Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Maroc

Maroc: fin du procès en appel du Hirak

Protestation populaire contre la condamnation par un tribunal marocain du leader du mouvement "Hirak" Nasser Zefzafi et d'autres activistes, à Rabat, au Maroc, le 27 juin 2018.

Le procès en appel des leaders du "Hirak", mouvement de protestation sociale ayant agité la région marocaine du Rif en 2016-2017, s'est conclu mardi à Casablanca après d'ultimes plaidoiries de la défense.

Les juges de la cour d'appel de Casablanca ont décidé de reporter la mise en délibéré au 5 avril, selon les informations obtenues par l'AFP sur place.

Depuis janvier, 38 des 42 accusés jugés en appel, dont Nasser Zefzafi, une des figures du mouvement, boycottent le procès ouvert en novembre 2018. Tous sont détenus à la prison de Casablanca.

Leurs avocats ont refusé de plaider pour protester contre "l'absence des conditions d'un procès équitable", comme lors du procès en première instance qui s'était soldé par des peines allant jusqu'à 20 ans de prison en juin dernier.

Les prévenus avaient été arrêtés dans la province d'Al-Hoceïma (nord) en 2017 pour avoir participé au mouvement social déclenché par la mort tragique d'un poissonnier écrasé dans une benne à ordures en octobre 2016.

Seuls quatre accusés qui comparaissent en état de liberté ont participé aux dernières audiences du procès en appel, dont le journaliste Hamid El Mahdaoui qui avait été condamné en juin à trois ans ferme pour "non dénonciation d'une tentative de nuire à la sécurité intérieure de l'Etat". On lui reproche de n'avoir pas averti la police d'un appel d'un inconnu évoquant des livraisons d'armes.

Trois de ses avocats ont démontré "l'absurdité" de ces accusations en le qualifiant de "patriote" et en appelant à ne pas revenir aux "années de plomb" du règne d'Hassan II, le père du roi actuel. Le quatrième a plaidé pendant deux heures mardi soir avec des arguments techniques et des références à la jurisprudence pour démontrer que l'existence même d'un complot n'était pas prouvée.

L'accusation a requis un alourdissement de toutes les peines prononcées en première instance qui ne correspondent pas au maximum prévu par le code pénal.

Les détenus qui boycottent les audiences réclament un procès "équitable et impartial" et "l'annulation des procès-verbaux dressés par la police judiciaire" après leur arrestation.

Des associations de défense des droits humains ont par le passé dénoncé des aveux extorqués par la violence pendant les gardes à vue, ce que les autorités marocaines ont toujours démenti.

Un total de 53 prévenus avaient été condamnés en juin dernier, avec des peines dont la sévérité avait suscité des flots de réactions indignées sur les réseaux sociaux. Onze d'entre eux avaient été en août graciés par le roi.

Amnesty International a appelé en décembre les autorités judiciaires du Maroc à "veiller à ce que le procès en appel ne se résume pas à un nouveau simulacre de justice" et à "veiller à ce que tous les droits à un procès équitable soient respectés au cours de la procédure d'appel" des militants du Hirak.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le Maroc et Israël signent un accord sécuritaire sans précédent

Le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita (à droite) et son homologue israélien Yair Lapid discutent après avoir signé des accords de coopération, à Rabat le 11 août 2021.

Le Maroc et Israël ont conclu mercredi un accord-cadre de coopération sécuritaire "sans précédent" lors d'une visite historique à Rabat du ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, en pleine tension entre le royaume chérifien et l'Algérie.

M. Gantz, un ancien chef de l'armée israélienne, a été reçu en début de matinée par le ministre délégué chargé de l’administration de la Défense nationale marocaine, Abdellatif Loudiyi.

Ils ont signé un protocole d'accord qui lance formellement la coopération sécuritaire "sous tous ses aspects" (planning opérationnel, achats, recherche et développement, etc.) entre les deux pays, un an à peine après la normalisation de leurs relations, face aux "menaces et défis dans la région", selon la partie israélienne.

"Il s'agit d'une chose très importante qui nous permettra aussi d'échanger nos opinions, de lancer des projets conjoints et favorisera les exportations israéliennes jusqu'ici", a souligné M. Gantz.

Ce dernier avait auparavant déposé une gerbe au mausolée Mohammed V, qui accueille la sépulture du père de l'indépendance marocaine et celle de son fils Hassan II.

"Nous sollicitons leur bénédiction et regardons vers notre avenir commun - un moment où le lien entre nos peuples s'approfondit et nos nations s'unissent pour offrir une vision de paix partagée", a écrit le ministre israélien sur le livre d'or.

Avant son départ de Tel-Aviv, mardi soir, il avait évoqué "un voyage important au Maroc qui a une touche historique car il s'agit de la première visite formelle d'un ministre de la Défense (israélien) dans ce pays".

Au cours de ce déplacement de 48 heures, M. Gantz doit aussi s'entretenir mercredi avec le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Sahara occidental

Le Maroc et Israël avaient établi des relations diplomatiques au début des années 1990 avant que le Maroc n'y mette fin au début de la Seconde intifada, le soulèvement palestinien du début des années 2000.

Désormais alliés dans un contexte régional tendu, ils ont renoué des relations en décembre 2020 dans le cadre des "Accords d'Abraham", processus de normalisation des relations entre l'Etat hébreu et des pays arabes soutenu par l'administration de l'ex-président américain Donald Trump.

A cette occasion, Washington a reconnu la "pleine souveraineté" du Maroc sur le Sahara occidental, territoire disputé avec les indépendantistes sahraouis du Front Polisario soutenus par l'Algérie.

La visite de Benny Gantz intervient alors qu'Alger a rompu, en août, ses relations avec Rabat en raison "d'actions hostiles" du royaume et que le Front Polisario a décidé d'"intensifier" sa lutte armée contre le Maroc.

En rencontrant lundi à Washington son homologue Nasser Bourita, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a réitéré le soutien appuyé des Etats-Unis au Maroc sur la question du Sahara occidental.

Drones armés

Pour Bruce Maddy-Weitzman, spécialiste des relations israélo-marocaines à l'université de Tel-Aviv, la visite de M. Gantz au Maroc en pleine tension entre les deux frères ennemis du Maghreb ne saurait être une pure coïncidence.

"Il est possible que dans un contexte de tension Algérie/Maroc, les Marocains (....) désirent montrer au monde - à leur propre population, à leurs rivaux algériens et à l'Occident - qu'ils approfondissent leurs relations avec Israël, avec tout ce que cela implique", souligne M. Maddy-Weitzman.

L'Etat hébreu est l'un des principaux exportateurs au monde de drones armés et de logiciels de sécurité comme le Pegasus de la société NSO.

Or les ventes de drones armés et de certaines technologies de pointe, à l'instar du logiciel-espion Pegasus, doivent être approuvées par le ministère de la Défense dirigé par M. Gantz.

Le Maroc nie catégoriquement avoir acheté ce logiciel et a annoncé avoir déposé des plaintes pour "diffamation" contre des médias ayant affirmé que Rabat s'en était servi pour infiltrer les téléphones de plusieurs personnalités publiques nationales et étrangères.

Une coalition pro-palestinienne de partis et ONG de gauche ainsi que les islamistes du mouvement Justice et Bienfaisance ont appelé à un sit-in mercredi après-midi devant le parlement à Rabat pour dénoncer la normalisation avec Israël et la venue au Maroc du "criminel de guerre Gantz", chef d'état-major lors de la guerre meurtrière de l'été 2014 à Gaza.

Pour Bruce Maddy-Weitzman, le Maroc n'a pas abandonné la cause palestinienne, "mais a beaucoup d'autres intérêts, beaucoup d'autres bénéfices à tirer d'un recalibrage" de ses relations.

Découverte: le "marché sénégalais" de Casablanca

Découverte: le "marché sénégalais" de Casablanca
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00

La déradicalisation dans les prisons marocaines

La déradicalisation dans les prisons marocaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:21 0:00

Des centaines de migrants secourus au large des côtes marocaines

Des migrants naviguent sur une embarcation en bois dans la mer Méditerranée entre l'Afrique du Nord et l'île italienne de Lampedusa, le 2 octobre 2021.

Les garde-côtes marocains ont porté assistance depuis vendredi à quelque 330 migrants "en difficultés à bord de différentes embarcations de fortune" dans l'Atlantique et en Méditerranée, a rapporté lundi l'agence de presse MAP, citant une source militaire.

Parmi les 331 "harragas" (migrants) secourus, figurent 248 personnes originaires d'Afrique subsaharienne, 80 ressortissants marocains, deux "Asiatiques" et un Soudanais, détaille la même source.

Les passagers "ont reçu les premiers soins à bord des unités de la marine royale avant d'être acheminés aux ports les plus proches, puis remis aux éléments de la gendarmerie pour les procédures administratives d'usage", ajoute la source, sans autre précision.

Les départs des côtes marocaines vers l'Europe se sont récemment multipliés, via des routes maritimes dans l'Atlantique ou en Méditerranée, malgré le renforcement des contrôles.

Au moins quatre migrants marocains qui s'efforçaient de rejoindre l'Europe, dont deux jeunes femmes, ont péri en mer la semaine dernière près de Rabat, selon les autorités locales.

Ces dernières ont affirmé avoir empêché plusieurs tentatives de traversées vers les côtes européennes, notamment vers les îles Canaries, et procédé à des dizaines d'interpellations de migrants clandestins dans les provinces du sud du royaume.

Par ailleurs, deux migrants ont été retrouvés morts lundi parmi une quarantaine qui se trouvaient à bord d'une embarcation à la dérive au large de l'île espagnole de Grande Canarie, a appris l'AFP auprès des gardes-côtes espagnols.

Partie de Dakhla, dans le Sahara occidental, cette embarcation transportait 42 personnes d'origine nord-africaine, dont une femme, a indiqué un porte-parole des gardes-côtes.

Ces drames sont fréquents sur cet itinéraire dangereux dans l'Atlantique entre le nord-ouest de l'Afrique et l'archipel espagnol des Canaries.

Au total, 32.713 immigrants sont arrivés par la mer en Espagne entre janvier et octobre derniers, soit 24,2% de plus que sur la même période en 2020, selon les chiffres du ministère espagnol de l'Intérieur.

Selon des estimations fin septembre de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), 2021 a été l'année la plus meurtrière sur la route migratoire vers l'Espagne, avec au moins 1.025 morts.

“Attirer l’attention de la communauté internationale pour éviter l’escalade entre Alger et Rabat”

“Attirer l’attention de la communauté internationale pour éviter l’escalade entre Alger et Rabat”
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:30 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG