Liens d'accessibilité

Manifestation à Bangui contre les violences


Une manifestation à Bangui, Centrafrique, 29 mai 2014.

Plusieurs centaines de Centrafricains, essentiellement originaires des villes de Bria et Bangassou, théatres ces dernières semaines de violences meurtrières, ont manifesté samedi à Bangui dans le calme pour réclamer "la paix et la justice".

Portant des banderoles appelant à la "paix", à la "réconciliation" et à la "justice", les manifesants ont défilé dans les rues de la capitale jusqu'aux abords du palais présidentiel où ils ont entonné l'hymme centrafricain.

"Pour toute réconciliation durable, nous voulons qu'il y ait la justice, nous voulons qu'il y ait la paix, nous voulons qu'il y ait la sécurité, nous ne voulons pas la division de notre pays", a expliqué l'un des organisateurs de la marche, Joachim Sioke.

"Nous sommes très fâchés, avant on ne connaissait pas la guerre, ou les tueries", a déclaré à l'AFP une manifestante, Bernadine Serengwe, originaire de Bangassou (sud-est) et dont la famille a dû se réfugier en République démocratique du Congo voisine.

Des affrontements meurtriers ont opposé en mai des groupes armés aux Casques bleus de la Minusca à Bangassou. A Bria (centre), d'autres affrontements entre groupes armés rivaux ont fait uen centaien de morts en juin.

La Centrafrique a basculé dans les tueries de masse en 2013 avec le renversement du président Bozizé par la rébellion majoritairement musulmane Séléka, entraînant des représailles de groupes anti-balaka se disant défenseurs des chrétiens.

Les interventions de la France (2013-2016) et de la Minusca (12.500 hommes) ont ramené le calme dans Bangui mais 50 à 60% du pays reste sous le contrôle de groupes armés.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG