Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mauritanie

Mauritanie: hommage à Aissata Kane, première femme ministre

Une femme se fait marquer le doigt à l’encre indélébile après avoir voté à Nouakchott, Mauritanie, 21 juin 2014.

De nombreux hommages ont été rendus en Mauritanie à Aissata Kane, première femme ministre de l'histoire de ce pays sahélien, militante féministe et écologiste, décédée à Nouakchott à 79 ans, a constaté jeudi l'AFP.

Née le 18 août 1938 à Dar El-Barka (sud), Aissatta Kane, mère de cinq enfants, est morte le 10 août dans un hôpital de Nouakchott.

Sa nièce, Ball Halimata Dem, a déclaré à l'AFP que sa tante avait "réalisé toutes ses passions avec humilité, courage et détermination. Elle tenait à ne déranger personne par son combat sur tous ces fronts à la fois".

Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya, Premier ministre mauritanien, plusieurs de ses ministres, des chefs religieux et des représentants d'associations ont participé à ses funérailles.

L'association "Maurifemmes" a souligné sur son site "le rôle éminent joué par Aissata Kane dans la généralisation de la scolarisation des filles en Mauritanie et son combat pour les droits de la femme pour lesquels elle s'est dépensée sans compter".

Pour Mohamed Fall Ould Oumeir, directeur du journal La Tribune, "Aissata Kane a incarné l'émancipation de la femme mauritanienne, faisant émerger un féminisme islamique progressiste et très constructif".

Aissata Kane a été l'une des premières femmes scolarisées de Mauritanie, faisant ses études à Saint-Louis, alors capitale du Sénégal et de la Mauritanie.

Après des études de sociologie à Bruxelles, elle regagne son pays en 1960, à son indépendance: elle y fonde l'Union nationale des femmes de Mauritanie (UNFM) et adhère au Parti du peuple mauritanien (PPM), parti unique à l'époque.

Le premier président mauritanien, Moktar Ould Daddah, la nomme ministre de la Promotion de la famille et de la femme en 1975, poste qu'elle occupera jusqu'au coup d'Etat de 1978 qui renversa le président Ould Daddah.

C'était la première fois qu'une femme est nommée ministre dans ce pays musulman et traditionnaliste.

Elle contribue à son poste à améliorer de manière significative les droits des femmes de son pays.

Le putsch de 1978 l'éloigne de la vie politique mais elle n'en abandonne pas pour autant son combat national et international pour les droits de la femme, "sans violence et sans excès", disait-elle.

En 1988, elle participe à Paris à la création de l'Association internationale des femmes francophones (AIFF). Elle a également fondé et dirigé la revue "Mariemou" consacrée à l'émancipation de la femme mauritanienne.

Aissata Kane était aussi une écologiste convaincue et présidait une association mauritanienne pour la protection de l'environnement.

Une rue de Nouakchott avait été baptisée de son nom avant son décès.

Toutes les actualités

Un nouveau gouvernement mauritanien sans les ministres cités dans une enquête sur des malversations présumées

Le président de la Mauritanie, Mohamed Ould Ghazouani, le 25 septembre 2019.

La présidence mauritanienne a annoncé la formation d'un nouveau gouvernement dimanche soir, après un rapport parlementaire liant d'anciens ministres à des affaires financières de l'ex-dirigeant Mohamed Ould Abdel Aziz.

Adama Bocar Soko, le secrétaire général de la présidence mauritanienne, a déclaré au cours d'une conférence de presse dans la capitale Nouakchott que ce remaniement allait donner aux ministres cités dans le rapport "le temps dont ils auront besoin pour prouver leur innocence".

Le président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani avait procédé jeudi, sans en donner la raison, à un changement de Premier ministre et annoncé un remaniement ministériel, au lendemain de la remise à la justice du rapport d'une commission parlementaire sur la gestion de son prédécesseur, Mohamed Ould Abdel Aziz.

Ce que cache la démission-surprise du premier ministre Ismail Ould Cheikh Sidiya
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:34 0:00

Jusqu'à l'annonce de dimanche, la présidence mauritanienne n'avait pas établi de lien entre le remaniement et le rapport sur M. Aziz, au pouvoir de 2008 à 2019.

Parmi les dossiers étudiés par les neuf membres de la commission parlementaire, formée en janvier, figurent la gestion des revenus pétroliers, la vente de domaines de l'État à Nouakchott, la liquidation d'une société publique qui assurait l'approvisionnement de ce pays sahélien en denrées alimentaires ou encore les activités d'une société chinoise de pêche, Pully Hong Dong, selon des sources parlementaires.

Le parquet d'un tribunal de la capitale a fait savoir mercredi qu'il avait reçu le rapport. Il doit ouvrir une enquête au terme de laquelle une instruction va être éventuellement ouverte et a promis des investigations "en toute impartialité".

Quatre ex-ministres ont été cités dans ce document, dont l'ancien Premier ministre Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya, remplacé jeudi.

Selon le quotidien Le Calame, "ce gouvernement ne semble pas marquer une rupture d'avec le gouvernement sortant. Ghazwani garde sa méthodologie qui consiste à procéder par petites touches." En effet, 18 ministres ont été reconduits dans leurs fonctions.​

Le quotidien salue toutefois le fait que, pour la première fois, deux négro-africains occupent des postes de decision, à savoir le secrétariat général de la présidence et le secrétariat général du gouvernement​.

Le nombre des ministères avait été réduit, certains ayant été fusionnés.

"Haute trahison"

L'ex-président mauritanien avait ignoré début juillet la convocation de la commission parlementaire pour s'expliquer sur les dossiers donnant lieu à des investigations, selon une source parlementaire.

Les députés mauritaniens ont ensuite voté fin juillet une loi instituant une Haute cour de justice chargée de juger le chef de l'Etat et des ministres en cas de "haute trahison". La juridiction doit être mise en place dans les prochains mois.

Ce type de juridiction existait déjà en Mauritanie jusqu'à une révision constitutionnelle en 2017, qui a entraîné sa dissolution.

Un éventuel procès de l'ex-président Aziz se déroulerait devant la Haute cour, après un vote des députés sur l'opportunité ou non de le juger.

"La prise en compte du dossier par le parquet est une phase traditionnelle de la justice. Il faudra attendre la phase de l'instruction pour savoir si le dossier sera retourné au Parlement, où il pourra faire l'objet de remise à une commission d’instruction", explique le constitutionnaliste Lo Abdoul Gourmo.

"Cette commission pourra requalifier les faits. S'il s’agit de faits de haute trahison commis par l’ancien président de la République, seule la Haute Cour de justice restera compétente pour le juger".

Le président Aziz avait pris le pouvoir dans ce pays pauvre de 4,5 millions d'habitants par un coup d'Etat militaire en 2008, puis remporté la présidentielle en 2009, suivie d'une autre en 2014.

Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, qui lui a succédé en août 2019, fut son chef de cabinet et ministre de la Défense.

Décryptage du changement de gouvernement mauritanien

Décryptage du changement de gouvernement mauritanien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:14 0:00

Ce que cache la démission-surprise du premier ministre Ismail Ould Cheikh Sidiya

Ce que cache la démission-surprise du premier ministre Ismail Ould Cheikh Sidiya
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:34 0:00

Avec son nouveau Premier ministre, le président mauritanien fait un pas historique

Avec son nouveau Premier ministre, le président mauritanien fait un pas historique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Quarante migrants meurent dans un naufrage

Quarante migrants meurent dans un naufrage
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG