Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La justice saisit deux propriétés de l'ex-Première dame au Nigeria


Patience Jonathan, l'épouse de l'ancien président Goodluck Jonathan, Otuoke, le 28 mars 2015.

Un juge nigérian a ordonné lundi la confiscation temporaire de deux propriétés liées à l'épouse de l'ancien président Goodluck Jonathan, dans une nouvelle affaire de corruption touchant l'ex-première dame.

Le juge Nnamdi Dimgba, de la Haute cour fédérale d'Abuja, a approuvé la saisie de deux appartements de luxe situés dans la capitale fédérale pour une durée de 45 jours, le temps pour la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) de poursuivre son enquête.

Au terme de ces 45 jours, si l'enquête n'est pas terminée, la Commission pourra demander l'extension de la confiscation, a expliqué le juge lors du verdict.

Ces propriétés sont enregistrées sous le nom d'une ONG financée par Patience Jonathan. L'ex-première dame, ainsi que de nombreux membres de l'entourage de l'ancien président, sont dans le viseur de l'EFCC depuis l'arrivée de Muhammadu Buhari au pouvoir en 2015, sur la promesse de nettoyer le Nigeria, premier producteur de pétrole du continent africain, du "cancer" de la corruption.

L'ancien général de 75 ans, réputé austère et droit, avait assuré aux Nigérians qu'il retrouverait les "sommes hallucinantes" qui ont été dérobées des fonds publics pendant l'administration Jonathan.

Toutefois, le PDP (Parti populaire démocratique), désormais tombé dans l'opposition, dénonce une "chasse aux sorcières" contre les opposants politiques et des saisis de fonds illégaux.

L'ancienne ministre du Pétrole, proche de l'ancien président, Diezani Alison-Madueke, est également poursuivie pour des affaires de corruption au Nigeria, ainsi qu'aux Etats-Unis et en Angleterre.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG