Liens d'accessibilité

Un Sénégalais arrêté au Maroc en rapport avec des naufrages mortels de migrants


Un policier fait renifler des bagages par un chien à Marrakech, au Maroc, 6 mai 2015

La police espagnole a annoncé vendredi le démantèlement d'un réseau qui faisait passer clandestinement des centaines de migrants du continent africain vers les îles espagnoles des Canaries et l'arrestation de son responsable sénégalais au Maroc après des traversées mortelles.

Elle a attribué à cette organisation la responsabilité d'au moins quatre naufrages d'embarcations "avec près de 150 personnes disparues" dont des enfants.

"Les prix payés par les migrants allaient de 500 à 3.000 euros" pour la traversée entre Laâyoune - principale ville du Sahara occidental administrée par le Maroc depuis 1975 - et les îles espagnoles des Canaries situées dans l'Atlantique au large du Maroc, a précisé la police dans un communiqué.

Un Sénégalais était "à la tête de l'organisation au Maroc", selon la même source.

Il est accusé d'avoir "profité de ses nombreux contacts au niveau administratif et policiers à Laâyoune" pour "contrôler de manière quasiment exclusive" ce trafic des migrants, selon le communiqué qui ne précise pas à quelle date il a été arrêté.

Selon le témoignage de rescapés, ce Sénégalais avait notamment organisé une traversée mortelle en mars 2015, quand une embarcation transportant 13 migrants avait dérivé pendant cinq jours, sans aliments ni eau, son moteur étant en panne: "Au moins huit personnes étaient mortes et leurs cadavres avaient été jetés par dessus bord", selon le communiqué.

Les deux plus hauts responsables de l'organisation ont été arrêtés "en territoire marocain par la gendarmerie du Royaume du Maroc" en vertu d'un mandat d'arrêt international émis par un juge d'instruction espagnol.

L'opération, menée conjointement par la police espagnole et la gendarmerie marocaine, avait auparavant abouti aux arrestations de 30 personnes, déjà condamnées et écrouées, pour avoir notamment été chargées de mener les embarcations.

Dans cette enquête menée depuis 2014, la police nationale s'est servie des entretiens qu'elle a fait passer à "plus de 1.500 migrants" entrés clandestinement en Espagne grâce à l'organisation.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG