants dont une trentaine sont mineurs et leur apporter de l'eau et de la nourriture. Les migrants sont "en bonne forme mais ils se rapprochent du point de rupture", avait-il souligné.

Une situation confirmée par M. Camps samedi: "le plus important c'est la santé de ces personnes et chaque jour qui passe, la situation se détériore".

"Aucun décret, aucune amende, ni code de conduite ne nous empêchera de protéger les vies humaines en mer", a-t-il ajouté, avant de renouveler ses critiques envers Malte. "On ne peut pas évacuer 39 personnes et dire aux 121 autres qu'elles ne peuvent pas débarquer, ce n'est ni juste ni logique".

Toutes les actualités

Le virus qui inquiète l'OMS fait un quatrième mort en Chine

Des membres du personnel médical transportent un patient à l'hôpital de Jinyintan, où des patients infectés par un mystérieux virus semblable au SRAS sont traités, à Wuhan dans la province centrale du Hubei en Chine le 18 janvier 2020. (Photo by STR / AFP)

La Chine a annoncé mardi un quatrième mort victime d'un mystérieux virus semblable au Sras et transmissible entre humains, alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'apprêtait à tenir une réunion d'urgence.

Les autorités sanitaires ont indiqué qu'un homme de 89 ans avait succombé à des difficultés respiratoires à Wuhan (centre), ville de 11 millions d'habitants où la grande majorité des contaminations ont jusqu'à présent été recensées. Dans toute la Chine, il y en a eu plus de 200.

Le virus, de la famille du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère), touche désormais plusieurs grandes villes du pays - dont Pékin et Shanghai - et trois autres pays d'Asie: Japon, Corée du Sud et Thaïlande.

Zhong Nanshan, un scientifique chinois renommé de la Commission nationale de la santé, a déclaré lundi soir à la télévision publique CCTV que la transmission par contagion entre personnes était "avérée". C'est la première fois qu'une telle affirmation est faite publiquement.

L'OMS estime pour sa part qu'un animal semble être "la source primaire la plus vraisemblable", avec "une transmission limitée d'humain à humain par contact étroit".

La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l'homme (comme un rhume) mais aussi d'autres plus graves comme le Sras.

M. Zhong avait aidé à évaluer l'ampleur de l'épidémie de Sras en 2002-2003 qui avait très durement touchée la Chine.

- "Enrayer la maladie" -

Sur 8.096 cas, ce virus avait fait 774 morts dans le monde, dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong, selon l'OMS. L'organisation internationale avait à l'époque vivement critiqué la Chine pour avoir tardé à donner l'alerte et tenté de dissimuler l'ampleur de l'épidémie.

En plein chassé-croisé dans les transports avant le Nouvel an chinois samedi, qui fait craindre une accélération des contaminations, le président Xi Jinping a donné lundi le signal d'une mobilisation du pays.

Il a appelé à enrayer l'épidémie, selon des propos rapportés par la télévision nationale. M. Xi a jugé "absolument crucial de faire un bon travail en matière de prévention et de contrôle épidémiologiques".

Les consignes n'ont pas tardé à être appliquées.

Pékin a annoncé mardi qu'il classait l'épidémie dans la même catégorie que le Sras. L'isolement devient ainsi obligatoire pour les personnes chez qui la maladie a été diagnostiquée, et des mesures de quarantaine peuvent être décrétées.

La ville de Wuhan a recensé mardi 15 contaminations parmi le personnel médical.

L'Organisation mondiale de la santé tiendra mercredi à Genève une réunion d'urgence consacrée au mystérieux virus.

Un comité ad hoc doit se réunir au siège de l'organisation pour déterminer s'il convient de déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale", a annoncé lundi l'organisation.

L'OMS n'a jusqu'ici utilisé ce terme que pour de rares cas d'épidémies nécessitant une réaction internationale vigoureuse, dont la fièvre Ebola, qui a touché une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

L'inquiétude est désormais perceptible à l'étranger, où les mesures de prévention se multiplient aux aéroports accueillant des vols en provenance de Wuhan, notamment aux Etats-Unis, en Thaïlande, à Singapour, et en Australie.

Le Parlement russe débat du nouveau Premier ministre voulu par Poutine

Le président russe Vladimir Poutine et le premier ministre désigné Mikhaïl Michoustine

Le Parlement russe examine jeudi la candidature du nouveau Premier ministre, désigné par le président Vladimir Poutine, au lendemain de la démission surprise du gouvernement et de l'annonce de révisions constitutionnelles.

Ces annonces chocs, qui ont pris de court l'ensemble de la classe politique et des médias russes, sont perçues comme visant à baliser le terrain avant 2024, date de la fin du mandat actuel de Vladimir Poutine qui, en l'état actuel de la législation, n'a pas le droit de se représenter.

M. Poutine a choisi comme remplaçant à son fidèle Premier ministre sortant, Dmitri Medvedev, un personnage de l'ombre: Mikhaïl Michoustine, le patron du fisc russe.

Inconnu du grand public, ce Moscovite de 53 ans est un ingénieur de formation qui a suivi une longue carrière de haut fonctionnaire dans plusieurs agences gouvernementales avant de prendre la tête d'un fonds d'investissement puis en 2010 du service des impôts, qu'il a transformé en profondeur.

Apprécié de Vladimir Poutine, fan comme lui de hockey sur glace et chantre d'une modernisation de l'économie russe, sa candidature doit désormais être approuvée par les députés.

Une formalité, puisque la Douma est totalement contrôlée par des forces pro-Poutine.

Homme chauve au visage épais qui s'est forgé la réputation d'être un haut fonctionnaire efficace, Mikhaïl Michoustine n'a fait aucune déclaration mercredi, le Kremlin ne diffusant que des photos de l'intéressé en costume sombre, en tête-à-tête avec Vladimir Poutine.

Sa désignation est intervenue après la démission surprise du gouvernement, dans la foulée d'un discours de Vladimir Poutine annonçant une réforme de la Constitution qui doit accorder plus de pouvoirs au Parlement, tout en préservant le caractère présidentiel du système qu'il pilote depuis 20 ans.

- Après 2024 -

Lors de ses mandats de 2000 à 2008, le président russe avait déjà nommé à la tête du gouvernement des responsables guère connus, à l'instar de Mikhaïl Fradkov en 2004, qui était alors ambassadeur auprès de l'Union européenne.

Les annonces de mercredi sont néanmoins interprétées par les analystes comme par les opposants comme la preuve que le président organise l'après 2024, date de la fin de son mandat actuel.

M. Poutine est jusqu'à présent resté très évasif sur ses intentions et n'a jamais évoqué de successeur.

Les propositions de réformes exposées par M. Poutine visent aussi à renforcer les gouverneurs régionaux, à interdire aux membres du gouvernement et aux juges de disposer d'un permis de séjour à l'étranger et à obliger tout candidat à l'élection présidentielle à avoir vécu les 25 dernières années en Russie.

Le chef de l'Etat conservera le droit de limoger tout membre du gouvernement et nommera les chefs de toutes les structures sécuritaires.

Le départ de Dmitri Medvedev, proche parmi les proches du chef de l'Etat, intervient alors que l'ex-Premier ministre stagnait à moins de 30% de popularité - contre près de 70% pour M. Poutine - sur fond d'anémie économique et de niveau de vie en baisse.

Le Kremlin a fait aussi face cet été au plus grand mouvement de contestation, vivement réprimé, depuis le retour en 2012 de Vladimir Poutine à la présidence. Les candidats du pouvoir ont essuyé dans la foulée un camouflet aux élections locales à Moscou.

Trump signe un accord commercial "historique" avec la Chine

Poignée de main entre le vice-Premier ministre chinois Liu He et le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à Washington, États-Unis, le 15 janvier 2020. REUTERS

Donald Trump a signé mercredi un accord commercial préliminaire avec le vice-Premier ministre chinois Liu He, "un pas de géant" pour rééquilibrer le commerce entre les deux grandes puissances économiques, qui suscite cependant des réserves aux Etats-Unis.

"Aujourd'hui marque une étape historique qui n'avait jamais été franchie (...) vers un accord commercial juste et réciproque entre les Etats-Unis et la Chine", a déclaré le président américain lors d'une longue cérémonie à la Maison Blanche.

Dans une lettre adressée à Donald Trump, son homologue chinois Xi Jinping a salué un accord bon "pour le monde entier".

Face à l'enthousiasme du républicain, la Fédération nationale des détaillants (NRF) et le principal syndicat agricole américain, l'American Farm Bureau Federation, se sont montrés plus mesurés, insistant sur "le travail restant à faire".

La chambre de Commerce, patronat américain, a abondé dans ce sens en exhortant Washington et Pékin à résoudre les problèmes de fond restés en suspens, citant les subventions chinoises aux entreprises publiques.

"Ces problèmes complexes et de longue date (...) ont un impact significatif sur la capacité des entreprises américaines à rivaliser", a commenté Thomas Donohue, son président.

Pour l'heure, le traité profitera essentiellement aux agriculteurs et industriels, victimes collatérales du conflit.

La Chine s'est engagée à acheter pour 200 milliards de dollars de produits américains supplémentaires au cours des deux prochaines années, afin de réduire le déséquilibre commercial, grande revendication de la Maison Blanche.

L'accord contient également des dispositions relatives à la protection de la propriété intellectuelle et aux conditions de transfert de technologies, autres grandes exigences des Etats-Unis.

Déclenché au printemps 2018 pour mettre fin aux pratiques commerciales chinoises jugées "déloyales", le conflit s'est matérialisé par des droits de douane punitifs réciproques sur des centaines de milliards de dollars de marchandises échangées chaque année.

- Tarifs douaniers pour négocier -

Donald Trump a indiqué que les droits frappant actuellement plus de 370 milliards de dollars de produits chinois seraient maintenus tant que la phase 2 de l'accord ne serait pas signée.

Et c'est là que le bât blesse pour nombre d'acteurs économiques. "La guerre commerciale ne sera terminée que lorsque tous les tarifs douaniers auront disparu", estime Mathew Shay, président de la NRF.

Si l'administration soutient mordicus que c'est la Chine qui paie, une grande majorité d'économistes soulignent que ce sont les importateurs américains et peut-être bientôt les consommateurs qui font les frais de ces surtaxes.

L'accord "est bienvenu", a toutefois réagi la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva, dans un tweet, alors que l'économie mondiale a fortement ralenti en 2018 et 2019 sous l'effet de la guerre commerciale.

L'administration Trump prédit, elle, que cet accord dopera la croissance des Etats-Unis en 2020 d'un demi-point de pourcentage.

Ce conflit a durement affecté le monde agricole et l'industrie manufacturière, ceux-là mêmes qui avaient porté le président républicain au pouvoir en 2016.

Donald Trump a parié sur leur patriotisme, leur demandant de la patience avant des lendemains meilleurs.

Clamant que les guerres commerciales étaient faciles à gagner, il a aussi constamment répété que l'économie américaine n'était pas affectée par les droits de douane, alors que la croissance chinoise ralentissait.

Pourtant, le conflit, inédit par son intensité et sa durée, a installé un climat d'incertitude qui a freiné l'appétit des investisseurs et ralenti la croissance chinoise, américaine et mondiale.

Qui plus est, l'essentiel du coût des tarifs douaniers a été supporté par les importateurs américains.

- 'Nouveau chapitre' -

L'accord "est un pas de géant", a toutefois estimé le sénateur républicain Lindsay Graham, très proche du locataire de la Maison Blanche.

"La Chine reconnaît l'importance d'établir et de mettre en oeuvre un système juridique complet de protection (...) de la propriété intellectuelle", est-il stipulé dans le texte.

En outre, tout transfert ou licence de technologie doit être fondé sur la base du volontariat et refléter "un accord mutuel", est-il dit, alors que la Chine impose couramment aux entreprises étrangères des transferts de savoir-faire pour travailler sur son sol.

Un chapitre entier est consacré à l'ouverture du marché chinois aux services financiers.

Liu He a assuré lors d'une conférence de presse que son pays poursuivrait ses réformes et s'ouvrirait davantage au reste du monde, a rapporté l'agence Chine nouvelle.

Donald Trump a justement annoncé qu'il se rendrait bientôt à Pékin alors que les négociations pour une seconde phase de l'accord doivent commencer "immédiatement" pour aborder des sujets plus sensibles tels que la cybersécurité.

Si Wall Street a terminé en hausse mercredi, soutenu par la signature de l'accord, celle-ci a provoqué un effet contrastée sur les Bourses chinoises, Shanghai étant stable (-0,05%) et Hong Kong en hausse (+0,66%) en milieu de matinée.

Par ailleurs, la monnaie chinoise poursuivait sa hausse face au billet vert (à 6,8807 yuans contre un dollar), encouragée par la décision des Etats-Unis cette semaine de retirer la Chine de leur liste de pays manipulant leur devise.

Sommet international à Berlin dimanche pour prolonger la trêve libyenne

La conférence internationale sur la Libye à Berlin a été confirmée par la chancelière allemande.Elle vise à poursuivre les efforts diplomatiques visant à parvenir à une résolution du conflit libyen.

Les efforts pour régler le conflit en Libye se sont intensifiés mardi, avec l'annonce par Moscou d'une trêve prolongée de manière "indéfinie" et celle de la tenue d'une conférence internationale dimanche à Berlin pour tenter d'amorcer un processus de paix.

L'annonce concernant la trêve est intervenue lors de négociations à Moscou en présence des deux chefs rivaux libyens, qui ne se sont cependant pas directement rencontrés. Et l'un d'eux, le maréchal Khalifa Haftar, a refusé de signer un accord formel de cessez-le-feu dans l'immédiat.

Selon Moscou, l'homme fort de l'est libyen, qui tente sans succès depuis neuf mois de prendre la capitale Tripoli par les armes, a besoin de "deux jours" supplémentaires pour étudier le document et en discuter avec les tribus qui lui sont alliées. Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement reconnu par l'ONU (GNA), l'a lui signé lundi soir.

"Le principal résultat de la réunion a été la conclusion d'un accord de principe entre les belligérants pour maintenir et prolonger indéfiniment la cessation des hostilités", a affirmé le ministère russe de la Défense.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est fait plus menaçant, prévenant qu'il n'hésiterait pas à "infliger une leçon" au maréchal Haftar si ce dernier reprenait son offensive contre le GNA.

- L'UE critique Russie et Turquie -

Outre le cessez-le-feu, qui a débuté dimanche, le projet d'accord prône "la normalisation de la vie quotidienne à Tripoli et dans les autres villes" et l'accès et la distribution "en toute sécurité" de l'aide humanitaire.

Ankara soutient M. Sarraj et déploie même pour ce faire des militaires tandis que Moscou, malgré ses dénégations, est soupçonné d'appuyer le maréchal Haftar avec des armes, de l'argent et des mercenaires.

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, a dénoncé mardi "l'engagement militaire" de la Russie et de la Turquie dans le conflit en Libye, dressant un parallèle avec la situation en Syrie.

"Les choses nous échappent en Libye", a déploré M. Borrell lors d'un débat au Parlement européen à Strasbourg. "Nous disons qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit. Mais ce slogan, nous l'avons dit pour la guerre syrienne. Et à quoi avons-nous assisté en Syrie? A une solution militaire. La même situation risque de se reproduire en Libye", a-t-il averti.

M. Borrell a accusé Moscou et Ankara de s'être "engagés militairement" en Libye, "avec des flux d'armes et des mercenaires".

Sur le terrain la tension reste vive.

Sur une de leurs pages Facebook, les pro-Haftar ont affirmé mardi qu'ils étaient "prêts et déterminés à obtenir la victoire".

Pour poursuivre les efforts diplomatiques visant à parvenir à une résolution du conflit, une conférence internationale sur la Libye sera organisée dimanche à Berlin sous l'égide de l'ONU, a confirmé le gouvernement allemand mardi.

Plusieurs pays y seront représentés, dont la Russie, la Turquie, les Etats-Unis, la Chine, l'Italie et la France, mais un doute plane encore sur la participation du maréchal Haftar et de M. Sarraj, tous deux invités mais dont la présence n'est pas à ce stade confirmée.

- "Libye souveraine" -

Cette rencontre, qui se déroulera à la chancellerie allemande, entre dans le cadre du processus engagé par l'ONU pour parvenir à une "Libye souveraine" et pour soutenir "les efforts de réconciliation à l'intérieur de la Libye" même, a indiqué le gouvernement allemand dans un communiqué.

Son objectif premier consistera à empêcher tout pays étranger à s'immiscer dans les affaires intérieures libyennes, notamment en terme de soutien militaire. Sur cette base, un embargo sur les armes pourrait sera proposé aux participants, a indiqué mardi le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas.

Cette évolution constitue "la condition sine qua non pour qu'il n'y ait pas de solution militaire en Libye, mais une solution politique", a-t-il dit.

Car entre l'arrivée sur le terrain libyen de la Turquie, la présence suspectée de mercenaires russes, l'existence d'une multitude de groupes armés -- notamment des milices jihadistes --, et celle de trafiquants d'armes et de passeurs de migrants, la communauté internationale craint de voir le conflit libyen dégénérer.

L'UE redoute en particulier que la Libye ne devienne une "seconde Syrie" et veut réduire la pression migratoire à ses frontières.

Pour Moscou, les Occidentaux sont responsables du conflit en Libye car ils ont soutenu militairement les rebelles qui ont renversé et tué le colonel Mouammar Kadhafi en 2011.

La Russie comme la Turquie ont des visées économiques en Libye, qui dispose des plus importantes réserves africaines de pétrole.

Boeing abattu en Iran: des arrestations, l'indignation perdure

Manifestation dans une université à Téhéran.. (Photo by Atta KENARE / AFP)

Téhéran a annoncé mardi des arrestations dans le cadre de l'enquête sur l'avion civil ukrainien abattu en Iran, où des manifestations ont eu lieu pour le quatrième jour dans le sillage de l'indignation provoquée par ce drame.

Après deux jours de démentis officiels de la thèse selon laquelle un missile avait été tiré sur le Boeing 737 d'Ukraine International Airlines, les forces armées iraniennes ont reconnu samedi leur responsabilité, en évoquant une "erreur humaine".

Les 176 personnes à bord, en majorité des Iraniens et des Canadiens, sont décédées.

Cette annonce a provoqué une vague de colère en Iran, où des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent samedi des manifestations rythmées par des slogans hostiles aux autorités, y compris au clergé chiite.

Selon de nouvelles images, impossibles à authentifier immédiatement, de nouvelles manifestations ont eu lieu mardi soir, dans des universités à Téhéran et des affrontements pourraient avoir eu lieu entre des étudiants et des Bassidji (volontaires musulmans loyalistes).

- Face-à-face tendu -

Dans l'après-midi, quelque 200 étudiants, pour la plupart masqués, s'étaient livrés à un face-à-face tendu avec des Bassidji, avait constaté l'AFP.

Les Bassidji criaient "Mort au Royaume-Uni" et brûlaient l'effigie en carton de l'ambassadeur britannique Rob Macaire, brièvement arrêté samedi et accusé par Téhéran d'avoir participé à une manifestation interdite, ce qu'il dément.

Maintenus à distance par les forces de l'ordre, les deux groupes avaient fini par se disperser.

Selon des journalistes de l'AFP, le dispositif policier a été nettement réduit mardi à Téhéran. Internet était nettement perturbé.

Fait extrêmement rare, l'agence de presse Fars, proche des ultraconservateurs, avait rapporté lundi que les contestataires avaient crié la veille "Mort au dictateur!" et scandé des slogans hostiles aux Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique iranienne.

Selon l'Autorité judiciaire, une trentaine de personnes ont été arrêtées entre samedi et lundi.

- "Vous restez muets !" -

Un groupe de journalistes réformateurs de Téhéran a publié un communiqué dénonçant le manque de liberté de la presse et des médias officiels.

"Nous assistons aux funérailles de la confiance du public", dénonce le texte dont s'est fait écho l'agence officielle Irna.

"A l'heure où vous devez venir pour présenter des excuses et des explications, vous restez muets! Pourquoi nous couvrez-vous de honte devant l'audience?", a tweeté Elmira Sharifi, un des visages de l'information à la télévision d'Etat.

Le journal Hamshahri, plus grand tirage de la presse iranienne, rapporte une "vague de protestation d'artistes face (au drame) de l'avion et à la façon (dont le peuple a été) informé", ajoutant qu'ils ont annulé leur participation aux festivals de Fajr qui ont lieu en février à l'occasion de l'anniversaire de la Révolution islamique.

Pour Mehdi Rahmanian, directeur de la publication du quotidien réformateur Shargh, "les responsables seront obligés de parler aux gens plus honnêtement", a-t-il estimé auprès de l'AFP.

M. Rahmanian a aussi noté que l'attitude des forces de l'ordre s'était "améliorée par rapport au passé". Le mois dernier, la répression de manifestations liées au coût de la vie avait fait au moins 300 morts, selon l'ONG Amnesty International.

L'Autorité judiciaire a par ailleurs annoncé mardi des arrestations (en nombre non précisé) dans le cadre de la "vaste enquête" menée pour déterminer les responsabilités après le crash.

Le président Hassan Rohani a réaffirmé que son pays devait "punir" tous les responsables du drame. "Il est très important (...) que quiconque ait été fautif ou négligent" soit poursuivi, a-t-il dit.

M. Rohani a demandé la formation d'un "tribunal spécial avec des juges de haut rang et des dizaines d'experts". "Le monde entier va regarder", a-t-il averti.

- "Conséquences" -

L'Iran a déjà invité des experts du Canada, de France, d'Ukraine et des Etats-Unis à participer à l'enquête.

Lors d'un entretien téléphonique, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky de l'aider à établir un dialogue avec les autorités iraniennes -- avec qui Ottawa a rompu ses relations en 2012-- pour que celles-ci identifient les corps des victimes canadiennes.

Selon de nouvelles images vidéo publiées mardi par le New York Times, l'avion a été atteint par deux missiles tirés depuis une base militaire près de Téhéran.

Ces images, tirées d'une caméra de vidéo-surveillance et filmées par un téléphone portable, montrent la trajectoire d'un objet brillant dans la nuit, puis une explosion dans le ciel après près de 20 secondes.

Un second objet lumineux est lancé dix secondes plus tard du même endroit, dans la même direction, et explose dix secondes après. Une minute plus tard, une boule de feu apparaît brièvement en haut de l'écran.

Sur un autre dossier, les pays européens parties à l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien --France, Royaume-Uni, Allemagne-- ont déclenché mardi le mécanisme de règlement des différends prévu dans le texte afin de contraindre Téhéran à revenir au respect de ses engagements.

Les Européens ont dit ne pas se joindre pour autant à "la campagne" de "pression maximale contre l'Iran", mais Téhéran, qui s'est affranchi de plusieurs de ses engagements depuis plusieurs mois (en riposte au retrait américain de l'accord) les a mis en garde contre les "conséquences" de leur décision.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, chargé de superviser ce mécanisme, a appelé tous les signataires, dont Téhéran, à préserver l'accord, "impossible" à remplacer.

La catastrophe aérienne du 8 janvier est survenue en plein pic des tensions entre Téhéran et Washington, après l'élimination de Qassem Soleimani, un important général iranien tué par un tir de drone américain le 3 janvier à Bagdad.

Cette opération a été suivie le 8 janvier de tirs de missiles iraniens contre deux bases militaires utilisées par l'armée américaine en Irak, sans faire de victimes.

Quelques heures plus tard, l'avion ukrainien était abattu "par erreur" par un missile iranien alors que la défense du pays était en état d'alerte "guerre".

Voir plus

XS
SM
MD
LG