Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Myanmar: Aung San Suu Kyi condamnée à 4 ans de prison

Une photo de la dirigeante de Myanmar, Aung San Suu Kyi, lors d'une manifestation contre le coup d'État militaire devant le bureau de l'ONU à Bangkok, en Thaïlande, le 22 février 2021.

Au final, Mme Suu Kyi pourrait être condamnée à plus de 100 ans de prison.

Aung San Suu Kyi, la dirigeante civile du Myanmar (Birmanie) qui a été évincée par un coup d'État le 1er février, a été reconnue coupable d'incitation lundi et condamnée à quatre ans de prison.

Mme Suu Kyi, 76 ans, est une lauréate du prix Nobel de la paix qui a passé 15 ans en résidence surveillée pour avoir résisté aux généraux.

L'armée a pris le pouvoir et a empêché son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, d'entamer un second mandat de cinq ans malgré une victoire électorale sans appel.

Plus de 100 ans de prison?

D'autres procès sont en cours contre elle. Si elle est reconnue coupable de tous les chefs d'accusation auxquels elle fait face, Mme Suu Kyi pourrait être condamnée à plus de 100 ans de prison.

Elle est détenue par l'armée dans un lieu inconnu, et le tribunal n'a pas précisé lundi si elle serait transférée dans une prison ou maintenue sous une forme d'assignation à résidence, selon un responsable juridique, qui a relayé le verdict à l'agence Associated Press sous anonymat par crainte d'être sanctionné par les autorités militaires.

Pour rappel, l'armée a pris le pouvoir en invoquant des fraudes électorales massives lors des élections de novembre 2020, mais les observateurs indépendants n'ont pas détecté d'irrégularités majeures.

L'armée face à la rue

L'opposition à la prise de pouvoir par l'armée a surgi presque immédiatement et reste forte. On note même des cas de résistance armée après la répression violente des manifestations pacifiques par les autorités.

Le verdict de lundi pourrait attiser davantage les tensions.

De l'avis des observateurs, les poursuites engagées contre Aung Suu Kyi ont pour objectif de la discréditer et l'empêcher de se présenter aux prochaines élections, étant donné que la Constitution interdit à toute personne condamnée à une peine de prison d'exercer de hautes fonctions.

Avec Associated Press.

Toutes les actualités

Séisme dévastateur en Afghanistan: le bilan pourrait dépasser le seuil de 1000 morts

Séisme dévastateur en Afghanistan: le bilan pourrait dépasser le seuil de 1000 morts
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00
update

Un séisme fait au moins 920 morts en Afghanistan

ARCHIVES - une ambulance à l'hôpital afghan-japonais des maladies transmissibles à Kaboul, le 9 mai 2020.

Le bilan, communiqué par le responsable afghan des services d'urgence, Sharafuddin Muslim, en fait le tremblement de terre le plus meurtrier depuis 2002.

Un puissant tremblement de terre a frappé une région rurale et montagneuse de l'est de l'Afghanistan, près de la frontière avec le Pakistan, tuant au moins 920 personnes et en blessant 600 autres.

D'une magnitude de 6,1, le séisme est survenu dans la nuit de mardi à mercredi, selon les autorités afghanes.

Il s'agit du tremblement de terre le plus meurtrier qu'ait connu l'Afghanistan en vingt ans.

On dénombre plus de 600 blessés, selon les autorités.

La majorité des décès confirmés se situent dans la province de Paktika, où 100 personnes ont été tuées et 250 blessées, a déclaré Mohammad Nassim Haqqani, chef de l'autorité de gestion des catastrophes de l'administration talibane.

Des décès ont également été signalés dans les provinces de Nangarhar et de Khost, a-t-il ajouté, alors que les autorités vérifient si d'autres victimes sont à déplorer.

"Nous appelons les agences d'aide à apporter une aide immédiate aux victimes du tremblement de terre afin d'éviter une catastrophe humanitaire", a tweeté le porte-parole du gouvernement Bilal Karimi.

Le séisme est survenu à une profondeur 10 km à 01H00 mercredi (04H30 GMT), tout près de la frontière avec le Pakistan, selon l'Institut sismologique américain (USGS).

Des photos postées sur les réseaux sociaux montraient des maisons effondrées dans les rues d'un village.

L'Afghanistan est fréquemment frappé par des séismes, en particulier dans la chaîne montagneuse de l'Hindu Kush qui se trouve à la jonction entre les plaques tectoniques eurasienne et indienne. Ces catastrophes peuvent être particulièrement ravageuses en raison de la faible résistance des maisons afghanes rurales.

Avec AP, Reuters et AFP.

L'offre de Pékin pour le règlement des conflits dans la Corne de l'Afrique

L'offre de Pékin pour le règlement des conflits dans la Corne de l'Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Un incendie fait au moins 7 morts et 49 blessés en Corée du Sud

Des policiers établissent un cordon de sécurité sur les lieux d'un incendie à Daegu, en Corée du Sud, le jeudi 9 juin 2022.

Un incendie déclenché dans un immeuble de bureaux a fait au moins sept morts et des dizaines de blessés jeudi à Daegu, la quatrième ville la plus peuplée de Corée du Sud, selon les pompiers et la police.

Selon les autorités, l'incendie aurait été causé intentionnellement au deuxième étage de l'immeuble.

La mort de sept personnes a été confirmée, dont un homme non identifié que la police soupçonne d'être à l'origine de l'incendie qui serait parti d'un cabinet juridique. On compte au moins 49 autres blessés, selon les secouristes.

Le nombre élevé de victimes s'explique peut-être par le fait que le bâtiment n'était pas équipé de gicleurs aux étages des bureaux, selon Park Seok-jin, chef du service d'incendie du district de Suseong à Daegu. Il n'a pas répondu directement à la question de savoir s'il y avait eu des manquements aux normes de sécurité requises par la loi.

Des secouristes sur les lieux d'un incendie meurtrier à Daegu, en Corée du Sud, jeudi 9 juin 2022.
Des secouristes sur les lieux d'un incendie meurtrier à Daegu, en Corée du Sud, jeudi 9 juin 2022.

Des photos de l'incident montrent des personnes attendant d'être secourues sur le toit de l'immeuble qui compte sept étages, tandis qu'une épaisse fumée s'échappait.

La ville de Daegu, qui compte plus de 2,4 millions d'habitants, a été le théâtre de l'un des pires incendies criminels de l'histoire de la Corée du Sud en 2003, lorsqu'un homme âgé de 56 ans a mis le feu à une rame de métro, faisant 192 morts.

La Corée du Nord a tiré un missile balistique, selon l'armée sud-coréenne

ARCHIVES - Des membres de la marine nord-coréenne sont assis devant un missile balistique lancé par un sous-marin lors d'une parade à Pyongyang, le 15 avril 2017.

La Corée du Nord a lancé au moins un missile balistique dans les eaux au large de sa côte orientale, a déclaré dimanche l'armée sud-coréenne, le dernier en date d'une longue série d'essais.

"La Corée du Nord a tiré un ou plusieurs missiles balistiques non identifiés en mer de l'Est", a déclaré l'état-major interarmées de la Corée du Sud, en faisant référence à la mer du Japon.

Pyongyang a redoublé d'efforts pour améliorer son programme d'armement cette année, malgré de lourdes sanctions économiques.

Les dirigeants américains et sud-coréens avertissent depuis des semaines que le régime de Kim Jong Un pourrait procéder à un septième essai nucléaire.

En mai, il a procédé au tir d'essai de trois missiles, dont le Hwasong-17, qui pourrait être son plus gros missile balistique intercontinental. Ce lancement-là était survenu quelques jours après le départ du président américain Joe Biden de la Corée du Sud, où il avait rencontré son homologue Yoon Seok-youl, récemment élu.

La Corée du Nord, victime d'une forte vague épidémique de Covid-19, a repris la construction d'un réacteur nucléaire en sommeil depuis longtemps, selon de nouvelles images satellite.

Voir plus

XS
SM
MD
LG