Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

Mbappé sauve les Bleus contre l'Islande

Kylian Mbappé lors du match France-Islande, Guingamp, le 11 octobre 2018

Les champions du monde français ont attendu l'entrée en jeu supersonique de Kylian Mbappé et les dernières secondes pour sauver le match nul contre l'Islande (2-2).

Les Bleus ont pourtant bien failli s'incliner pour la première fois de leur histoire contre les Islandais... Mais Mbappé était là pour provoquer le but contre son camp islandais (86e) puis marquer in extremis le penalty de l'égalisation (90e).

Le prodige parisien n'en finit plus de faire la différence, à l'image de son quadruplé contre Lyon (5-0) le week-end dernier en championnat.

Dans l'optique du match de Ligue des nations contre l'Allemagne mardi, autrement plus important sportivement que cet amical à Guingamp, Didier Deschamps avait choisi de préserver sa pépite au coup d'envoi, en raison d'une petite gêne musculaire.

"Je n'avais pas envie de prendre de risque et lui non plus. J'attendais aujourd'hui pour voir comment il se sentait à l'échauffement. Ca allait beaucoup mieux", a expliqué "DD" après le match.

Le sélectionneur a finalement décidé de le faire entrer à l'heure de jeu. Bien lui en a pris, à voir les déboulés de l'attaquant de 19 ans, à l'origine du premier but et à la conclusion du second, d'un penalty puissant après une main islandaise dans la surface.

Il devient ainsi "le premier joueur de l'histoire de l'équipe de France à atteindre la barre des 10 buts en Bleu avant ses 20 ans", a relevé le statisticien Opta.

Jusqu'à son entrée, les Islandais méritaient tout simplement de gagner. Plus entreprenants, motivés et efficaces que les Français, visiblement guère intéressés par cette rencontre, ils avaient logiquement ouvert le score grâce à une frappe à ras de terre de Bjarnason (30e) et filaient vers un succès historique face à la France grâce à la tête d'Arnason (58e) sur corner.

Les champions du monde ont, de leur coté, complètement raté leur première partie de match.

Les rares Bleus qui auraient pu profiter de leur titularisation pour marquer quelques points en sélection ont été très décevants. Le Marseillais Florian Thauvin, hormis une frappe juste au-dessus du cadre, a raté son match.

L'attaquant du FC Barcelone Ousmane Dembélé a, lui, allumé quelques flammes mais, comme souvent, elles n'ont jamais suffi à trouver la faille et ont surtout ressemblé à des pétards mouillés.

"A lui de prendre conscience de toutes les exigences du football de haut niveau", l'avait pourtant prévenu Didier Deschamps ces derniers jours.

Et il s'en est fallu de peu pour qu'ils ne coulent peu avant la pause, quand le capitaine Hugo Lloris a réalisé une superbe triple parade à la 38e.

Rares joueurs à surnager, le milieu de terrain Steven Nzonzi s'est distingué par une jolie frappe juste avant la mi-temps tandis que Benjamin Pavard faisait son job dans le couloir droit.

Pour le reste, tout était raté ou presque. Puis il y a eu Mbappé. Grâce à lui, les Bleus surfent sur leur série de matches sans défaite. Ils n'ont plus perdu depuis le mois de mars et une défaite en amical contre la Colombie (3-2), soit une série de 14 matches.

Ils évitent une grosse fausse note et pourront vite oublier ce match amical pour se tourner vers l'Allemagne, un adversaire contre lequel il faudra livrer une tout autre prestation.

En prime, en marquant deux fois en fin de match, ils ont permis aux supporters bretons d'exulter.

Le public de Guingamp, fief du président de la Fédération Noël Le Graët, n'attendait que ça, à l'image de l'avant-match rythmé par la présentation de la Coupe du monde. Et surtout, il voulait voir... Mbappé.

Avec AFP

Toutes les actualités

France-Nigeria: "Très, très difficile" d'être footballeuse en Afrique, souligne Ordega

Francisca Ordega lors du match contre la Corée du Sud, le 12 juin 2019.

Fière de pouvoir représenter un modèle pour les Nigérianes, l'une des joueuses phares de la sélection, Francisca Ordega, a souligné dimanche à quel point il était "difficile pour les jeunes filles" de jouer au football en Afrique, à la veille du match du Mondial contre la France, à Rennes.

"Pas qu'au Nigeria, mais dans toute l'Afrique, il est très très très difficile pour les jeunes filles de jouer au football. C'est un grand défi. Les parents souvent ne l'autorisent pas. Ca été le cas dans ma communauté. C'était une décision difficile pour moi", a raconté la joueuse de 25 ans.

"Je suis heureuse d'avoir surmonté tout ça. Si certaines trouvent dans mon parcours des raisons d'espérer, si ça les pousse à croire en elles-mêmes, ça sera ma plus grande joie. Je pourrais me dire que j'ai réussi quelque chose même si ma carrière s'arrête aujourd'hui", a-t-elle ajouté sur le sujet.

Rubrique sport du 12 juin 2019 avec Yacouba
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Elle a aussi évoqué son maquillage qui suscite quelques polémiques sur les réseaux sociaux au Nigeria. "Je suis la même personne en dehors et sur le terrain. J'aime me maquiller quand je joue. Beaucoup de gens stigmatisent le football féminin en nous disant qu'on ressemble à des hommes. J'aime bien changer d'allure, car je sais que je suis unique ! Ca ne changera rien à ma personnalité ou à mes performances."

Le Nigeria affronte la France lundi à Rennes pour tenter d'arracher un billet pour les 8es de finale de la Coupe du monde féminine de football.

"Ce n'est que le début pour moi", estime Siakam, tout nouveau champion NBA

Pascal Siakam des Toronto Raptors essaie de contrer un tir de Stephen Curry des Golden State Warriors, Toronto, Canada, le 10 juin 2019. (Kyle Terada-USA TODAY Sports)

L'ailier fort camerounais de Toronto Pascal Siakam a estimé dimanche qu'il avait encore une belle marge de progression après une saison 2018-19 couronnée par le titre de champion NBA.

"J'ai toujours pensé que je méritais de jouer à ce niveau, car c'est ce pour quoi j'ai beaucoup travaillé", a-t-il expliqué en conférence de presse à la veille de la parade dans les rues de Toronto des nouveaux champions NBA.

"Ce n'est que le début pour moi, je vais continuer à progresser et à apprendre, cette saison a été incroyable en termes de ce que j'ai appris", a-t-il ajouté.

"Mais je me dis: +Regarde ce que tu as fait en trois ans (depuis qu'il a été drafté en 2016, NDLR), imagine ce que tu peux faire en dix ans+. Il faut continuer à travailler, ma motivation, c'est de voir jusqu'où je peux aller", a souligné Siakam, qui a quitté le Cameroun en 2013.

"Il y a eu des hauts et des bas durant cette saison, cela m'a rendu plus fort, cela m'a fait comprendre ce qu'il fallait faire pour jouer à ce niveau, et aussi tout le travail qui me restait à accomplir", a expliqué le premier Camerounais à remporter le titre NBA.

"Ce que j'ai vécu cette saison va me servir toute ma vie, il y a eu des jours où je me suis senti comme le meilleur joueur du monde et le lendemain, j'avais l'impression d'être le pire joueur du monde", a-t-il rappelé en souriant.

Siakam, 25 ans, est "LA" révélation de la saison 2018-19, ce qui devrait lui valoir de recevoir fin juin le trophée de joueur ayant le plus progressé.

Il a terminé la saison régulière, sa première complète en NBA, avec des moyennes de 16,9 points et 6,9 rebonds par match. Il a été encore plus productif en play-offs avec 19 points et 7,1 rebonds par match. En finale contre Golden State, ses moyennes ont grimpé à 19,5 points et 7,5 rebonds.

Enfin, il a expliqué que le Cameroun s'était passionné pour son parcours.

"Cela a été fou pour ma famille, mon frère a fait plus d'interviews que moi. J'ai vu une vidéo où ils avaient interviewé des mères de famille du quartier dans lequel j'ai grandi. Je me rendais pas compte de l'impact qu'on avait eu. (...) J'ai pour projet d'aller là-bas bientôt mais ce n'est pas encore sûr", a-t-il conclu.

Avec AFP

CAN 2019: le Mali évite la suspension et sera emmené par Maréga

L'attaquant malien de Porto, Moussa Marega, lors du dernier match de football entre le Sporting CP et le FC Porto, dans la banlieue de Lisbonne, le 25 mai 2019.

Les instances maliennes du football ont adopté samedi de nouveaux statuts conformes à ceux de la Fifa, évitant de justesse une suspension qui aurait empêché les Aigles du Mali de participer à la CAN-2019 (21 juin-19 juillet) en Egypte, où ils seront emmenés par l'attaquant vedette de Porto Moussa Maréga.

Le Mali était empêtré depuis 2017 dans un conflit avec la Fifa, qui reprochait au pouvoir politique de s'être ingéré dans la gestion de la Fédération malienne de football (Femafoot).

Lors d'une assemblée générale ordinaire de la Femafoot samedi soir, de nouveaux statuts ont été adoptés à 23H17 GMT, quelques minutes avant l’échéance fixée par l'instance faîtière du football mondial.

"Hier, tard dans la nuit, avec les acteurs du football malien, nous avons trouvé la voie pour une sortie de crise heureuse: les nouveaux statut de la Femafoot ont été votés à l’unanimité. Bientôt la reprise du championnat et une AG élective (d'un nouveau comité exécutif, NDLR) dans les deux mois qui suivent", a écrit sur Twitter le ministre des Sports Arouna Modibo Touré, très impliqué dans les discussions.

Le championnat malien avait été arrêté en 2017 et n'a pas été disputé en 2018-2019.

Le Mali a dans la foulée publié la liste officielle de ses 23 sélectionnés pour la CAN, alors que l'équipe est en stage de préparation au Qatar.

Le fer de lance sera l'attaquant Moussa Maréga, auteur de six buts en Ligue des champions et de 11 en championnat avec le FC Porto cette année.

La sélection comprend également le jeune Sékou Koïta, auteur d'une bonne prestation au mondial des moins de 20 ans qui vient de se disputer en Pologne, ainsi que la nouvelle recrue du Southampton, Moussa Djénépo (ex-Standard de Liège).

Liste des 23 Maliens sélectionnés:

. Gardiens: Djigui Diarra (Stade malien de Bamako), Ibrahima Mounkoro (Tout Puissant Mazembé/RDC), Adama Keïta (Djoliba).

. Défenseurs: Molla Wagué (Nottingham Forest/ENG), Hamari Traoré (Rennes/FRA), Falaye Sacko (Guimaraes/POR), Massadio Haïdara (Lens/ FRA), Youssouf Koné (Lille/FRA), Mamadou Fofana (Metz/FRA), Boubacar Kiki Kouyaté (Troyes/FRA).

Milieux de terrain: Diadié Samassékou (Salzbourg/AUT), Amadou Haïdara (Leipzig/GER), Cheick Doucouré (Lens/FRA), Lassana Coulibaly (Rangers/SCO), Adama Traoré (Cercle de Bruges/BEL).

. Attaquants: Moussa Djénépo (Southampton/ENG), Moussa Doumbia (Reims/FRA), Abdoulaye Diaby (Sporting/POR), Moussa Maréga (Porto/POR), Kalifa Coulibaly (Nantes/FRA), Adama Niane (Charleroi/BEL), Adama Traoré (Orléans/FRA), Sékou Koïta (Wolfsberg/AUT).

Premier Sacre pour les Toronto Raptors

Premier Sacre pour les Toronto Raptors
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:47 0:00

Real Madrid : présentation officielle d'Eden Hazard

Real Madrid : présentation officielle d'Eden Hazard
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG