Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Mexique / Etats-Unis : les déclarations de Trump "détériorent" les relations bilatérales

Le vice-président américain Joe Biden et le président mexicain Enrique Pena Nieto, à Mexico, le 25 février 2016.

Le président mexicain Enrique Peña Nieto a estimé lundi que les déclarations anti-Mexique du candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump "détérioraient" les relations entre les deux pays.

"Je les condamne évidemment et je suis contre ce type de prises de positions. Il me semble qu'elles détériorent une relation que le Mexique a recherché avec les Etats-Unis, faite de ponts, de dialogue, de rapprochement, de recherche de solutions à des problèmes communs", a déclaré Enrique Peña Nieto dans un entretien au quotidien El Universal.

"J'ai l'impression (que de telles déclarations) proviennent d'une méconnaissance du Mexique (...)" et "de l'importante contribution de millions de Mexicains qui ont décidé de rechercher une opportunité de vie dans un autre pays, comme c'est le cas aux Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Depuis son entrée en campagne, Donald Trump a multiplié les déclarations à l'emporte-pièce contre les immigrants illégaux, notamment les Mexicains.

Le désormais favori à l'investiture du parti républicain à la présidentielle de novembre a accusé le Mexique d'envoyer aux Etats-Unis des personnes "qui posent problème". Les Mexicains "apportent avec eux la drogue. Ils apportent la criminalité. Ce sont des violeurs", a-t-il dit.

Le milliardaire a aussi maintes fois promis de faire construire un mur géant entre les Etats-Unis et le Mexique et de le faire payer par Mexico, dans le but de mettre fin, selon lui, à l'immigration illégale.

Le président mexicain a malgré tout assuré que son gouvernement chercherait à établir "un dialogue constructif" avec le futur président des Etats-Unis.

Avec AFP

Toutes les actualités

Sanctions américaines contre des proches de Vladimir Poutine

Sanctions américaines contre des proches de Vladimir Poutine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Deux policiers blessés par balle à Louisville dans l'État du Kentucky

La police et les manifestants convergent lors d'une manifestation, le mercredi 23 septembre 2020, à Louisville, Kentucky. (AP Photo/John Minchillo)

Deux policiers ont été blessés par balle et un suspect a été interpellé dans la ville américaine de Louisville, où se déroulait mercredi soir une manifestation antiraciste liée à la mort de l'Afro-Américaine Breonna Taylor en mars, a indiqué la police.

"Deux agents de police ont été blessés par balle. Ils sont en train d'être soignés à l'hôpital University", a précisé le chef par intérim de la police de Louisville, Robert Schroeder, lors d'une conférence de presse, ajoutant que leur état était stable et que leur vie n'était a priori pas menacée.

Les noms des agents ou du suspect n'ont pas été communiqués.

Dernier hommage à la juge Ruth Bader Ginsburg

Dernier hommage à la juge Ruth Bader Ginsburg
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Affaire Breonna Taylor: aucun policier ne sera poursuivi pour homicide

Le procureur général du Kentucky, Daniel Cameron, s'exprime lors de la Convention nationale républicaine depuis l'auditorium Andrew W. Mellon à Washington, le mardi 25 août 2020. (AP Photo/Susan Walsh)

Un policier blanc impliqué dans la mort de l'Afro-américaine Breonna Taylor, tuée chez elle en mars lors d'une perquisition bâclée, a été inculpé, a annoncé mercredi Daniel Cameron, procureur général de l'État du Kentucky.

Brett Hankison, l'un des trois agents mis en cause, est poursuivi pour mise en danger de la vie d'autrui, une charge criminelle en-deçà de celle d'homicide. Il avait été licencié de la police en juin.

Selon Mr Cameron, qui est lui-même Afro-Américain, les deux autres policiers ne seront pas poursuivis.

M. Hankison devait être placé en détention et sa caution a été fixée à 15.000 dollars.

L'avocat de la famille de Breonna Taylor, Ben Crump, a dénoncé sur Twitter une décision "scandaleuse et insultante".

L'ancien policier "a été inculpé pour trois charges de mise en danger de la vie d'autrui. Ces trois charges sont pour des balles qui ont fini dans d'autres appartements mais RIEN pour ce qui est arrivé" à Breonna Taylor, a-t-il écrit.

L'infirmière de 26 ans avait été tuée en pleine nuit à son domicile le 13 mars quand les trois policiers s'y étaient présentés munis d'un mandat d'arrêt dit "no knock", qui leur permet d'entrer chez un suspect sans s'annoncer.

A leur arrivée, son compagnon avait ouvert le feu avec une arme détenue légalement. Les agents avaient riposté et Breonna Taylor avait reçu plusieurs balles. Son compagnon a ensuite expliqué que les agents ne s'étaient pas annoncés et qu'il avait cru avoir affaire à un cambrioleur. Eux assurent s'être présentés avant d'entrer.

Lors de la conférence de presse de mercredi, M. Cameron a dit qu'un témoin qui vivait dans l'immeuble avait confirmé avoir entendu les policiers s'annoncer. Onze autres témoins ont dit le contraire, selon une journaliste du New York Times.

Des manifestants ont commencé à marcher dans les rues de Louisville, où Mme Taylor avait été tuée.

Donald Trump présentera dès samedi une candidate pour succéder à la juge Ruth Bader Ginsburg

Donald Trump présentera dès samedi une candidate pour succéder à la juge Ruth Bader Ginsburg
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG