Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Manifestation pour la libération d'un militant anti-corruption malien

Clement Dembele, président de Plateforme contre la corruption et le chômage au Mali (PCC), à Bamako au Mali

Une centaine de personnes ont manifesté mardi à Bamako pour dénoncer l'arrestation début mai d'un militant anti-corruption, l'une des principales voix de la société civile malienne, a constaté un correspondant de l'AFP.

"Nous sommes venues soutenir professeur Clément Dembélé, nous demandons sa libération immédiate", a déclaré à l'AFP Fanta Coulibaly, une manifestante.

Clément Dembélé, président de Plateforme contre la corruption et le chômage au Mali (PCC), a été arrêté le 9 mai "pour incitation à la violence", a indiqué un responsable au sein des services de renseignements à l'AFP.

"Il a appelé l'armée et les forces de l’ordre à se révolter contre le régime dans un audio diffusé via les réseaux sociaux", a-t-elle dit.

Les autorités n'ont jamais confirmé publiquement son arrestation.

M. Dembélé dénonce sans relâche la corruption en col blanc. Il a été candidat à l'élection présidentielle de 2018, et se veut porte-voix de la jeunesse malienne face à un pouvoir qu'il dit corrompu.

"Nous voulons savoir où se trouve Clément, pourquoi il a été arrêté et quelles sont ses conditions de détention", a demandé l'animateur vedette de la radio Renouveau FM Ras Kebé au cours de la manifestation.

Selon le coordinateur de la Plateforme, Youssouf Sanogo, M. Dembélé "a été enlevé comme un vulgaire terroriste ou un criminel par des hommes de la Sécurité d'État cagoulés".

"Ils doivent mettre Clément à la disposition de la justice s'ils n’ont rien à cacher", a renchéri Oumar Mariko, président du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l'indépendance (Sadi) présent à la manifestation.

Le Mali était classé 130e sur 180 pays en 2019 sur l'indice de corruption dans le secteur public établi par l'organisation spécialisée Transparency International.

Toutes les actualités

La réouverture des écoles maliennes perturbée par une grève des enseignants

La réouverture des écoles maliennes perturbée par une grève des enseignants
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:19 0:00

La réouverture des écoles maliennes immédiatement perturbée par une grève des enseignants

Des enseignants manifestent à Bamako, au Mali, le 5 avril 2017. (VOA / Kassim Traoré)

La reprise partielle des cours au Mali, prévue mardi après plus de deux mois de fermeture des écoles pour cause de coronavirus, a été boycottée par les enseignants du secteur public, a-t-on appris de source syndicale.

Sollicité par l'AFP, le ministère de l'Education n'a pas été en mesure de préciser dans l'immédiat le nombre d'élèves ayant effectivement repris le chemin de l'école ou le nombre d'enseignants grévistes.

La reprise concernait les élèves des classes dites d'examen du primaire et du secondaire, ainsi que des instituts de formation des maîtres.

Les syndicats de l'enseignement avaient relancé en janvier des mouvements de grève pour réclamer des augmentations de salaires, promises selon eux depuis octobre 2016 par les autorités mais jamais mises en oeuvre.

"Sept syndicats de l'enseignement public ont boycotté mardi la reprise des cours à cause de la non-satisfaction de leurs revendications et à cause du manque de dispositions dans les établissements pour protéger les uns et les autres" du risque de contamination, a déclaré à l'AFP Sambou Diadié Fofana, secrétaire général du Syndicat national des enseignants du secondaire.

"Moi, je ne suis affilié à aucun syndicat. J'ai été donner des cours aujourd'hui. Mais la rentrée n'était pas du tout animée", a déclaré Moussa Diallo, 41 ans, professeur dans un lycée public de Bamako.

"Il y avait de l'eau et du savon pour se laver les mains à plusieurs endroits", a-t-il ajouté.

La grève ne concerne pas les écoles privées, mais là aussi il n'était pas possible d'avoir dans l'immédiat des informations sur le nombre d'élèves ayant repris le chemin de l'école.

"La période allant du 2 juin au 31 juillet sera mise à profit pour exécuter un programme d'enseignement condensé et destiné aux élèves candidats aux examens", avait affirmé lundi dans un communiqué le ministre de l'Education, Mahamadou Famanta. "La réouverture des autres classes, qui ne sont pas des classes d'examen, interviendra le 1er septembre 2020", avait-il ajouté.

Le ministre a promis que "toute les mesures de prévention de la pandémie seront observées" et lancé un "cri du coeur" aux enseignants pour qu'ils retournent en classe.

Le Mali a déclaré officiellement plus de 1.300 cas de contamination et 78 décès.

Au Sénégal voisin, les autorités ont décidé de reporter le retour à l'école quelques heures seulement avant l'échéance prévue mardi matin pour des centaines de milliers d'élèves.

Le ministère de l'Education nationale a invoqué la découverte de la contamination de 10 enseignants en Casamance (sud) pour repousser la reprise jusqu'à "une date ultérieure".

Trois groupements appellent le président malien à la démission

Trois groupements appellent le président malien à la démission
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:03 0:00

Coronavirus: chômage technique et baisse des recettes douanières maliennes

Coronavirus: chômage technique et baisse des recettes douanières maliennes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:26 0:00

L'activiste malien Clément Dembélé recouvre la liberté

Des manifestants exigeant la libération du militant anti-corruption Clément Dembélé, à Bamako au Mali.

Un militant anti-corruption et voix éminente de la société malienne a été libéré vendredi, mais sera jugé le 1er juillet pour incitation à la violence, a-t-on appris de sources judiciaires.

Clément Dembélé, président de la Plateforme contre la corruption et le chômage au Mali (PCC), avait été arrêté le 9 mai pour avoir appelé les forces de sécurité à se révolter contre le pouvoir dans une vidéo, avait indiqué à l'AFP un responsable au sein des services de renseignements.

Son arrestation n'avait jamais été confirmée publiquement par les autorités et le silence sur son sort et l'endroit où il se trouvait avait donné lieu à d'abondantes spéculations.

Il a été "présenté au procureur de la République ce vendredi. Il a été inculpé pour incitation à la violence, mais laissé libre. Il comparaîtra le 1er juillet prochain", a dit une source judicaire malienne.

Une autre source judicaire a confirmé l’information et ajouté que "ses problèmes avec la justice n’ont rien à voir avec ses activités de lutte contre la corruption".

Une centaine de personnes avaient manifesté en sa faveur mardi à Bamako mardi.

"Les gens ont dans un premier temps pensé qu’il avait été enlevé et donc porté disparu à jamais. Et qu’il ne fallait pas laisser passer ça", a expliqué Oumar Kanté, sociologue à l’université de Bamako.

"Ensuite le citoyen lambda a pensé qu’il était arrêté dans le cadre de sa croisade contre la corruption. Il fallait donc se mobiliser pour soutenir sa cause et exiger sa libération", a-t-il ajouté.

Le Mali était classé 130e sur 180 pays en 2019 sur l'indice de corruption dans le secteur public établi par l'organisation spécialisée Transparency International.

Voir plus

XS
SM
MD
LG