Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Crise malienne: Adieu IBK, bonjour le CNSP

Des éléments des FAMA (Forces armées maliennes) sont célébrés par la population lors de leur passage sur la Place de l'Indépendance à Bamako le 18 août 2020. (Photo AFP)

Les officiers maliens qui ont arrêté le président Ibrahim Boubacar Keïta et l’ont poussé à la démission ont déclaré aux premières heures de mercredi qu'ils prévoyaient de former un gouvernement civil de transition chargé d’organiser de nouvelles élections.

M. Keïta, 75 ans, avait été élu en 2013 pour cinq ans puis réélu en 2018, a démissionné et dissous le parlement dans la nuit de mardi à mercredi.

Dans une allocution télévisée sur les ondes de l’ORTM, télévision publique, les mutins se sont présentés comme le Comité national pour le salut du peuple (CNSP).

Par la voix de son porte-parole, le colonel Ismael Wague, le CNSP a affirmé qu'ils avaient décidé de "prendre nos responsabilités devant le peuple et devant l'histoire" pour empêcher le Mali de tomber encore plus dans le chaos.

Mutinerie malienne: tout a commencé au camp militaire de Kati
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:39 0:00

Le CNSP a par ailleurs annoncé la fermeture des frontières et la mise en place d'un couvre-feu, tout en invitant les forces vives du Mali, notamment la société civile, à s’allier à eux pour une transition pacifique qui aboutirait à de nouvelles élections apaisées.

A l’endroit de la communauté internationale, le CNSP a dit qu’il avait l’intention de respecter "tous les accords passés", y compris le maintien en place de la force onusienne MINUSMA, les militaires français, et la force du G5 Sahel.

L’Union africaine, la CEDEAO et l’ONU ont condamné la tournure qu’ont pris les choses au Mali. Des réunions d’urgence sont prévues dès mercredi.


Toutes les actualités

Entretien téléphonique Assimi Goïta-Vladimir Poutine

Entretien téléphonique Assimi Goïta-Vladimir Poutine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00
update

Un pilote russe tué dans la chute de son avion au Mali

La Russie a admis en mai une présence de Wagner au Mali "sur une base commerciale".

Un pilote russe a été tué mardi dans le nord du Mali quand son avion, récemment livré à l'armée malienne, s'est écrasé près de Gao, a indiqué un responsable militaire sous couvert d'anonymat.

L'état-major a confirmé dans un bref communiqué sur les réseaux sociaux qu'un avion s'était écrasé vers 9H30 (locales et GMT) près de l'aéroport de Gao "au retour d'une mission effectuée en appui aux populations civiles". L'état-major n'a rien dit sur d'éventuelles victimes. Ni lui ni le responsable militaire auprès du commandement de Gao ne se sont prononcés sur les raisons du crash.

Coup d'Etat au Faso: à Bamako, un sentiment d'effet miroir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Une vidéo fournie par un témoin à l'AFP montre un appareil descendre à grande vitesse et à basse altitude et aller s'écraser au loin dans un panache de fumée.

L'état-major a parlé d'un Soukhoï Su-25, alors que le responsable militaire avait préalablement identifié l'avion comme un Albatros L-39. Le responsable avait indiqué que l'avion figurait parmi les "nouvelles acquisitions" de l'armée malienne.

Des Soukhoï S-25, avion d'attaque au sol et de soutien rapproché de conception soviétique, et des Albatros L-39, appareil de conception tchécoslovaque initialement destiné à l'entraînement mais souvent employé comme avion de chasse, figuraient parmi des équipements livrés en août par la Russie à l'armée malienne. La Russie avait déjà livré en mars plusieurs hélicoptères de combat et des armes au Mali.

Les colonels qui ont pris le pouvoir par la force en août 2020 dans ce pays en pleine tourmente sécuritaire ont décidé de se séparer du vieil allié français, engagé militairement contre les jihadistes depuis 2013, et de relancer ardemment la coopération avec la Russie. Le Mali a accueilli en grand nombre ce que la junte présente comme des instructeurs russes, à la présence très discrète.

La France et ses partenaires dénoncent pour leur part le recours de la junte aux services de la société privée de sécurité russe controversée Wagner. La junte dément et parle de partenariat ancien avec l'armée russe. La Russie avait admis en mai une présence de Wagner au Mali "sur une base commerciale".

Le Mali est plongé dans la tourmente depuis 2012. La menace jihadiste, d'abord confinée dans le nord du pays, s'est étendue au centre et au sud du Mali, ainsi qu'aux Burkina Faso et Niger voisins.

Coup d'Etat au Faso: à Bamako, un sentiment d'effet miroir

Coup d'Etat au Faso: à Bamako, un sentiment d'effet miroir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Soldats ivoiriens détenus au Mali: la Cédéao rentre bredouille de Bamako

Soldats ivoiriens détenus au Mali: la Cédéao rentre bredouille de Bamako
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Mission de haut niveau de la Cédéao à Bamako, sans Faure Gnassingbe et Macky Sall

Mission de haut niveau de la Cédéao à Bamako, sans Faure Gnassingbe et Macky Sall
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG