Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Début d'une nouvelle vie pour une centaine de repentis de Boko Haram

Ex-combattant de Boko Haram après trois ans de de déradicalisation et de formation professionnelle, à Diffa, le 7 décembre. (Courtesy Image-Bureau PNUD Niger)

En plein milieu des dunes du désert nigérien surgit le camp de Goudoumaria, entouré de barbelés, murs et sacs de sable. Des soldats lourdement armés sur des miradors sont aux aguets. Pourtant, airs de musique, éclats de rires et cris d'enfants joyeux fusent.

Depuis 2017, le camp accueille des anciens membres repentis du groupe islamiste Boko Haram, dont l'insurrection qui a débuté en 2009 au Nigeria s'étend aujourd'hui dans les pays voisins. Ce jour-là, on y fête la première promotion d'anciens djihadistes à être libérés.

Quelque 110 personnes, dont 47 Nigérians, s'apprêtent à quitter le camp après avoir suivi un programme de déradicalisation et une formation professionnelle ouvrant la voie à leur réinsertion sociale.

Chefs traditionnels, officiels nigériens, diplomates occidentaux, personnel de l'ONU, qui soutient financièrement l'initiative, ont fait le déplacement pour cet événement, jugé exemplaire, et qui se veut une des solutions à la progression des groupes djihadistes dans la région.

Le Sahel subit des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, liées à l'organisation Etat islamique (EI) ou aux différentes factions de Boko Haram. Au Niger, 71 soldats ont péri le 10 décembre, dans une attaque sanglante à Inates, près de la frontière malienne, la plus meurtrière de l'histoire du pays, qui a été revendiquée par l'EI.

Les repentis de Boko Haram, qui expriment bruyamment leur joie, arborent des tee-shirts blancs portant les armoiries du Niger et la mention "Je m'engage pour la paix".

Au pied des imposants murs du camp, d'anciens miliciens démontrent leur nouveau savoir-faire acquis en quelques mois: mécanique, plomberie, menuiserie, couture ou soudure.

"La musique me manque trop, j'ai presque oublié comment danser", témoigne en se trémoussant Madou Ari, 25 ans, qui a passé trois années au sein de Boko Haram.

- Troqué sa kalach contre un chalumeau -

"Avec Boko Haram nous avions vécu l'enfer. A présent, nous ne rêvons que d'un avenir meilleur", renchérit son voisin.

Casque noir de soudeur sur la tête, Ibrahim Maïna a troqué sa Kalachnikov contre un chalumeau. Il souhaite ouvrir son atelier de soudure. "Je demande pardon à toute ma famille, à tout le Niger et à tous les gens d'Afrique. Je désire à présent vivre en paix. Boko Haram m'a induit en erreur. Ils m'ont dit que c'était le djihad mais ils ne faisaient en réalité rien de tout cela", avoue-t-il.

Assise devant une machine à coudre flambant neuve, Boussam Chétima, une adolescente de 17 ans, est toujours traumatisée, après avoir été "enlevée" et avoir "passé une année en captivité".

"Nuit et jour, je cherchais un moyen de m'évader. Quand l'occasion s'est offerte, j'ai pris la poudre d'escampette", assure-t-elle.

Réajustant le voile rouge qui recouvre sa mince silhouette, elle a des envies simples: "Je désire vivre en paix, fonder un foyer et me nourrir grâce à la couture que j'ai apprise ici au centre".

Mara, 22 ans, est tiraillé entre rentrer chez lui ou aller refaire sa vie ailleurs. "Comment regarder ma famille dans les yeux ? Les gens m'avaient bien dissuadé d'aller avec Boko Haram", avoue-t-il.

Pour prouver qu'ils ont vraiment tourné le dos à Boko Haram, les repentis ont collectivement prêté serment sur le Coran. Pendant leur séjour à Goudoumaria, ils ont reçu une "formation religieuse" de six mois avec des prêches sur "la pratique de l'islam modéré".

"A partir de cet instant (...), ils sont désormais totalement libres de leurs mouvements", a expliqué à l'AFP Chaïbou Samna, le procureur de la République à Niamey, présent à la cérémonie.

- "Ils doivent vite déserter" -

Pour faciliter leur retour dans leur famille, "nous avons lancé un appel aux communautés où ils vont être réinsérés pour qu'elles les acceptent", a assuré le ministre nigérien de l'Intérieur Mohamed Bazoum.

"Ils doivent être considérés comme des gens normaux et ne doivent pas souffrir de leur passé", plaide Issa Lémine, le gouverneur de la région de Diffa.

Les 110 repentis recevront des outils de travail pour monter leurs propres ateliers, puis ils seront acheminés dans leur village d'origine, a indiqué Mohamed Bazoum, qui a exhorté "ceux qui sont encore dans l'aventure" à se rendre.

Un appel relayé par Baba Gana Adam, le visage caché par un turban violet. "Que ceux de nos camarades qui sont encore en brousse sachent qu'il (Boko Haram) prône le mauvais islam. Ils doivent vite déserter", prêche ce repenti, qui a reçu une formation de mécanicien.

Au total, plus de 240 anciens éléments de Boko Haram, dont des femmes et des enfants, sont hébergés à Goudoumaria après s'être rendus aux autorités.

Ce mouvement de reddition avait débuté fin décembre 2016. Les autorités de Diffa, qui espèrent accélérer le rythme des redditions, ont mis à la disposition des détenus "des moyens de communication" notamment le téléphone, pour qu'ils puissent "appeler leurs camarades".

"Nous sommes prêts à leur garantir la vie sauve et à créer les conditions de leur réinsertion socio-économique", a promis le président nigérien Mahamadou Issoufou.

Avec AFP

Toutes les actualités

Heurts après l'interdiction d'une manifestation de soutien à l'armée et contre les bases étrangères

Le président nigérien Issoufou Mahamadou devant des militaires a la place d'armes de la zone de défense n°5 de Diffa, le 9 novembre 2019. (Crédit : Présidence de la république du Niger)

Des heurts sporadiques ont opposé vendredi après-midi à Niamey des petits groupes de manifestants aux forces de l'ordre après l'interdiction d'une rassemblement de soutien à l'armée et contre la présence des bases étrangères dans le pays, a constaté un journaliste de l'AFP.

Jeudi la mairie de Niamey avait décidé "d'interdire" notamment pour des raisons de "risques de trouble à l'ordre public", une manifestation d'organisations de la société civile pour "soutenir les Forces de défense et de sécurité nigériennes qui subissent de lourdes pertes dans la lutte anti-jihadiste et pour protester contre "la présence des bases étrangères" également engagées dans cette lutte.

Tôt ce matin, un important dispositif des forces de l'ordre a été déployé à plusieurs endroits de la capitale, dont la Place de la Concertation (en face du Parlement) où le meeting devait avoir lieu.

Des heurts ont éclaté en début d'après-midi entre des jeunes manifestants et les forces de l'ordre qui tentaient d'empêcher leur regroupement à coups de grenades lacrymogènes.

Organisés en petits groupes, les manifestants retranchés dans les ruelles des quartiers, ont riposté par des jets de pierres et en brûlant de pneus à certains carrefours.

"Notre manifestation est essentielle pour remonter d'avantage le moral de nos troupes, les galvaniser", avait expliqué la veille à la presse, Moussa Tchangari, un des organisateurs de la manifestation et figure de la société civile.

La manifestation visait également "à demander le départ des forces extérieures" notamment "la force Barkhane dont la présence constitue une menace sérieuse pour la souveraineté de tous les pays du Sahel", selon les organisateurs.

Mardi, le groupe Etat islamique a revendiqué l'attaque de Chinégodar, dans l'ouest du Niger (frontière malienne) qui a fait 89 morts, la plus meurtrière depuis le regain des attaques en 2015. "Au vu de l'hécatombe de Chinégodar, la CNDH s'interroge sur la sincérité de la collaboration militaire des pays alliés, lorsque des terroristes à pieds ou à motos circulent allègrement au vu et au su des drones", dit un communiqué la Commission nationale des droits humains.

Cette commission, composée de représentant du gouvernement et de la société civile, a réclamé "une commission d'enquête indépendante pour faire la lumière sur les massacres d'Inates et de Chinégodar".

71 soldats nigériens avaient été tués le 10 décembre 2017 à Inates, autre localité proche du Mali.

Niamey, qui combat aussi le groupe djihadiste nigérian Boko Haram dans le Sud, a toujours justifié la présence des forces américaines et françaises sur son sol par la nécessité de "sécuriser les frontières" contre des infiltrations de groupes djihadistes venant du Mali voisin.

Au Niger, la France possède une base sur l'aéroport de Niamey à partir de laquelle des avions de chasse et des drones armés depuis peu, opèrent. Les Etats Unis ont une importante base de drones armés à Agadez (nord).

En 2019, les attaques djihadistes ont fait 4.000 morts au Burkina, au Mali et au Niger,

La société civile appelle à manifester contre la présence des forces étrangères

La société civile appelle à manifester contre la présence des forces étrangères
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Revendication de l'attaque de Chinégodar par le groupe Etat islamique

Revendication de l'attaque de Chinégodar par le groupe Etat islamique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Limogeage du chef d’état-major des armées

Limogeage du chef d’état-major des armées
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:56 0:00

Attaque de Chinégodar : les chefs d'etat-major limogés

Le général Sidikou Issa, alors chef d'état-major adjoint de l'armée de terre à Diffa, le 1er mars 2016. (VOA/Nicolas Pinault)

Le chef d'état-major des armées, le général Ahmed Mohamed, et le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Sidikou Issa, ont été remplacés lundi, a annoncé le gouvernement nigérien au lendemain de l'annonce du bilan de 89 soldats tués lors de l'attaque du camp de Chinégodar le 9 janvier. 

"Le général de division Salifou Modi est nommé chef d’état-major des armées et le général de brigade Seidou Bagué est nommé chef d’état-major de l’armée de terre", selon un communiqué du conseil des ministres lu à la radio publique.

Le nouveau patron des armées nigériennes, le général Salifou Modi, 57 ans, a été membre du Conseil Suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD, junte militaire) de 2010 à 2011.

La décision a été prise lors d'un conseil des ministres extraordinaire tenu juste avant le départ du président nigérien Mahamadou Issoufou pour le sommet de Pau (sud de la France) qui réunit les pays du G-5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) et la France sur la lutte contre jihadisme dans la zone.

Dimanche, les autorités nigériennes ont revu à la hausse le bilan de l'attaque de Chinégodar passant de 25 soldats tués à 89, soit l'attaque la plus meurtrière subie par l'armée nigérienne depuis le regain des attaques jihadistes en 2015. Cette attaque est survenue un mois après celle d'Inates, dans la même région de Tillabéri, frontalière du Mali, qui avait couté la vie à 71 soldats et traumatisé le pays.

Tout le Sahel - en particulier le Mali, le Niger et le Burkina -, est visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste Barkhane. Selon l'ONU, les attaques jihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ont fait 4000 morts en 2019.

Le sommet de Pau doit renforcer la légitimité contestée des militaires français déployés sur la zone et mobiliser les alliés européens mais aussi aborder la coordination entre les pays de la région et tenter de trouver une meilleure efficacité dans la lutte contre les groupes jihadistes.

Voir plus

XS
SM
MD
LG