Liens d'accessibilité

Moins de migrants ont quitté récemment la Libye pour l'Europe (HCR)


Un camp pour migrants illégaux à Tripoli, en Libye (22 mars 2017)

Le HCR souligne par ailleurs que les migrations passant par la Méditerranée orientale, via la Turquie, ont de leur côté augmenté...

Les arrivées de migrants en Europe via la Libye ont connu une forte baisse au cours du troisième trimestre 2017, selon un rapport du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) rendu public jeudi.

Le nombre de personnes traversant la Méditerranée à partir de la Libye pour arriver en Italie a ainsi chuté entre juillet et septembre, passant de 11.500 à 6.300, pour un total de 21.700 sur l'ensemble du trimestre.

"En juillet, la Commission européenne a annoncé un plan d'action pour réduire le nombre des traversées illégales vers l'Italie tandis que les autorités italiennes ont engagé une série de rencontres avec leurs homologues libyennes dans le même esprit", rappelle le HCR dans son rapport.

Des ONG, parmi lesquelles Médecins sans Frontières (MSF), ont vivement critiqué la politique européenne concernant la gestion des migrants en provenance de Libye, estimant que l'UE était guidée par "l'unique ambition de maintenir ces gens hors de l'Europe".

Zeid Ra'ad Al Hussein (archives)
Zeid Ra'ad Al Hussein (archives)

A la mi-novembre, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, avait qualifié d'"inhumaine" "la politique de l'UE consistant à aider les gardes-côtes libyens à intercepter et renvoyer les migrants".

Dans son rapport, le HCR souligne par ailleurs que les migrations passant par la Méditerranée orientale, via la Turquie, ont de leur côté augmenté sur le trimestre, concernant 3.300 personnes en juillet, 4.500 en août et 6.600 en septembre.

Sur ce dernier mois, un total de 4.900 personnes est par exemple arrivé en Grèce, "le nombre le plus élevé sur un mois depuis mars 2016 et la mise en place de l'accord UE-Turquie et la fermeture de ce qu'on a appelé la route des Balkans", relève le HCR.

Autre route, la traversée vers l'Espagne à partir des côtes marocaines était la moins empruntée sur le trimestre (7.800 personnes).

"Malgré la réduction du nombre de traversées via la Méditerranée centrale, des milliers (de personnes) continuent de tenter le voyage dangereux et désespéré vers l'Europe", s'est alarmée Pascale Moreau, directrice du bureau du HCR pour l'Europe, dans un communiqué.

A la date du 20 novembre, "on estime à près de 3.000 personnes les morts ou disparus en mer auxquelles s'ajoutent 57 autres mortes sur les routes en Europe ou aux frontières de l'Europe", rappelle-t-elle.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG