Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Une Gay Pride sous le signe des anti-Trump à New York

Gay Pride, le 26 juin 2016, avec la candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton, le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo et le maire Bill de Blasio, le pasteur Al Sharpton et la première dame de la ville de New York Chirlane McCray.

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé dimanche pour la Gay Pride de New York sous des drapeaux arc-en-ciel, avec l'opposition à Trump et la défense des transsexuels comme grandes causes du moment.

Pour la 48e année consécutive, des milliers de participants, à pied, en moto ou juchés sur des camions descendaient la 5e Avenue sous les applaudissements d'une foule compacte et joyeuse, pour une marche de 3 kilomètres depuis les gratte-ciels de Midtown jusqu'à Greenwich Village, où le mouvement pour les droits des homosexuels est né après les émeutes de Stonewall en 1969.

Alors qu'à Istanbul, les participants à la Gay Pride étaient dispersés par la police qui tirait avec des balles en caoutchouc, dans la première des métropoles américaines la marche est une véritable institution.

Sous un grand soleil, des centaines de policiers et de nombreux élus, dont le maire Bill de Blasio, le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo ou le sénateur Chuck Schumer, tous démocrates, ont marché tout sourire aux côtés de participants volontiers très dénudés.

En juin 2015, la marche célébrait la légalisation du mariage homosexuel. En juin 2016, c'était le deuil après le massacre de la discothèque gay d'Orlando, en Floride. Cette année, de nombreux cortèges marchaient en brandissant les pancartes "Resist" des opposants à Trump, dénonçant la nouvelle administration et ses projets législatifs - notamment l'abrogation de la loi santé Obamacare - et la remise en cause des droits des transsexuels.

Ainsi, Gavin Grimm, le lycéen transsexuel dont la plainte pour pouvoir utiliser les toilettes pour garçons de son école est au coeur de la "bataille des toilettes", menait le cortège de l'American Civil Liberties Union (Aclu), la puissante organisation de défense des libertés individuelles, désignée "grand marshal" du défilé.

Si la récente décision de la Cour suprême de demander aux tribunaux de rejuger cette affaire après une décision favorable en appel est "malheureuse" et "décevante", "ce n'est qu'un obstacle dans un combat dont nous savions tous qu'il serait long", a-t-il indiqué à l'AFP.

Aux premiers rangs de l'Aclu figurait l'ancienne analyste de l'armée américaine qui avait transmis de milliers de documents confidentiels à WikiLeaks et entamé en prison un changement de sexe, Chelsea (ex Bradley) Manning. "J'ai perdu ma voix d'avoir tant crié", a-t-elle tweeté.

Si de nombreux participants étaient clairement opposés à Trump, beaucoup soulignaient aussi ne pas vouloir faire de cette marche un évènement politique.

"L'administration actuelle est une abomination", affirme Cara Lee Sparry qui, sur sa moto, a déjà participé à une dizaine de Gay Pride. "Mais être entourée par des centaines et des milliers de gens qui crient pendant des heures, c'est incroyable, on ne peut pas faire mieux!"

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Le rapport Mueller n'a pas trouvé de preuve de collusion

Le rapport Mueller n'a pas trouvé de preuve de collusion
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Le président américain se dit "totalement disculpé"

Le président américain se dit "totalement disculpé"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:48 0:00

Rapport Mueller : les médias américains priés de faire leur examen de conscience

Le dôme du Capitole des États-Unis à Washington, le 26 août 2018.

Les grands médias américains, accusés par Donald Trump et ses proches de partialité dans leur couverture de l'enquête russe, étaient appelés à faire leur introspection après la publication d'extraits du rapport Mueller disculpant le président des accusations de collusion avec la Russie en 2016.

Pour certains observateurs, il est temps que les médias "admettent" avoir fait depuis deux ans une couverture inéquitable de l'affaire. Pour d'autres au contraire, les journalistes doivent continuer à creuser car le rapport n'exonère pas complètement M. Trump sur une possible "entrave à la justice".

"Désormais, une grande partie de la population ne croira plus aucune des accusations portées contre M. Trump par la presse", a estimé le rédacteur en chef du magazine Rolling Stone, Matt Taibbi.

Pour Glenn Greenwald, journaliste d'investigation au site d'information The Intercept, ce sont surtout les chaînes d'information câblées qui doivent admettre leurs erreurs de jugement.

"Faites des recherches sur chaque personnalité de MSNBC, chaque +expert+ en droit de CNN, les médias libéraux-centristes (...) et voyez si vous trouvez même un iota d'introspection, d'humilité ou d'admission d'une énorme erreur", a-t-il dit sur Twitter.

"Si les médias ne rendent pas de comptes pour ce qu'ils ont fait, ne vous plaignez plus jamais du fait que les gens les qualifient de +Fake News+" a-t-il ajouté, en utilisant l'insulte préférée du président Trump quand il parle des grands médias.

- "Des excuses" -

Depuis que les premières informations ont circulé samedi sur le contenu du rapport, le camp Trump, qui hurle depuis le début de l'affaire à la "chasse aux sorcières", crie victoire et réclame des excuses.

"Les démocrates et les médias libéraux doivent des excuses au président et au peuple américain", a lancé la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Le fils aîné du président, Donald Jr, avait auparavant dénoncé les "théories du complot (propagées) sans arrêt" par "CNN, MSNBC, BuzzFeed et le reste des médias grand public".

Son frère, Eric, a également invité sur Twitter les grands médias à s'excuser "pour l'enfer que tout le monde a vécu depuis deux ans et plus".

Mais pour certains experts des médias, il est bien trop tôt pour juger le travail du procureur spécial Robert Mueller sur la base des quatre pages de résumé publiées par le ministre de la Justice Bill Barr.

"Je ne pense pas qu'on puisse accuser les médias d'avoir été injustes avec Donald Trump," dit Stephen Ward, ancien directeur du Centre pour l'éthique journalistique à l'Université du Wisconsin.

"Les médias se devaient de couvrir ce président agressif et défiant la Constitution", souligne-t-il, estimant que les journalistes devaient désormais tout faire pour mettre la main sur l'intégralité du rapport Mueller.

"C'est une question d'intérêt public et tous les citoyens devraient le lire", ajoute-t-il.

- "Vendre du temps d'antenne" -

Dan Kennedy, professeur de journalisme à l'Université Northeastern, estime qu'il est prématuré pour le président de se dire "exonéré" par "une enquête énorme, qui a entraîné de nombreuses mises en accusation et plaider-coupable".

Il est toutefois légitime, selon lui, qu'on s'interroge sur les nombreuses spéculations véhiculées sur les antennes de CNN ou MSNBC, deux médias régulièrement accusés de partialité par le camp Trump.

Il cite notamment l'abondante couverture d'éventuelles poursuites visant Donald Trump Jr et le gendre du président, Jared Kushner, qui n'ont pas eu lieu.

Le gros problème, selon lui, ce sont "les chaînes d'info qui doivent vendre du temps d'antenne avec des discussions et des spéculations", explique-t-il.

Mais pour Deborah Potter, ancienne journaliste de CBS, les spéculations sont normales "car il n'y a eu aucune fuite" de la part des enquêteurs. Malgré cela, "beaucoup d'organes de presse responsables ont donné la bonne impression (sur les résultats de l'enquête) ces dernières semaines", juge-t-elle.

Plus largement, c'est la confiance dans l'indépendance des médias qui doit être rétablie dans l'opinion américaine, dit Mme Potter.

"On a vu une remontée de la confiance générale dans les médias mais les divisions partisanes n'ont jamais été aussi fortes", explique-t-elle.

Le fait qu'une large majorité des électeurs républicains n'aient pas confiance dans les médias "est un problème pour la démocratie", conclut-elle.

Trump dit n’avoir «aucun problème» avec la publication complète du rapport Mueller

Trump dit n’avoir «aucun problème» avec la publication complète du rapport Mueller
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Washington

Visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Washington
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG