Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Microsoft veut mettre des centres de données dans l'océan

Tyler Scott surveille les données de température en temps réel à partir de câbles à fibres optiques . Crédit: Victor Zagorodov

Le groupe informatique américain envisage d'installer des centres de données dans l'océan, dans le cadre d'un nouveau projet.

"Aller sous l'eau pourrait régler plusieurs problèmes en introduisant une nouvelle source d'énergie, en réduisant énormément les coûts de refroidissement, en réduisant la distance avec les populations connectées et en rendant l'installation des centres de données plus simple et plus rapide", fait valoir le groupe dans un message sur son blog officiel.

Microsoft fait valoir que la moitié de la population mondiale vit à moins de 200 kilomètres d'une côte, et qu'un centre de données sous-marin pourrait en outre fonctionner avec l'énergie des vagues ou des marées, tandis que les fraîches températures sous-marines assureraient un refroidissement automatique. Un centre de données représente généralement une puissance informatique et un dégagement de chaleur correspondant à des centaines voire des milliers d'ordinateurs.

L'idée de départ a émané de Sean James, un spécialiste des centres de données chez Microsoft qui avait auparavant travaillé pendant trois ans sur des sous-marins pour la marine américaine. "J'avais vu comment on peut mettre de l'électronique sophistiquée sous l'eau, et la garder protégée de l'eau salée", a-t-il commenté sur le blog de Microsoft.

Le projet dévoilé lundi, et baptisé Natick, cherche désormais à déterminer la faisabilité de potentiels centres de données sous-marins.

Un premier test a été réalisé l'an dernier avec l'immersion d'un prototype pendant trois mois dans l'océan Pacifique, à environ un kilomètre au large de la côte où il pouvait encore être connecté au réseau électrique normal.

Le container de 17 tonnes et d'environ trois mètres sur deux contenait un mini centre de données avec une puissance informatique égale à environ 300 ordinateurs de bureau. A l'exception d'une vérification chaque mois par un plongeur, le bon fonctionnement du prototype a pu être surveillé à distance grâce à des caméras et des capteurs depuis le siège de Microsoft à Redmond (nord-ouest des Etats-Unis) en permanence, y compris lors du passage d'une petite vague de tsunami, assure Microsoft.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le manager de R. Kelly accusé d'avoir menacé un cinéma de fusillade pour empêcher la diffusion d'un documentaire

R. Kelly lors des Soul Train Awards 2015 à Las Vegas, le 6 novembre 2015. (AP)

Les autorités américaines ont inculpé vendredi le manager de R. Kelly pour avoir menacé de tirer dans un cinéma new-yorkais afin d'empêcher la diffusion d'un documentaire mettant le chanteur en cause pour de multiples agressions sexuelles présumées. 

Cette annonce intervient quelques jours après que l'ami et manager de R. Kelly, Donnell Russell, et deux autres complices présumés, ont été inculpés par la justice américaine pour avoir cherché à réduire au silence plusieurs femmes accusant l'ex-star du R&B d'agressions sexuelles.

Selon les nouveaux documents publiés vendredi, Russell a appelé un cinéma de Manhattan en décembre 2018, menaçant de provoquer une fusillade dans l'établissement afin d'empêcher la diffusion du documentaire à charge "Surviving R. Kelly".

Son appel avait conduit à une évacuation du cinéma, qui avait renoncé à projeter le documentaire, dans lequel des femmes accusent d'agressions sexuelles l'interprète de "I Believe I Can Fly" .

"M. Rusell a réussi, de par ses violentes menaces présumées, à arrêter une diffusion du documentaire, mais il n'est pas parvenu à réduire au silence les femmes qui apparaissent dans le film", a déclaré dans un communiqué William Sweeney, un responsable de la police fédérale américaine (FBI) à New York.

Quelques jours plus tôt, des procureurs fédéraux ont affirmé que Donnell Russell avait aussi été impliqué dans des opérations de chantage et de harcèlement afin de faire taire certaines accusatrices.

Les techniques employées incluaient l'incendie d'une voiture devant la résidence de l'une d'elles, des menaces de divulgation de photographies intimes et le versement de 500.000 dollars afin d'influencer un témoignage.

Donnell Russell fait face, pour ses menaces présumées au cinéma new-yorkais, à deux nouveaux chefs d'inculpation, chacun pouvant conduire à une peine maximale de cinq ans de prison.

Il est attendu devant un juge new-yorkais dans la journée de vendredi.

De son côté, R. Kelly fait face à des poursuites fédérales dans deux affaires distinctes -- l'une à Chicago et l'autre à New York --- liées à des accusations d'abus sexuels sur mineurs, qu'il rejette.

La sélection du jury pour son procès à New York est prévue pour le 29 septembre, mais cette date sera probablement repoussée du fait des restrictions liées à l'épidémie de Covid-19.

La colère monte à New York face à la crainte des expulsions

La colère monte à New York face à la crainte des expulsions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:51 0:00

Rêves reportés pour les étudiants étrangers dans les écoles américaines

Rêves reportés pour les étudiants étrangers dans les écoles américaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

COVID-19: de nombreux Américains ont du mal à payer leur loyer

COVID-19: de nombreux Américains ont du mal à payer leur loyer
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Etats-Unis : Biden présente sa colistière

Etats-Unis : Biden présente sa colistière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG